SIDI MAAMAR BEN EL ALYA

 

SIDI MÂMMAR-BEN-SLIMANE

 

 

EL-ALYA

 

C’est au commencement du XVe siècle de notre ère que le chef de la famille d’où sortirent les Oulad-Sidi-Ech-Chikh,

Sidi Mâmmar-ben-Sliman-el-Alya, vint se fi xer en un point de la rive gauche de l’ouad El-Gouleïta, où il établit sa kheloua.

Contrairement à ses saints collègues, qui appartenaient au Maghreb, Sidi Mâmmar venait de Tunis,sa ville natale, où l’on

   voit encore le tombeau de son vénéré frère.

   La querelle qui détermina sa fuite de son pays était des plus futiles : si l’on en croit la tradition, ce serait

   à propos d’une pastèque que lui disputait son frère, sultan de l’Ifrikya (Tunisie).

   Quoi qu’il en soit, il vint s’établir, nous le répétons, sur l’ouad El-Gouleïta, au pied du versant ouest du  

   djebel Bounocta   
   Sidi Mâmmar était un saint marabout à qui Dieu avait accordé le don des miracles ; sa vie se passa

   en bonnes œuvres,Il eut deux fils, Saïd et Aïssa, lesquels fondèrent, sur l’ouad El-Gouleïta , pays

   des Bni-Amour,    un ksar, aujourd’hui ruiné, et qu’on appela Ksar-Ech-Charef,  le vieux ksar,  quand plus

   tard,les deux familles, s’étant partagées, se furent construit deux ksour qui prirent les noms d’Arbâ-El-

   Fouguani (l’Arbâ d’en haut) et d’El-Arba-Et-Tahtani (l’Arbâ d’en bas), ou des Arbâouat. (El-Bayadh)

    Sidi Mâmmar quitta ce côté-ci de la vie vers l’an 1420 de notre ère. Ses restes mortels furent déposés sur

    la rive droite de l’ouad 'El-Gouleïta, et en amont du ksar actuel de l’Arbâ-Et-Tahtani. Il fut le premier

    personnage des Bou-Bekria auquel on éleva un tombeau en Algérie.

 

Bien que Sidi Mâmmar-ben-Sliman-El-Alya soit depuis plus de quatre cents ans dans le séjour des bienheureux , il n’oublie

cependant pas ses enfants, les Oulad-Aïssa et les Oulad-Saïd; à différentes reprises, il en a donné des preuves tout à fait

convaincantes.

Ainsi, à la fin du siècle dernier, lorsque le bey d’Oran, Mohammed-El-Kebir, après avoir saccagé Chellala, s’apprêtait à faire

subir le même sort aux Arbâouat, la protection du saint couvrit visiblement,dans cette circonstance, ses descendants bien-aimés.

Le Bey était campé tout près du ksar Et-Tahtani; il avait fixé au lendemain, la destruction de cette bourgade.

Au moment où il terminait ses dispositions d’attaque, un tourbillon noir et épais jaillit tout à coup de la koubbâ, et alla

renverser des gens si puissamment protégés.

D’autres miracles qu’il est inutile de rapporter vinrent démontrer, dans diverses occasions, que le concours du saint était

toujours acquis à ceux de sa descendance qui l’invoqueraient, et que la dent du temps était sans effet sur l’affection qu’il

leur avait vouée.

 

   
 

SIDI AÏSSA-BEN-SIDI-MAMMAR

Sidi Mâmmar ben Sliman-El-Alya avait laissé deux fils, Aïssa et Sâïd, lesquels donnèrent leurs noms à deux grandes

familles établies dans le ksar Ech-Charef.

Sidi Aissa avait hérité la baraka, c’est-à-dire les faveurs du ciel dont jouissait, pendant sa vie, son vénéré père.

Sidi Aïssa, qui, tout naturellement, avait le don des miracles, n’en usa pourtant que modérément pendant le cours de son existence terrestre ; ce fut surtout après sa mort qu’il intervint miraculeusement dans les affaires de sa descendance, suivant en cela, d’ailleurs, l’exemple qui lui avait été donné par son modeste et vénéré père, Sidi Mâmmar-ben-El-Alya.

Se sentant près de sa fin, Sidi Aïssa fit appeler ses enfants, et leur donna le conseil de l’enterrer sur la face du ksar qui leur paraîtrait la plus menacée par un danger venant soit du fait des hommes, soit de celui des éléments.

Selon le saint homme, sa dépouille mortelle devait être une barrière infranchissable contre laquelle viendrait infailliblement se briser toute tentative de la part de ces diverses sortes d’ennemis.

Après avoir longtemps discuté sur cette question du point le plus menacé, l’assemblée finit par décider, à la presque

unanimité , que le côté faible de la place était sur la rive gauche de l’oued, le point où ses eaux dévastaient les jardins du ksar par leurs trop fréquents débordements.

Le corps de Sidi Aïssa fut donc déposé en ce point.

Comme le saint l’avait prédit, la rivière, débordée à la suite d’un orage torrentiel, prit, dès lors, une autre direction,

et ses eaux se déversèrent, sans cause apparente, sur la rive droite, celle où leurs débordements ne présentaient

aucun danger ; et elles en ont tellement pris l’habitude qu’aujourd’hui encore elles se répandent, par les temps

d’ondées, ailleurs qu’en suivant leur thalweg naturel, et paraissent s’éloigner respectueusement du tombeau du saint

marabout. 

Sidi Aïssa-ben-Sidi-Mâmmar avait vidé sa coupe vers l’an 1450 de notre ère.

 

  Une simple haouïtha marqua longtemps la place où la tombe d’un marabout qu’on n’a pas jugé digne d’une

  Sidi Aissa Ben-Sidi Maâmar fut déposée la dépouille mortelle de Sidi Aïssa, ainsi que celle de son vénéré père,

  et ce ne fut que vers le commencement du XVIIIe siècle que des kouba en rapport avec l’importance

  de ces saints leur furent élevées par les soins de Sidi Ben-Eddin, marabout de leur descendance.

  Ce saint homme eut, à recension de cet hommage, un peu tardif,  rendu à ses ancêtres, une aventure

  assez piquante avec Sidi Bou-Tkhil, un ouali de la descendance de  Sidi Abd-el-Kader El-Djilani, qui était

  mort aux Arbâouat , en revenant de faire une visite à l’illustre Sidi Ech-Chikh, et dont les précieux restes

  avaient été déposes auprès de ceux de Sidi Mâmmar et de Sidi Aïssa, son fils.

  Tout naturellement, Sidi Ben-Ed-Din ne s’était occupé que des saints de sa famille, de sorte que la tombe de

   Sidi Bou-Tkhil restait entourée de sa simple Muraille de pierres sèches Sidi Bou-Tkhil, qui avait la légitime   

   pretention d'être  un saint d’une valeur au moins égale à celle des marabouts des Arbâouat, et professant

   d’ailleurs cette maxime,  devenue plus tard un dogme politique,  que tous les saints sont égaux, Sidi Bou

  Tkhil, disons-nous, avait résolu de faire cesser un état de choses qui n’était pas sans nuire à sa considération,

  même dans le séjour des bienheureux.

  Sidi Ben-Eddin, ses constructions achevées, s’en retournait, se félicitant de son oeuvre, à El-Abiodh-Sidi

  Ech-Chikh.

  Tout à coup, un fantôme de proportions exagérées, et enveloppé d’un suaire d’une teinte terreuse qui

   indiquait un long usage dans koubba ; quelquefois, c’est à la misère ou à l’avarice des khoddam du saint qu’il

   convient d’attribuer cette coupable négligence.

   le tombeau de celui qui le portait, se dressa sur le chemin que parcourait Sidi Ben-Eddin ; un écart que fi t sa mule,

surprise par cette apparition, faillit le désarçonner.

 

Selon l’usage des revenants de tous les pays, Sidi Bou-Tkhil arrêta Sidi Ben-Eddin en étendant les bras de toute leur

longueur, ce qui augmentait encore lus dimensions du fantôme,à faire croire qu’il n’en finissait plus. Le saint des Oulad-

Sidi-Ech-Chikh en fut tellement saisi qu’il oublia tout à fait la formule par laquelle on éloigne les djenoun, car il était

persuadé que ce ne pouvait être qu’un de ces mauvais génies qui ne cherchent qu’à tourmenter les mortels.

Mais il fut bientôt détrompé : car, se débarrassant de son suaire, Sidi Bou-Tkhil lui dit qui il était, et se mit à lui reprocher,

en termes que la tradition dit avoir été assez vifs; bon manque d’égards envers lui. Sidi Ben-Eddin, qui ne savait trop que

répondre à des reproches si mérités, balbutia quelques excuses que le saint trouva détestables. Enfin, sentant qu’en définitive,

le plus court, pour l’apaiser, était de faire construire au trop susceptible ouali la koubba qu’il réclamait avec tant

d’amertume, Sidi Ben-Eddin lui promit de s’occuper sans retard de l’objet de la demande qu’il lui adressait, et de retenir

les maçons de Figuig qui venaient d’achever les kouba de Sidi Mâmmar et de Sidi Aïssa.

A ces paroles, la colère du saint tomba comme du lait bouillant sur lequel en jetterait de l’eau froide, et il disparut aux

 yeux de Sidi Ben-Eddin, en laissant derrière lui une odeur de musc, l’odeur de sainteté chez les Musulmans,

très caractérisée. 

Quelque temps après, Sidi Bou-Tkhil eut sa coupole comme ses deux confrères en béatitude, et il en fut sans

doute satisfait, car il ne dérangea plus, qu’on sache, sa dépouille mortelle dans un intérêt de satisfaction

 

 

 

 Retour home page

 

 

Commentaires (15)

Zidelmal -  Sur : SIDI MAAMAR BEN EL ALYA
  • 1. Zidelmal - Sur : SIDI MAAMAR BEN EL ALYA | jeudi, 02 Juin 2016

Bonjour,
Ma mère est une Sidi Mammar de Tizi-Ouzou. Y-a-t-il une parenté avec le saint Sidi Mammar de Cherchell ?
En quelque sorte, elle m'a parlé et raconté, à de nombreuses reprises, de son ancêtre qui a eu plusieurs garçons dont un en Tunisie. Cela me passionne davantage de connaître au mieux l'histoire de ce saint d'Algérie. Merci pour votre réponse.

Dr benyoucef  -  Sur : SIDI MAAMAR BEN EL ALYA
  • 2. Dr benyoucef - Sur : SIDI MAAMAR BEN EL ALYA | vendredi, 11 Octobre 2013

salut je veux savoir si la famille bettadj sont de sidi maamar merci....c'est le nom de ma chère mère

maamar  -  Sur : SIDI MAAMAR BEN EL ALYA
  • 3. maamar - Sur : SIDI MAAMAR BEN EL ALYA | mardi, 23 Juillet 2013

salut je suis maamar ben hocine ben ahmed 1882 ben mohamed ben maamar. à l'est d'algerie.

boukoftane fethi  -  Sur : SIDI MAAMAR BEN EL ALYA
  • 4. boukoftane fethi - Sur : SIDI MAAMAR BEN EL ALYA | vendredi, 31 Mai 2013

je suis boukoftane et je voudrais bien confIrme cette information
La famille BOUMOKOHLA et nos cousins BOUKOFTAN puisque c’est d’eux qu’il s’agit, est grande par son histoire.

ALIA  -  Sur : SIDI MAAMAR BEN EL ALYA
  • 5. ALIA - Sur : SIDI MAAMAR BEN EL ALYA | dimanche, 26 Mai 2013

Bonjour voila je m'appelle Alia et ma grand mère suit les traditions car elle est de Cherchell et on dit il faut se marier sur "el aarf de sidi maaamer"et elle dit aussi il faut jamais parler de lui en mal car en peut s'attendre a des trucs pas bien ??????

Yanis Sidi Maamar  -  Sur : SIDI MAAMAR BEN EL ALYA
  • 6. Yanis Sidi Maamar - Sur : SIDI MAAMAR BEN EL ALYA | dimanche, 02 Décembre 2012

Merci de faire honneur à mes ancêtres via cet article bien écrit, i-eychek !

Mokrane Abdelkader  -  Sur : SIDI MAAMAR BEN EL ALYA
  • 7. Mokrane Abdelkader - Sur : SIDI MAAMAR BEN EL ALYA | jeudi, 16 Août 2012

C'est la première fois que je visite ce site.Sidi Mammar , c'est notre tradition et on doit la respecter.Elle est d'une dimenssion universelle , car on retrouve Sidi Mammar un peu partout dans le monde.Beaucoup de recherches sont necessaires pour eclaircir certains evenements de l'histoire.

maamer souad - Sur : SIDI MAAMAR BEN EL AALYA
  • 8. maamer souad - Sur : SIDI MAAMAR BEN EL AALYA | samedi, 11 Février 2012

bonjour je suis fiere d etre maamer je suis tunisienne et souhaite savoir plus sur ce nom de famille surtout parce qu il est lie aun saint : sidi maamer

Mohamed Boudia  -  Sur : Sidi Maamar Ben El Aalya
  • 9. Mohamed Boudia - Sur : Sidi Maamar Ben El Aalya | mardi, 20 Décembre 2011

Merci pour tous ces renseignements concernant ce Saint Homme. Ce que je voudrais savoir s'il y a une quelconque parenté avec Sidi Maâmar Boumokohla d'El Asnam (Chlef) car lorszqu'on chante (loue) Sidi Maâmar il est dit : "Sidi Maâmar Guennouni, raïs essadate, Sidi Maâmar Hami el hmizyettes, ikathar El Alia elli rabbatou, etc.."

mohamed  maamar
  • 10. mohamed maamar | samedi, 08 Octobre 2011

salam voila je suis un maamar de bizerte en tunisie et je voudrais connaitre davantage sur les origines de la famille maamar. mon nom c est mohamed ben ahmed ben abdelkader ben hassen maamar

Ahmed Hakmi
  • 11. Ahmed Hakmi | samedi, 04 Juin 2011

بسم الله الرحمن الرحيم
شكرا أخي على المجهود الممتاز. أتمنى أن تترك الموقع قابل للنسخ حتى يستفيد منه الناس أكثر وشكرا

oudinat brahim zaoui
  • 12. oudinat brahim zaoui | samedi, 09 Avril 2011

salam ala zoua chorfa lahrar.en reponse a notre tres chere soeur .les karamates et les pouvoirs akhfahom allah fi hada el asr.

mekkakia maaza mohamed
  • 13. mekkakia maaza mohamed | lundi, 06 Septembre 2010

slt et saha ramdankoume tt

Noureddine ( webmestre Nostalgie )
  • 14. Noureddine ( webmestre Nostalgie ) | lundi, 09 Août 2010

Bonjour Sarah
A force de vouloir trop fouiner sur ces magnifiques légendes on risque de les dépoétiser.
Alors place au rêve
Amitiés

SARAH B
  • 15. SARAH B | lundi, 09 Août 2010

salam!
je suis assez curieuse de nature et je n'ai trouvé aucune réponse à mes questions.on dit que Sidi M3amar est connu pour ses miracleS( baroud sans carabine et feu sur son passage),on dit aussi qu'il ne faut jamais parler de lui en mal on peut,un feu pourrait se déclarer.en tant que bonne musulmane je n'ai pas le droit d'y croire, le mystère reste entier.

Ajouter un commentaire