OPÉRA "SAUVAGE" ACT II

 

 

OPÉRA SAUVAGE

ACTE II

J'ai marché sur la lune

                                                     

  C’est au seuil de l'oued Saggar, qu’on voit surgir du sol, à perte de vue plat
  et nu, comme des silhouettes étranges de quelques châteaux démantelés ou
  des cités oubliées.
  De près, la forteresse que je comptais escalader est un plateau de forme
  tabulaire c’est la plus grande de toutes séparée de la falaise de la belle
  Embaraka de quelques deux cent mètres, il nous a fallu  un sacré bout de
  temps pour chercher le chemin le plus propice pour gagner le sommet,
  comble de l’ironie nous avons pris le chemin le plus escarpé et le plus
  dangereux, les pentes étaient très raides et très glissantes, disons tant mieux
le plaisir ne sra que plus intense et bien mérité à l'arrivée, j’ai failli même perdre mon appareil photo
suite à une chute, l’appareil  s'est cogné contre une  pierre heureusement que c'est le pare soleil qui a pris le choc
sans incident aucun (un grand ouf de soulagement) et en passant une pensée à l'amie Joëlle, de temps à autre on
faisait une petite pause pour reprendre notre souffle, l’escalade  nous a pris quelques trois quarts d’heure

Sitôt arrivés au sommet je n’en croyais pas mes yeux tellement le spectacle était époustouflant, j’en
tremblais presque, je me suis cru sur une autre planète, j’avais l’étrange impression que nous étions
les seuls survivants au monde, le paysage vu d'en haut était presque lunaire, quelques rares plantes
ont trouvé refuge, je suis tombé sur deux variétés que je n’ai vu nulle part ailleurs, quelques térébinthes
ont pris refuge au milieu des anfractuosités rocheuses, j'eus aussi l'agréable surprise de découvrir les restes
de deux arbes pétrifiés, sur la surface de ce plateau en différents endroits sont visibles de profondes déchirures
et le moindre faux pas ou un moment d'inattention risque d’être fatal.
Ce site reste à mes yeux l’un des plus spectaculaires sites du Sahara,

Un immense horizon sans fin s’étalait devant mes yeux qui semblaient reprendre toute leur acuité 
Du haut les gours environnants ont l’allure d’arcs de triomphe, ce sont en quelque sorte des forums silencieux, des voies
désertes qui me faisaient l’effet d’un squelette de grandes cités englouties, ici les forces des vents violents combinées aux 
pluies en ces époques lointaines ont façonné un paysage insolite, suivant la lumière ambiante, les lointains se prolongent en
des transparences infinies,
D'immenses blocs épars se sont détachés de ces hautes falaises comme frappés par un violent cataclysme et donnent un cachet
particulier et spéctaculaire à ce site, plus au sud lointain apparait la gara d’el anze (falaise des boucs), telle un navire en rade ou
comme pris dans une violente tempête.

  Au loin apparait l'oued Saggar dont le lit est envahi de sable, quelques taches
  sombres apparaissent sur ses berges, c'est des genêts qui se sont implantés 
  profitant de l'humidité accumulée sur les rives de ce grand oued, je savourais 
  avec délice l'instant présent où il me semblait être projeter dans une autre planète
  loin du monde des terriens dont je me suis toujours senti étranger.
  Et c’est avec un immense regret teinté de mélancolie et d’une joie intense que nous primes 
  congé des lieux, les lueurs diaphanes du ciel sous l’effet d’un très léger vent de sable visible
  à l’horizon lointain s’étaient atténuées laissant place à un tableau surréaliste où chaque couleur 
  étalait sa splendeur, bientôt le Sahara allait plonger dans le noir et retrouver son silence éternel, l’idée d’y retourner au plus vite me taraude
déjà l’esprit avant même que je ne quitte les lieux.
Malheureusement ces lieux courent de réels dangers suite à divers facteurs énoncés dans des rubriques passées avec entre autres
surtout l'implantation de la nouvelle ville de Brezina à proximité de ces sites magnifiques mais ô combien fragiles, ce n'est qu'une
question de temps, un laps de temps hélas très court pour constater les dégâts occasionnés à ce riche patrimoine , que dire sinon profiter
de l'instant présent avant le tsunami dévastateur.

                                                                 Par Noureddine Toumi
                                                                      Le dimanche 11 Mars 2016
 

                                                  

               

                   Le présent album comprend 140 photos au format Ultra Grand Angle
                   Cliquez sur la touche F11 de votre clavier pour visualiser les photos en plein format
                                                     
Photos prises le jeudi 8 mars 2918
                    NB/ Branchez vos enceintes acoustiques pour écouter la musique d'accompagnement

Les lieux vus avec mon appareil photo 

 

 

 

Commentaires (11)

Noureddine (webmestre Nostalgie) -  Sur : OPÉRA
  • 1. Noureddine (webmestre Nostalgie) - Sur : OPÉRA "SAUVAGE" ACT II | samedi, 19 Mai 2018
Bonjour Armande
Pour éclairer vos souvenirs la vache qui pleure se trouve a Djanet (désert d'Algérie), un véritable chef d'oeuvre, je n'ai pas encore eu le plaisir de voir cette oeuvre , c'est à plus de 2000 kms de chez moi, c'est vous dire combien le désert d'Algérie est vaste
Armande
  • 2. Armande | vendredi, 23 Mars 2018
Merci encore, cher ami, pour cette musique et les souvenirs qu’elle soulève
Pardon de n’avoir pas répondu plus tôt. Je supporte mal cet hiver qui n’en finit plus….
Oui j’ai connu le désert algérien mais je ne me rappelle plus quand ni où…. Je crois que c'était mon premier contact avec le désert et je disais: si une bonne fée me proposait de refaire un de mes voyages lequel ? Et je répondais toujours à la fée : le Sahara…. Lequel ? l(Algérie ? la Libye ? le Niger ? … Celui où j'ai vu la première gravure rupestre… La vache qui pleure… Puis celle où des militaires s’exerçaient au tir sur la tête d’une gazelle ou girafe datant de plusieurs centaines d'années….
Noureddine (webmestre Nostalgie)
  • 3. Noureddine (webmestre Nostalgie) | lundi, 19 Mars 2018
Rassure toi l'ami
A vrai dire sur ce genre de terrain je pense que les cordes, pitons, piolets ou autres ne sont d'aucune utilité sur ces falaises qui sont en terre sèche seul le haut de la gara est recouvert d'une très fine couche de grès très fragile d’ailleurs
J’attaque inchallah les prochains jours une autre falaise en attendant que le vent de sable se calme
Merci pour tes conseils
Dieu vous protège - Noureddine
Abdelhamid Bessaïh -  Sur : OPÉRA
  • 4. Abdelhamid Bessaïh - Sur : OPÉRA "SAUVAGE" ACT II | lundi, 19 Mars 2018
Bonjour Noureddine,
Merci aussi pour tes retours et les précisions. Sage précautions en effet, car ce genre de terrain n'est pas très stable. Je n'ai pas voulu te donner des leçons sachant que tu connais les lieux et tu en a l'expérience, mais j'ai songé à une précaution utile; à propos d'escalades et de falaises, j'ai pensé aux cordes d'alpinistes, qui toutes proportions gardées, ne peuvent faire défaut dans l'équipement d'un grimpeur.
Avec l'expérience acquise en communauté et les photos du site, vous pourrez mieux appréhender la escalade et avec toutes les précautions, ce sera un succès Inchallah.
Amicalement
Noureddine (webmestre Nostalgie) -  Sur : OPÉRA
  • 5. Noureddine (webmestre Nostalgie) - Sur : OPÉRA "SAUVAGE" ACT II | dimanche, 18 Mars 2018
Cher ami
Avant tout j'ai toujours du plaisir à lire vos retours
A vrai dire rares sont les fois où je suis accompagné dans mes escapades mais vu le risque que je pouvais encourir dans cette escalade le mieux était d'être accompagner car toute chute en étant seul pourrait être fatale
Les personnes présentes avec moi sont d'anciens collègues de travail
Pour l'inscription je n'ai pas fait attention tellement j'était subjugué surtout par la vue panoramique du haut
En effet la musique rime si bien avec les lieux
Hâte d'y retourner sauf que le vent de sable balaye la région depuis plus d'une semaine, peut être que les lieux n'en veulent pas de ces nouveaux corps étrangers (rires)
Amitiés
Abdelhamid Bessaïh -  Sur : OPÉRA
  • 6. Abdelhamid Bessaïh - Sur : OPÉRA "SAUVAGE" ACT II | dimanche, 18 Mars 2018
Bonjour cher ami et tous les amis du site,
Que dire de plus sur ce que tu as décrit merveilleusement bien, sinon que ces paysages vus du haut des falaises, sont impressionnants et pleins de mystères et de mélancolies. C'est une grande découverte visuelle pour nous, mais pour toi et tes accompagnateurs il y avait en plus les risques du terrain et pour cela, nous vous en sommes redevables de nous avoir offert ce spectacles. Je t'avoue qu'en d'autres temps j'aurai cédé comme toi au plaisir de l'escalade et aux sensations fortes; j'en ai la nostalgie. J'ai aussi remarqué les chefs d'oeuvres de la nature et le nivellement remarquable des falaises bien planes vues de loin. Heureux que le filtre solaire a été "le sauveur" de ton appareil photos, mais surtout que vous vous en êtes sortis indemnes. Je n'ai pas réussi à lire entièrement l'inscription au sol avec des pierres.
La musique a magnifié le diaporama.
Merci beaucoup à toi et ton groupe qui a partagé ton escapade, tes sensations et émotions.
Avec mes amitiés
Noureddine (webmestre Nostalgie) -  Sur : OPÉRA
  • 7. Noureddine (webmestre Nostalgie) - Sur : OPÉRA "SAUVAGE" ACT II | samedi, 17 Mars 2018
Merci amies et amis pour vos retours sympathiques
A d'autres découvertes si Dieu le veut
Bruno -  Sur : OPÉRA
  • 8. Bruno - Sur : OPÉRA "SAUVAGE" ACT II | mercredi, 14 Mars 2018
Cher ami,Merci de nous offrir de nous partager cette bouleversée et bouleversante Nature toujours étonnantes: Merveilleuse symphonie de formes volumes couleurs lumière,qui m'éveillent aussi bien des souvenirs de moments au désert
Armande - Sur : OPÉRA
  • 9. Armande - Sur : OPÉRA "SAUVAGE" ACT II | lundi, 12 Mars 2018
Merci beaucoup, cher ami, de penser à moi de me permettre de prendre un bain de soleil chez vous. J’en ai bien besoin avec le temps que nous avons ici qui n’arrange pas le moral.
Toujours la même émotion à voir ces paysages qui me rappellent les plus beaux moments de mes voyages au Sahara. Des souvenirs inoubliables. Je sens la chaleur du soleil sur mes épaules et aussi la fraîcheur des nuits à la « belle étoile »….
Je vous souhaite aussi tout le meilleur, et vous salue amicalement
Jean - - Sur : OPÉRA
  • 10. Jean - - Sur : OPÉRA "SAUVAGE" ACT II | lundi, 12 Mars 2018
Cher Noureddine,
Non seulement saharien passionné, écrivain de talent mais aussi alpiniste.... La steppe est encore plus impressionnante vue de haut. C'est vrai... Bravo l'artiste et grand merci pour cet "opéra sauvage"!
Gardez la forme et la passion au cœur!
Bien cordialement.
Jean.
Danièle PONSOT -  Sur : OPÉRA
  • 11. Danièle PONSOT - Sur : OPÉRA "SAUVAGE" ACT II | lundi, 12 Mars 2018
Merveille d'une nature sauvage et ( encore!) préservée! On se sent tout petit face à ces images splendides...

Ajouter un commentaire

×