SUR LES TRACES DE LA WARIONIA

 

 

SUR LES TRACES DE LA WARIONIA

                                                    C'est une plante ( arbrisseau )  qui  tenait à coeur à l'ami et père Raymond et qu'il aimait tant revoir, aussi nous repartîmes un jour à sa recherche
                                                    en cette journée de fin d'hiver et plus précisément en ce jour du 04 mars 2014 sous un ciel bleu et radieux, il faisait un peu froid ce
                                                    qui nous permettra d'entamer cette longue marche sans difficulté

                                                    Elle me faisait penser à la fameuse Monodiela qu'avait découvert Théodore Monod au désert du Tibesti en 1940 vivant
                                                    à l'abri de quelques fougères, accrochées au miracle d'un ruisseau perdu au cœur de ce désert. Il ne se doutait pas de
                                                    son importance : elle semblait si simple, si ordinaire, avec ses tiges fragiles et son modeste feuillage.
                                                    Cinquante années s'écoulèrent au cours desquelles on oublia la petite fleur, mais un botaniste anglais affirma que c'était bien une
                                                    espèce nouvelle relançant du même coup son intérêt scientifique, ce qui incita et encouragea feu Théodore Monod de repartir une fois
                                                    de plus à sa recherche et ce à l'âge de 93 ans (sacré bonhomme), il retrouva les les palmiers tels qu'ils les avaient laissé cinquante ans
                                                    plus tôt, mais la source s'était tarie et point de fleur Monodiella, elle avait disparu ou bien est-elle allée rejoindre une de ces étoiles la
                                                    haut dans les cieux  
                                                    On l'appela : la Monodiella  en hommage à Théodore Monod qui l'avait découvert
                                                    Faire des milliers de kilomètres à dos de dromadaire pour retrouver une fleur et ce à 93 ans ça relève de l'impossible qu'aucune
                                                    autre personne ne pourrait entreprendre

                                                    Pour notre fameuse Warionia connue chez nous sous la dénomination de kabbar lemiiz il nous a fallu trois bons quarts d'heure pour
                                                    la retrouver, pas facile de la repérer au milieu de ces grands rocs de pierre, elle était là tapie et blottie au beau milieu d'une ravine
                                                    entourée d'immenses rochers de grès comme pour mieux se cacher et se protéger des regards indiscrets, à sa vue je décelais une joie
                                                    intense chez mon compagnon, il la caressait presque, tournait en rond autour d'elle et sentait avec bonheur sa fleur qui dégageait une
                                                    une forte et agréable odeur
                                                    Beaucoup lui attribuent des vertus médicinales, et c'est ce qui entraînera sa disparition vu qu'elle est très rare, mais le danger réel qui
                                                    la guette c'est les magasins d'herboristes qui ne pensent qu'à se remplir les poches et qui poussent comme des champignons dans le
                                                    pays et mettent en péril notre flore et toute la biodiversité, c'est un réel danger dont personne ne semble se soucier, surtout que cette
                                                    plante ne pousse qu'en Algérie et au Maroc en de très rares endroits semi désertiques

                                                    Par la suite nous poussâmes notre marche vers le sommet d'une petite montagne qui dominait les lieux une multitude de somptueux
                                                    btoum ( térébinthes)i avaient poussé au milieu de ce décor tourmenté, de rares touffes d'alfa garnissaient les lieux
                                                    Du haut du sommet de cette montagne, une vue imprenable s'offrait à nos yeux, on pouvait distinguer sans peine l'Outed, un piton
                                                    rocheux,  c'est sous ses pieds  que menaient les soeurs de El abiodh sid Cheikh une vraie vie nomade à la manière des gens de la région,
                                                    http://steppe.doomby.com/pages/vestiges/une-vie-nomade.html 

                                                    A notre descente nous croisâmes un nomade pasteur, une vielle connaissance du père Raymond au beau milieu d'un vieux ksar en ruines,
                                                    un cimetière presque effacé côtoie les lieux, à l'extrémité de ce vieux ksar on distingue de magnifiques vergers abandonnés témoins d'une
                                                    période faste où je pense le climat était plus clément et l'eau en abondance et surtout l'homme plus bosseur que celui de notre époque où
                                                    nous sommes devenus rien de plus que des tubes digestifs ambulants et où le consumérisme règne en maître absolu

                                                                                                                                                    Par Noureddine Toumi
                                                                                                                                                              Le 04 septembre 2020

                                                                                                      Photos prises le 04 mars 2014 avec un modeste APN

                                                                                                Cliquez sur la touche f 11 de votre clavier pour Voir les photos en plein écran
                                                                                                                 Si la musique tarde à se lancer cliquez sur play
                                                                                                                   Le présent diaporama comprend 82 photos

                                                                                                 
      
                                                                                     

                                           

...
...

 

Commentaires (2)

Georges Salemme -  Sur : SUR LES TRACES DE LA WARIONIA
  • 1. Georges Salemme - Sur : SUR LES TRACES DE LA WARIONIA | samedi, 05 septembre 2020
Je vous remercie pour vos nouvelles rubriques au pays des larmes et wariona que j’ai apprécié avec nostalgie , grâce à vous je revisite cette région que j’ai aimé et que j’aurai voulu connaitre d’avantage .

Georges
Raymond -   SUR LES TRACES DE LA WARIONIA
  • 2. Raymond - SUR LES TRACES DE LA WARIONIA | samedi, 05 septembre 2020
Warionia ! Une asteracée, Du nom d'un botaniste du 19° s. Une plante étonnante et assez rare qui fait penser au Chardon béni mais sans épine et capable d'embaumer le lieu où elle se trouve : à mi-hauteur sur le bord d'un ravin rocheux, une vraie gorge. Son parfum encore plus étonnant qui rappelle certaines pommes mais est bien différent et doit avoir en lui même plusieurs vertus.

Ajouter un commentaire