JACQUES VERGES

Autobiographies 

 


RESUME : L'avocat J. Vergès se penche sur sa carrière et sa vie : sa famille, son engagement dans la Résistance pendant la Seconde Guerre mondiale, ses convictions politiques, anti-colonialistes, les causes qu'il a défendues, sa vision du rôle de la France dans la guerre d'indépendance en Algérie, des droits de l'homme, etc.

ARGUMENTAIRE : À l'heure où les Américains occupent l'Irak, Jacques Vergès, l'avocat médiatique et controversé de Saddam Hussein, évoque avec passion le combat de sa vie contre le colonialisme, à travers les dossiers encore brûlants de la guerre d'Algérie.
Fils du consul de France au Siam, né de mère vietnamienne, il découvre dans son enfance l'injustice de l'oppression coloniale, le racisme et l'exil, avant de s'engager au sein des Forces françaises libres du général de Gaulle pendant la Seconde Guerre mondiale, et de défendre le FLN en Algérie.
Vergès, l'insolent, dénonce dans ce livre les dérives d'une politique coloniale française «fondée sur la supériorité raciale» : massacres, viols, tortures, humiliations, assassinats... Il soulève le problème du terrorisme aveugle et définit sa fameuse «défense de rupture» à travers les procès retentissants des «bombistes» et du «réseau Jeanson».
Grand admirateur de la France et de sa Révolution de 1789, il s'est aujourd'hui profondément attaché à défendre aussi bien les révoltés, que les causes extrêmes : Klaus Barbie, Carlos, Slobodan Milosevic...
Ce débat sur la défense politique et pénale pendant les «événements» d'Algérie nous éclaire sur ses convictions militantes, ainsi que sur les zones d'ombres d'un pays «schizophrène».
Fiche bibliographique en français établie par Electre, © Electre.

jacques verges" LA FRANCE DOIT RECONNAITRE SES CRIMES "


Jacques Vergès : « La France doit reconnaître ses génocides en Algérie »
Ex-Barberousse 1957 - Abou Ghraïb 2004. Deux dates, deux prisons martyres, témoins d’exactions commises par le colonialisme occidental. Parce que l’histoire se répète, sous prétexte de grands idéaux, l’avocat français Jacques Vergès appelle à être « vigilant ».
samedi 21 août 2004.
Mémoire chargée d’exécutions à la guillotine, de tortures, de viols, le pénitencier algérien aura façonné l’avocat Vergès qu’on connaît aujourd’hui. En cette année, il prit la défense de nombreux moudjahidine, dont la moudjahida Djamila Bouhired. « Barberousse m’a ouvert les yeux », s’est-il laissé aller en confidences, jeudi, à l’occasion de la célébration du 49e anniversaire des massacres coloniaux des 20 et 21 août 1955 dans le Constantinois. Une féroce répression de manifestants qui coûta la vie à 12 000 personnes. Organisée par la Fondation du 8 Mai 1945, la rencontre a vu la participation de moudjahidine, d’universitaires et d’avocats. Revisiter l’histoire du colonialisme, tragique énumération de génocides, débouche inévitablement sur une actualité embrasée, l’Irak. Dans son livre à paraître en septembre prochain, La démocratie à visage obscène, Jacques Vergès promet des révélations fracassantes sur l’implication directe de l’Administration Bush dans le scandale d’Abou Ghraïb. « Capturez-les et faites-en ce que vous voulez ! ». L’ordre a émané du ministre américain de la Défense, Donald Rumsfeld.

Avec des preuves à l’appui, des ordres écrits signés par les faucons de l’Administration américaine ainsi que par des généraux, le brûlot de l’avocat français risque de soulever une tempête, particulièrement en cette période de compétition électorale pour le bureau oval de la Maison-Blanche.

« On pratique la torture, dit-on, pour avoir des renseignements et éviter ainsi des morts. On a malheureusement dépassé ce stade. Quand on entasse des hommes nus les uns sur les autres, il y a une volonté d’avilir l’être humain. Le sexe est devenu une arme d’avilissement », a-t-il dénoncé. Au chapitre des horreurs : des enfants de 12 ans sodomisés, une fillette violée devant son frère, une femme devant son mari, interrogatoires de détenus complètement nus et couverts d’excréments... Des ignominies appuyées par des responsables américains : « Si on ne traite pas ces gens comme des animaux, on n’en tirera rien. » Que faire pour rendre justice aux victimes ? Si les Américains ne peuvent être coincés, des actions sont néanmoins possibles, par ricochet, contre leurs « complices », les Britanniques.

Une plainte a effectivement été déposée au niveau de la Cour pénale internationale (CPI), révèle l’avocat français, contre le corps d’expédition britannique engagé en Irak pour « connivence » dans les événements d’Abou Ghraïb. Une action impossible contre les Américains, car leur pays continue à s’opposer à la CPI. Sous la présidence de George Walker Bush, les Etats-Unis sont revenus sur le Statut de Rome, signé pourtant durant le mandat de Bill Clinton. Selon Me Vergès, les Etats-Unis ont exercé des pressions sur leurs alliés afin que les citoyens américains accusés de crimes contre l’humanité ou de crimes de guerre ne soient pas livrés à la cour de La Haye. Deux résolutions, la 1422 de juillet 2002 et la 1487 de juin 2003, adoptées par le Conseil de sécurité de l’ONU, consacrent l’« immunité » des citoyens américains. Les Britanniques ne peuvent pas se prévaloir d’un tel non-droit. « La CPI a réceptionné la plainte, l’enquête est en cours. Combien de temps la procédure va-t-elle prendre ? Je ne me fais pas d’illusions, mais il y aura au moins un débat », s’est contenté de répondre Me Vergès. Toujours dans le registre des mesures « subsidiaires », il a tenu à rappeler la compétence universelle des tribunaux nationaux en matière de jugement des tortionnaires. « Donald Rumsfeld ne devrait pas avoir le droit de se déplacer dans le monde », a souligné le conférencier, pointant également du doigt l’opinion publique américaine pour n’avoir pas renversé l’administration Bush après avoir pris connaissance du scandale d’Abou Ghraïb par le biais de la presse. « Au nom de la démocratie, on pratique le brigandage », a précisé Me Vergès.

Le tabou


L’avocat a rappelé le génocide de nombreuses populations par les Occidentaux : les Indiens d’Amérique, les aborigènes d’Australie, les Congolais, les Tasmaniens, la mort de 500 000 enfants en raison de l’embargo... Une très longue liste d’exterminations au nom de la « science », de la théorie de Darwin précisément, qui répertorie des races d’êtres humains « sauvages ». « Quand on torturait en Algérie, on ne le faisait pas sous l’autorité de l’extrême droite, mais sous celle d’un gouvernement de front républicain », a-t-il précisé, citant le nom de François Mitterrand, alors ministre de la Justice. « Si la France veut commencer une nouvelle page avec l’Algérie, il faut qu’elle reconnaisse ses génocides et ses tortures en Algérie. » L’appel de Mme Driffa Ben M’hidi, la sœur de Larbi Ben M’hidi, risque de demeurer sans écho, les crimes commis par l’armée française en Algérie tombent sous le coup d’une loi amnistiante entrant dans le cadre des Accords d’Evian. D’où le tabou qui entoure la reconnaissance officielle de ces crimes. Le procès d’Aussaresses en est l’illustration parfaite. Développant son réquisitoire, Me Vergès a, par ailleurs, dénoncé la politique de deux poids, deux mesures appliquée par les Occidentaux, notamment en ce qui concerne l’utilisation de gaz contre des populations civiles. « Je ne connais pas le dossier irakien, mais les Anglais ont utilisé des gaz en Iran contre les Kurdes en 1920, et vers la même période les Italiens ont utilisé cette arme contre les Ethiopiens », a-t-il fait rappeler.

Jacques Vergès répond aux questions du public


La conférence de Jacques Vergès, on l’aura deviné, a suscité un très grand intérêt de la part du public, comme en témoignent les nombreuses questions qui lui ont été posées à l’issue de son intervention, et dont nous reproduisons ici quelques-unes.

Comment faire condamner le général Paul Aussaresses pour ses crimes ?

Jacques Vergès : Ce sont des crimes qui sont aujourd’hui amnistiés. Si Hitler avait gagné la guerre, il aurait amnistié les SS. Aussaresses s’est vanté de ses exploits. Il est même devenu expert international dans les années 1970, et instructeur des Marines. Ce sont des criminels qui s’amnistient car ils n’ont pas été vaincus.

Est-ce que les plaintes pour crimes contre l’humanité commis durant la période coloniale peuvent aboutir ?

Ce sont des crimes non prescriptibles mais amnistiables. Un juge parisien m’a dit que tous les crimes commis durant les “événements d’Algérie” ont été amnistiés. De plus, les Accords d’Évian rendent la démarche difficile.

Qu’en est-il de vos démarches pour assurer la défense de Saddam Hussein ?

Dans le cas de Saddam, c’est la famille qui choisit et elle est divisée. Sa fille, qui est établie en Jordanie, a engagé un bâtonnier à Amman qui s’est entouré de dix-neuf avocats dont la fille de Kadafi, le nouvel ami des États-Unis. En outre, le tribunal mis en place par Salem Chalabi, qui est un avocat qui a un bureau à New York et en Israël, est sujet à caution. Ce tribunal a été mis sur les fonts baptismaux par les Américains. Or, on ne peut pas fonder le droit sur la base d’une guerre d’agression, ce tribunal n’a donc pas d’existence acceptable.

Chirac vient d’accorder la Légion d’honneur à la ville d’Alger. Qu’en pensez-vous ?

Je pense qu’Alger mérite tous les honneurs et toutes les décorations. Pour le reste, je me déclare incompétent pour donner une signification à ce geste.

Par Am. H. El Watan et Liberté


NOTE PERSONELLE 


J'ai bien voulu vous présenter ce personnage pour qu'il soit connu pour ceux qui ne le connaissent pas vu qu'il a défendu les causes des pauvres
souvenons nous sa défense de Djamila Bouhired cette militante du f.l.n avec qui il s'est marié par la suite (si mes
souvenirs sont bons)
Ne l'appelle t-on pas à juste titre l'avocat des causes perdues

                                                
TOUMI NOUREDDINE



Commentaires (5)

armede jean paul ( martinique)
  • 1. armede jean paul ( martinique) | lundi, 07 Mars 2011

bonjour!

cher maitre,
je souhaiterai dans l'urgence un rdv avec votre cabinet.
compte tenue de l'urgenge je serai a paris a partir du 10 mars 2011

merci de confirmer

steppe
  • 2. steppe | dimanche, 13 Décembre 2009

Bonjour
Exact ce que vous avancez chère Fatiha en parourant le journal El-watan ce matin , j'ai été sidéré d'apprendre que Djamila Bouhired est dans le besoin et tres malade et qu'elle n'a pas de moyens pour se faire opérer , c'est absurde et dingue , je n'en reviens pas encore

Fatiha
  • 3. Fatiha | dimanche, 13 Décembre 2009

Djamila Bouhired qui a été son épouse, lutte contre la mort en ce moment. Elle a vécu d'une manière très simple, ne voulant pas profiter es avantages comme ceux qui ont pillé le pays.
Je lui rends hommage à travers ce site, cette femme qui a combattu avec d'autres pour que nous soyons libres aujourd'hui et que nous puissions nous exprimer librement.
Fatiha

DJERBI
  • 4. DJERBI | mercredi, 22 Juillet 2009

Maître Jacques Verges est, sans aucun doute, le plus grand avocat !
De part ses qualités et son efficacité : il est le plus grand.
Il a su rester simple et "humain", proche des pauvres... et de l'injustice.
Il n'est pas "soumis" et il a résisté quand on essayait de faire de lui "une horreur"...
Il est pragmatique, logique et sûr de lui.
Je lui souhaite de le rester jusqu'au bout n'en déplaise...

JEAN NOEL DUPUIS
  • 5. JEAN NOEL DUPUIS | mercredi, 29 Avril 2009

bonjour,
je voudrais savoir si vous avez une adresse mail a me communiquer pour une affaire à confier à Maitre Verges
en attente de votre réponse
dupuis jean noel

Ajouter un commentaire