LE PALMIER

 

 

             Palmeraie de Brezina

 

             LE PALMIER DATTIER

                                                                               

                       

La légende a été de tout temps et chez tous les peuples , une des formes les plus séduisantes sous laquelle la
masse ignorante de l’antiquité , et   même celle de nos jours , a accépté l’éxplication de faits que la science où
l’histoire n’ont pu éclaircir ; ce sont par des récits populaires reposant sur un fond plus ou moins altéré de
vérité ou du moins prétendu historique , que se sont transmises les origines et et l’histoire du palmier , cet
arbre bienfaisant des pays musulmans.               

Il nous faudra aujourd’hui puiser à la seule source qui nous soit offerte , celle de la tradition orale , rarement
écrite et plus ou moins fidelement rapportée par les générations successives ; c’est par là seulement que nous
pourrons obtenir souvent l’explication de certaines croyances ou coutumes se rattachant au palmier et à sa
légende.

Est-il besoin ici de refaire l’éloge de cet arbre qui constitue une des principales productions de la zone saharienne

et dont on retire des avantages réellement appréciables.

Le sahara n’est-il pas son domaine ; ses dunes , ses eaux et son climat brulant ne lui donnent-ils pas sa vie ?...

Il est le splendide ornement de nos régions désertiques ; c’est l’arbre de prédilection et de salut .Aussi bien nous lui

devons-nous cet hommage que , plus délicat encore , M. A. Rambaud lui rendit en consacrant son éloge dans les lignes

suivantes :

                                                       «  C’est aussi de l’or , dit-il dans un ouvrage que rapporte

                                                                         à l’Afrique l’éxportation des dattes , pareilles à des doigts

                                                                     de lumière d’une saveur si éxquise que les anciens croyaient

                                                                       retrouver en elle ce fabuleux lotus , délicieux au point de

                                                                          faire oublier la patrie, filles diaphanes du soleil  qui

                                                                      murissent la bas bien loin dans le sud , sous le panache

                                                                       des hauts palmiers , dans les racines plongent dans la

                                                      fraicheur des sources et dont les têtes s’épanouissent dans le feu du désert »

 

L’auteur d’un ouvrage d’histoire naturelle , le cheikh très érudit Kamel Eddine du Caire , a donné dans son ouvrage

« De la vie des animaux et végétaux » une courte déscription du palmier et il éxpime en quelques lignes , selon nous ,

aussi bien le sentiment du simple fellah Egyptien que celui du saharien sédentaire ou nomade de l’Algérie

 

Le palmier dattier dit-il est un arbre béni . On n’en trouve que dans les pays musulmans , le Prohète a dit :

«  Traitez généreusement votre oncle le palmier , parcequ’il a été créé du surlus du limon , de la terre dont Adam fù

t lui-même façonné : Il ressemble à l’homme par la rectitude de sa taille et de sa hauteur , par sa distinction entre le mâle

et la femelle et la particularité de sa fécondation . Si sa tête venait à être coupée , il mourrait ; si son cœur était éxposé à

quelque accident , il périrait.

N’en est-il pas de même de la cervelle de l’homme lorsqu’elle est atteinte ? Lui coupera t-on les branches , il n’en

repoussera plus à leur place , comme il advient des membres humains . Il est recouvert d’une sorte de bourre analogue

aux poils de l’homme , et c’est seulement la proximité du mâle et de la femelle et l’odeur séminale dont il est pénétré qu’il

peut produire.

 

Dans les traditions islamiques «  d’El-bokhari , abdallah Ibn omar , disciple du prophète , rapporte que du temps de l’envoyé

de Dieu , la mosquée était bâtie en briques crues , le plafond était fait de branches de palmiers et les colonnes de troncs de

palmiers , Abou bakr n’y change rien » Il n’est pas rare aujourd’hui , de trouver dant maint ksar ou zaouia du sud Algérien

des mosquées d’aspect tres modeste dont la construction est entierement faite de « toub » et le plafonnage et les colonnes

intérieures en toncs et et branches de palmiers.

 

Quel voyageur parcourant l’immensité du désert sans limites ne s’est pas senti pénétré d’un sentiment de sincere

admiration pour l’œuvre divine , mélée à une douce reconnaissance , lorsqu’après de longs parcours et des fatigues

sans nombre , durant des journées d’une décevante monotonie , sous un ciel brulant il découvre tout à coup l’horizo

embrasé des mille feux du soir , la masse sérée et verdoyante d’une oasis , alors qu’il déséspérait de parvenir au terme

du voyage ?

La tradition relatée plus haut par le cheikh Kamel Eddine et attribuant à l’homme et au palmier une origine commune

« l’ange gabriel dit à Adam «  Mets ta confiance en Dieu le tres haut , l’unique ; lui seul pourvoira à ta vie »

A ces mots surgit instantanement de terre un arbre à la taille élancée , au feuillage verdoyant couvert de fruits

succulents .

Stupéfiait Adam se prosterna devant la manifestation de la toute puissance divine et s’écria :

«  O ! Mon Dieu que ta gloire soit proclamée....

Des lors le palmier apparut dans le monde et se répandait par la production et la sélection naturelles , reproduisant et

procréant partout des éspèces nouvelles qui donnerent par la suite des temps naissance à une diversité d’arbres dont

chacun eut un temps spécial ; chaque variété fût classifiée suivant la couleur et la forme des fruits , et depuis , la grande

famille des monocotylédones compte 200 éspèces.

Chaque peuple musulman a attribué un nom particulier à chacune d’elles et il est à remarquer que dans le sud algérien ,

ces appelations sont quelques fois données par ésprit d’analogie avec d’autres ruits : la « takermousset » du mot

« kermouss » ,datte de couleur violacée ,  qui ressemble à la figue fleur du tell « feggous » , datte oblongue semblable au

petit melon dit : fegousss.

 

 

 

On lit en éfet , dans les traditions islamiques d’El-bokhari : «  On obtient d’Ibn Omar que le prophete dit un jour :  parmi

les arbres , il en est un dont les feuilles ne tombent pas et qui est l’emblème musulman . Enseignez moi quel est cet arbre ?

Les fidèles pensèrent à divers arbres du désert : quant à moi dit Abdallah ben omar , j’étais persuadé qu’il s’agissait du

palmier ; puis comme on demandait à l’envoyé de Dieu quel est cet arbre ? il répondit : c’est le palmier

 

Aucun dicton bien spécial ayant trait à la culture du palmier n’a cours parmis les populations sédentaires ou nomades ;

toutes s’en tiennent aux procédés transmis par leurs ancètres préconisant la transplantation des pousses en octobre

après la cueillete des régimes et la fécondation e février et mars à l’époque de l’apparition  de la gousse renfermant le

régime dont l’éclosion est souvent contrariée par de brusques variations atmosphériques.

Nous ne vanterons pas ici les vertus medecinales de la datte ou de la sève du palmier , qui macérées toutes deux dans

un jus acide quelconque , possèdent la propriété de guérir certaines maladies secrètes . Nourriture saine , la datte permet

aussi de faciliter l’embonpoint et l’empatement des chairss , critérium de beauté tres apprécié dans le monde musulman .

Le prophete n’a t’-il pas dit : «  Nourrissez vos femmes avec le fruit du palmier ; leur corps et leur sang s’amélioreront. »

                                                                                                

 

 

Tronc de palmier ( Palmeraie de Brezina )

 

 

 

 Retour home page

 

 

Commentaires (21)

Yur  -  Sur : LE PALMIER
  • 1. Yur - Sur : LE PALMIER | samedi, 06 Juillet 2013

Très juste ... Toute bonne action mérite récompense ...

Abderrahmane MOKHTARI -  Sur : LE PALMIER
  • 2. Abderrahmane MOKHTARI - Sur : LE PALMIER (site web) | samedi, 06 Juillet 2013

C'est le cas de le dire,oh! Si Noureddine,j'ai été très touché par ton gentil message plein de tendresse et de générosité ,comme la "sadakka",il faut offrir,il faut faire un don qui peut revêtir plusieurs formes et Dieu fait le reste, cad, il y a la compensation qui vient après. Comme tu le dit si bien ,à ta manière: "Le généreux Haroun charmé de cette réponse, lui donna une poignée de pièces d'or.« Eh bien,vieillard, qui peut dire que j'aie travaillé inutilement aujourd'hui, puisque l'arbre que je plante rapporte, dès le premier jour,de si beaux fruits?Est donc vrai que celui qui fait du bien en est toujours richement récompensé."
Mon neveu a planté devant chez-lui un olivier qui fait le bonheur de la maison de feu ma soeur et qu'aujourd'hui ,il le voit pousser ! Je le félicite à l'occasion .Merci ,au revoir ,Abderrahmane,votre humble serviteur,qui demeure en attente de vous lire!

Noureddine ( webmestre Nostalgie )  -  Sur : LE PALMIER
  • 3. Noureddine ( webmestre Nostalgie ) - Sur : LE PALMIER | samedi, 06 Juillet 2013

Salam
Le calife Haroun AI-Raschid rencontra un jour à la chasse un vieillard qui plantait un noyer.
« Quel fou, dit le calife à sa suite; il fait comme s'il était encore jeune, et qu'il dut recueillir les fruits de cet arbre.
Ses courtisans rirent, comme lui,de ce vieillard; le calife marcha vers lui et lui demanda son âge.
- Quatre-vingts ans passés, Seigneur,répondit-il mais Dieu merci je me porte aussi bien que personne.
- Combien de temps comptes-tu donc vivre encore, poursuivit le calife, pour planter encore à ton âge des arbres qui rapportent si tard ? Pourquoi te fatiguer si inutilement?
- Seigneur, répondit le vieillard je me contente de planter des arbres, sans m'embarrasser si les fruits seront pour moi ou pour un autre.
Il est juste que nous fassions comme ont fait nos pères. Ils ont planté des arbres dont nous avons mangé les fruits puisque nous avons profité de leur travail, pourquoi serions-nous plus avares à l'égard de notre postérité qu'ils ne l'ont été pour nous? Ce qui ne sera pas récolté par le père,le sera par le fils. »
Le généreux Haroun charmé de cette réponse, lui donna une poignée de pièces d'or.
« Eh bien,dit le joyeux vieillard, qui peut dire que j'aie travaillé inutilement aujourd'hui, puisque l'arbre que je plante rapporte, dès le premier jour,de si beaux fruits?
Est donc vrai que celui qui fait du bien en est toujours richement récompensé.

Yur  -  Sur : LE PALMIER
  • 4. Yur - Sur : LE PALMIER | vendredi, 05 Juillet 2013

"Happiness is only real when shared" ... Christopher McCandless
Salutation .

Abderrahmane MOKHTARI  -  Sur : LE PALMIER
  • 5. Abderrahmane MOKHTARI - Sur : LE PALMIER (site web) | vendredi, 05 Juillet 2013

..................................................................................!Je vous salue et je salue Si Noureddine que je viens d'avoir le plaisir de rencontrer et d'avoir échangé avec lui à El-Bayadh sur place et d'avoir fait le chemin ensembles en voiture en direction de Sid El Hadj Eddine où nous avons profité du renouveau de la nature en ce qui concerne l'alfa ,el gatfa et les différentes plantes de la région qui se sont développés d'une manière miraculeuse .Je vous fais part de mon étonnement ,car après cette longue et interminable absence (2 ans) j'ai pu constater la différence sur la taille et le progrès constaté sur les plantes spécifiques de la région .Je reviendrais !Ain Chaa Allah sur ce phénomène .............................................!
Je reviens sur le temps écoulé depuis notre dernière intervention sur le"Palmier"l'idée me revient sur l'utilisation de la datte surtout en ce qui concerne la datte de" Hmira"qui est utilisée il y a bien longtemps par les bédouins pour parer à des manques c'est à dire "à la place des épices et de la tomate concentrée en conserve, " :la bédouine fait diluer la datte (tèmeresse ettamra maa elmaè elhami)dans de l'eau chaude et la verse dans le bouillon chaud de la marmite et obtient un bouillon préféré qui servira à arroser le couscous à présenter aux invités "..............................................................Moi ,aussi à mon tour ,je vous faits part de mon attente qui a été très longue due à la suspension du site et au temps que vous avez mis à répondre .Ma visite à Géryville et à El-Bayadh ,a été comme une cure de désintoxication".......................................je souhaite continuer à faire le chemin ensembles et souhaite que les amis internautes puissent nous faire part de leurs impressions , merci et à bientôt pour déguster les fruits de ces actions oh! combien utiles et efficaces , au revoir et à bientôt ,pour vous lire ,votre ami Abderrahmane,

Yur  -  Sur : LE PALMIER
  • 6. Yur - Sur : LE PALMIER | jeudi, 04 Juillet 2013

En retard ...en retard ... très en retard !!... un mois et quelques jours sont déjà passés sur ces derniers écrits,
mais je tiens quand même à vous féliciter pour toutes les informations que vous avez fournies sur ce fruit
Pour moi maintenant, je pourrais dire que c'est "l'embarras du choix"!!!... Et oui surtout en cette période du ramadhan qui approche où la consommation des dattes se fait plus que les autres jours de l'année chez nous !! Non, je vais être raisonnable et rester avec la datte DegletNour , n'est-ce pas ?? ... en attendant l'après- ramadhan ainsi que la nouvelle saison pour faire la dégustation de cette grande variété...
Quant à vos agréables souvenirs ..., je dirais comme surgis des "Mille et une nuit"!! ...
Notre ami Noureddine, je te salue !!

Abderrahmane MOKHTARI  -  Sur : LE PALMIER
  • 7. Abderrahmane MOKHTARI - Sur : LE PALMIER | dimanche, 02 Juin 2013

..............................................je vous dis ,bonjour,je ne vous apprends rien en vous faisant savoir que cette rubrique m'a retenue longtemps et je suis toujours en train de me rappeler du palmier et des dattes et de la vie pendant mon enfance qui s'est passée très vite .Alors que les histoires sont nombreuses et foisonnent dans ma tête.Parmi les contes ,je me suis rappelé des caravanes de dromadaires qui revenaient du Touat avec beaucoup de sacs pleins de dattes destinées au marché et dont une autre partie allait être emmagasinée dans les maisons des nomades qui "habitaient en ville.Je me suis rappelé que lors de la cueillette du"guise"(c'est une plante que nous mangions à l'époque au printemps et qui nous bourrait le ventre à défaut de dattes!)mais la chose virait autrement quand on s'apercevait du passage des dromadaires dont le dot était chargé de dattes alors nous salivions et jetons automatiquement la fameuse plante le"guise"d'où l'expression:"cheff elgafla kess elguise" cad en français: "dès qu'il perçu la caravane ,il jeta la plante(el guise)en parlant de nous autres enfants éprouvant l'envie de savourer les dattes ...............................!"combien d'histoires de la sorte remplit notre petite tête.
.....................................pour vous dire que même en ces moments de nostalgie ,je languis et j'ai la folle envie de manger les dattes et les plats tels que la "maakra" "eroub""erfiss"et d'autres mets qui sont toujours dans la mémoire........................................................................Je vous souhaite une
bonne lecture et au revoir et dans l'envie de vous lire moi aussi,à bientôt!.................Abderrahmane,

Abderrahmane MOKHTARI  -  Sur : LE PALMIER
  • 8. Abderrahmane MOKHTARI - Sur : LE PALMIER | samedi, 01 Juin 2013

.........................................................................Je poursuis mon travail,en contribuant à l'effort de découvrir ,toujours un plus d'informations :j'ajoute quelques données sur la qualité,la production et les différentes espèces de dattes spécifiques à notre pays ,je vous les présente ci-dessous :
«Le Deglet Nour, un autre joyau du désert algérien:
L’Algérie, le pays aux multiples trésors. La formule peut paraître légèrement flatteuse, mais certainement pas pour les aficionados de la datte, ce célèbre fruit du désert. Le deglet nour est le nec plus ultra en matière de datte et l’authentique ne se trouve qu’en Algérie. De fait, cette catégorie se retrouve également en Tunisie, qui ne faisait autrefois qu’un avec l’Algérie, et quelques milliers de plants ont émigré, pendant la colonisation française, en Californie (Etats-Unis) et en Israël. Malheureusement, n’est pas deglet nour made in Algérie qui veut. « Fine, blonde, elle dégage une bonne odeur », explique Mohamed Salah Haddoud, le président-directeur général de la Société de dattes et des produits agro-alimentaires (Sodapal), dont le siège se trouve à Tolga (nord du pays). L’entreprise est chargée de la protection, du suivi des récoltes, de la sélection, de la transformation, du conditionnement et de l’exportation des fruits du palmier dattier, qui pousse dans le Sahara algérien.
Septième producteur mondial de dattes, l’Algérie exporte 15 000 tonnes chaque année dans tous les pays du monde via la France. C’est en effet là, selon le responsable de la Sodapal, qu’est acheminée 90% de la production algérienne pour être, entre autres, réexportée. Pourtant ce sont les Algériens qui sont les véritables consommateurs d’une production annuelle, toutes variétés confondues, estimée à 200 000 tonnes. Un dattier, qui donne ses premiers fruits entre l’âge de 7 et 10 ans est capable d’en produire jusqu’à 200 ans, voire beaucoup plus, fournit environ 35 kg de dattes par an. « Dans les années 60, l’Algérie exportait 30 000 tonnes, mais aujourd’hui la consommation nationale a triplé, sans compter les fuites aux frontières que l’on pourrait estimer à près de 10 000 tonnes », explique M. Haddoud. Aux frontières du Niger ou du Mali, par exemple, la datte sert encore de monnaie d’échange entre les populations qui la troque contre le bétail. Le troc va également bon train avec Lybie, la Tunisie ou encore le Maroc.
Les Algériens : de gros mangeurs de dattes « Il existe un millier de variétés de dattes, car chaque noyau est une variété en soi. Le jardin d’un particulier peut en receler, à lui seul, trois ou quatre espèces différentes. » Elles ne sont néanmoins pas toutes propres à la commercialisation, une qualité, en plus de toutes les autres, que possède le deglet nour. Il n’en a pas toujours été ainsi. C’est seulement après la colonisation que cette datte demi-grasse a vu sa cote augmenter. Auparavant, les agriculteurs lui préféraient le sec mech degla qu’ils pouvaient transporter à dos de dromadaires et troquer avec le nord du pays et dans le Sahara. Et la petite quantité qu’ils cultivaient était réservée aux invités. « Quand le mech degla devient trop sec, il est transformé en une farine qui se consomme mélangée avec le lait. De même, le ghars, datte molle disponible uniquement sur le marché local, est transformé en une pâte que l’on mélange avec du blé moulu grillé, de la semoule et du beurre pour obtenir un gros morceau de datte confite ». Ce met, « conservable pendant un mois », aurait permis aux « moudjahidines pendant la révolution de 1954 à 1962 de tenir, avec un peu d’eau, sans rien manger d’autre, pendant 10 à 15 jours », indique Mohamed Salah Haddoud. Cette variété, étalée sur des clayettes, s’égoutte également pour produire du miel. Sa présence dans l’alimentation de base indique ainsi l’importance de la phoeniculture (culture des dattes) dans l’arboriculture fruitière en Algérie.
A l’étranger, le degla beida, datte blanche, sèche et lisse, est très appréciée en Afrique noire. Le fruit s’exporte ainsi vers toute l’Afrique de l’Ouest. Le tafezouine, cousin du deglet nour, est quant à lui très prisé dans les pays scandinaves vers lesquels il est exporté. La plupart des palmiers dattiers se trouvent dans le sud-est du pays entre Biskra (aux portes du Sahara) et Ghardaïa. Les premières dattes se récoltent d’octobre, pour les plus précoces, à décembre. Elles sont ensuite conservées dans des chambres froides. A noter que Tolga est le fief de la production de dattes en Algérie. Sur le plan national, le prix du kilo de déglet nour varie entre 2,3 et 2,5 euros - alors que les autres variétés sont au maximum à un euro le kilo- et le prix plancher à l’exportation s’élève à 2,6 euros. A ce prix, il est évident que ce ne sont pas les dattes qui remplissent les caisses de l’Etat algérien. Néanmoins, l’industrie de la datte en Algérie gagnerait à ce que l’on se penche sur sa transformation - une problématique souvent mise de côté - en confiseries, en miel, en alcool et autres douceurs qui rendent la vie un peu plus belle././ par Falila Gbadamassi. »............................................................Je sais que notre amie Yur aime beaucoup "Dèglet Nour"et la datte blanche.Je m'attends à sa réplique sur la prochaine "fournée"et en vous souhaitant une lecture bénéfique et efficace à tous les internautes qui veulent bien nous lire et pourquoi pas nous donner leurs idées .Votre collègue ,Abderrahmane,

Yur  -  Sur : LE PALMIER
  • 9. Yur - Sur : LE PALMIER | jeudi, 30 Mai 2013

Bravo !!
Avec un peu de chance, moi je ne saurai reconnaître que la délicieuse DegletNour ; d'ailleurs je n'ai jamais
entendu tous ces noms cités ; pour moi tous ces fruits c'est "tmar" (dattes)!!
Mais au fait, il y a aussi cette variété marron-jaunâtre, disons pas mielleuse du tout mais sèche, son nom serait-il "garbaâ"!! comme elle est appelée par les gens du tell??
Bonne journée.

Abderrahmane MOKHTAR  -  Sur : LE PALMIER  I
  • 10. Abderrahmane MOKHTAR - Sur : LE PALMIER I (site web) | mercredi, 29 Mai 2013

.................................................................................C'est effectivement moi,je réponds à notre Amie Yurali!et à notre Site qui devient une école ,grâce à son fondateur,notre Ami Nour Eddine:
"Et comme plusieurs autres sujets que vous avez richement développés M.Abderrahmane, ce plus d'informations sur le palmier n'est que bienvenu c'est sûr!!A plus Inchallah!! "et j'ajoute en plus la citation:" Toute la richesse, toute la splendeur du monde est dans le passé." A.France."je vous dirais que vous aussi vous avez le goût de développer les notions de sciences et les curiosités qui se présentent à nous par l'occasion. Je me permets de vous féliciter et vous remercier en conséquences....................................................! Pour un plus d'informations ,je poursuis sur l'aspect des fruits que nous offre ce majestueux "Palmier",je les cite un par un,comme la table de multiplication qu'on récitait d'une manière mécaniste à l'école .Cet arbre du paradis nous offrait plusieurs genres de dattes qu'on consommait dans notre enfance,vite passée hélas!,je commencerais par la datte "Lehméra" la datte rouge,avec la quelle nos mères nous préparaient le fameux gâteau nommé"Lemaakra"(ce gâteau était présenté sous forme de boulettes et cette datte servait à la préparation du fameux sirop de dattes nommé :"Erroub"et aussi le délicieux "Erfiss"fait à l'aide de"khoubz "de beurre dit "zebda"et de dattes qui sont passées par le couscoussier et auxquelles ont été retiré les noyaux.
Je continue de vous donner les noms de ces dattes qui faisaient notre joie ,pendant notre enfance,vite passée en un temps record:la 2ième :"Tinn Jaouhar",la 3ième "Tinn Houd",la 4ième
"Elgharss",la 5ième ,bien sûr ,"Dèglètt Nour"que tout le monde raffole,surtout pendant le carème!la 6ième "Etamra Elbaydha"datte blanche et il y a aussi beaucoup bien d'autres espèces comme par exemple .............."Elfagouss" et j'en passe...................................Chez les nomades,chez
mes encêtres de la tribu,la datte est stockée ,dans des sacs ,et,elle sert à la nourriture de tous les jours ,merci et à bientôt à tous les internautes ! et à tous les amis!..........................votre collègue ,Abderrahmane,

Yur  -  Sur : LE PALMIER
  • 11. Yur - Sur : LE PALMIER | mardi, 28 Mai 2013

...Nostalgie quand tu nous prends ...
Et cette fois-ci, via "Géryville Nostalgie" et à travers les explications de notre collègue, je me vois revivre
mes années collège et lycée où je commençais à me familiariser avec ce jargon propre à la botanique qui est étudiée en ces cours de sciences naturelles longtemps enseignée chez nous dans cette langue.
"Monocotylédone, inflorescence, stipe, pétiole,..." et bien d'autres...
Je me revois plongée dans ce fameux ouvrage qu'est le dictionnaire dans le soucis d'élucider et de maîtriser chacun de ces nouveaux qu'ils étaient encore pour moi à cette époque. Mais était là, heureusement, la toute puissance magistrale ; sur elle on pouvait compter pour se voir se hisser vers le futur et vers le haut !!
Et voilà que, aujourd'hui, ces mots contenus dans le "cours" si bien détaillé de notre ami, me renvoient vers l'une des cases de départ de ma vie!!
Ironie du sort !! ou plutôt la magie du temps sur les mots ; car aujourd'hui combien il m'est agréable de les retrouver!!
Mais je pense soudain à cette citation que vous avez choisie et qui colle si bien à cet espace :
"...Toute la richesse, toute la splendeur du monde est dans le passé." A.France.
Et comme plusieurs autres sujets que vous avez richement développés M.Abderrahmane, ce plus d'informations sur le palmier n'est que bienvenu c'est sûr!!
A plus Inchallah!!

Abderrahmane MOKHTARI  -  Sur : LE PALMIER  I
  • 12. Abderrahmane MOKHTARI - Sur : LE PALMIER I | lundi, 27 Mai 2013

...............................................................Comme le dit notre charmante collègue internaute Yur .......:"C'est un arbre d'une grande beauté se dressant fièrement vers le ciel !! comment ne pas le respecter ??".....c'est une appréciation ,à sa place et je continue en donnant ,une explication sur les spécifications propres à cette espèce de flore qui existe sous la forme multiple dans notre pays ;je vous prie de lire ci-dessous les quelques données que j'ai pu glané pour vous :...............:

"Palmier ou Dattier
Le palmier n'est pas un arbre, mais un monocotylédone. Le stipe est au palmier ce que le tronc est à l'arbre. Il supporte les feuilles terminales. Il se forme avec le pétiole fibreux et empilé des feuilles mortes.
Étymologie : son nom latin est Phoenix dactylifera car il était connu des Phéniciens dès l'antiquité.
Origine : Asie, Ouest et Nord de l'Afrique. Le seul palmier originaire de France est le Chamaerops humilis. Tous les autres palmiers ont été importés.
Habitat : zones arides.
Rusticité : la plupart des palmiers ne supportent pas les hivers rigoureux. Toutefois, le palmier Trachycarpus fortunei pousse dans les montagnes de l'Himalaya où il connaît des hivers neigeux.
Durée de vie : 100 ans.
Taille maximale : 30 m.
Feuillage persistant : les feuilles sont des "palmes" pennées et coriaces. Une palme se compose de plusieurs éléments entiers, étroits et pointus et de 40 cm de long environ.
Inflorescence dressée au sommet, composée de multiples fleurs en grappe (10.000 fleurs par inflorescence). Les fleurs mâles et femelles sont distinctes et portées par des sujets différents.
Fruit : baie à pulpe sucrée, de 3 cm, oblongue.
Utilisations : le palmier-dattier est typiquement cultivé dans les oasis sahariens. La production varie de 10 à 100 kg par arbre avec un rendement normal moyen de 50 kg par arbre, et ce pendant un siècle par arbre. Un hectare de palmeraie produit environ 6 000 kg par. La datte est séchée au soleil, et ainsi confite, elle peut être conservée. Faute de bois, le stipe du palmier sert dans la construction de cabanes. Les palmes participent à la couverture de ces cabanes.
Autres espèces : il existe 2600 espèces de palmiers (Brahea armata, Butia capitata, Canariensis, Chamaerops humilis, Trachycarpus, Sabal minor, Jubea chilensis, Nannorhops, Serenoa repens, Raphidophillum hystix,, ...).
Celui-ci est le Washingtonia filifera, ou Palmier de Californie. Il pousse facilement dans le Midi de la France.Il a été nommé Washingtonia, en l'honneur de George Washington (1732-1799) premier président des EU et Filifera, du latin filifera, "qui produit des fibres".
Origine : Californie, Arizona, Mexique
Habitat : supporte les sols pauvres, arides.
Taille maximale : 15 m, 60-80 cm de diamètre.
Tronc : compact, fissuré, constitué des bases d'anciennes feuilles.
Feuilles palmées, de 1,5-2 m de long, composées de 50-80 éléments. Le pétiole est denté.
Fleur : blanche, de 3-5 m, naissant à la base des feuilles.
Fruit : ovoïde, de 0,6 cm de diamètre.
Conseils de plantation :Les palmiers poussent en France (et climat équivalent) à condition de prendre quelques précautions : d'abord, il faut les planter après l'hiver, quand la terre s'est réchauffée. Mais le problème, c'est le froid : les palmiers ne supportent pas les hivers très froids (températures prolongées inférieures à - 10° lors d'un froid sec, ou - 5° humide). Ils résisteront mieux si le sol est bien drainé, l'exposition au Sud, de préférence au pied d'un mur qui renvoie la lumière et la chaleur. Avant les jours de grand froid, rassembler et lier les feuilles entre elles, éventuellement les recouvrir d'une bâche tout en laissant l'air circuler. Protéger aussi la base avec de la paille, ou des écorces (qui s'achètent en jardinerie) ou des feuilles mortes ne pourrissant pas trop vite (ex. chêne, châtaignier). "
Le Coran en parle sur plusieurs sourates: sous les noms suivants:"Ennakhl"(le palmier),""Ennakhlatou"(l'arbre du palmier),et sous l'appellation suivante""Ennakhil"(des arbres de palmiers) ,il est cité une vingtaine de fois dans le Coran et bien sur c'est un arbre du Paradis !"louange à Dieu" "Elhamdou Lillahi Rabi Elallaminn"!..........................rappelez-vous la Sourate de "Mèrièm"!"Elaayat 25:"secoue vers toi ce fût le palmier ,pour en faire pleuvoir des dattes mûres toutes cueillies"............................................!
Je souhaiterai que les collègues qui travaillent dans l'agriculture puissent collaborer en contribuant à nous apprendre les vertus du "Palmier"!........................................espérant vous retrouver en forme et,à une très prochaine lecture,merci de votre compréhension du sujet et de votre effort! ........................................................à bientôt,.......................Abderrahmane,

nadia  -  Sur : LE PALMIER
  • 13. nadia - Sur : LE PALMIER | samedi, 25 Mai 2013

pour répondre à celui qui parlait d'un "o" sur les graines Il s'agit tout simplement de la palce de l'embrion qui est circulaire et qui est protégé par un opercule rond

Yurilali  - Sur : LE PALMIER
  • 14. Yurilali - Sur : LE PALMIER | samedi, 16 Juin 2012

C'est un arbre d'une grande beauté se dressant fièrement vers le ciel !! comment ne pas le respecter ??

Salah ait
  • 15. Salah ait | samedi, 19 Mars 2011

Bonjour, il parait qu'il existe une légende sur la date et qui dit qu'un O (pas zero) est imprimé sur le noyau de toutes les dates. J"aimerai en savoir un peu plus
Merci

ould larmoud
  • 16. ould larmoud | dimanche, 19 Septembre 2010

C'est vrai comme le pense Jean Pierre,il faut toujours planter,un plant donne toujours une vie,une source de verdure ,un fruit,de l'oxygène pour la nature et d'ailleurs c'est un Hadith de notre phophète Mohammed QSSL qui nous incite à planter même si c'est la fin du monde.Le palmier est un arbre béni qui nous donne le fruit le plus excellent au monde qui mûrit par un apport d'eau et de soleil,quoi de mieux dans la nature!On est associé à un programme de plantation soutenu par l'Etat par lequel on a pu planter le double de la superficie qui existait auparavant.On espère que les agriculteurs vont accorder tous leurs efforts pour la réussite de ces plantations qui constituent un patrimoine impérissable.

Milhau  Jean PIERRE
  • 17. Milhau Jean PIERRE | samedi, 18 Septembre 2010

pour moi qui suis un grand amateur de palmiers cette plante représente la beauté la gloire et la longévité

plantez en cultivez en aimez les parlez en autour de vous !!!!

Jean Pierre

Noureddine ( webmestre Nostalgie  )
  • 18. Noureddine ( webmestre Nostalgie ) | dimanche, 11 Janvier 2009

Merci
C'est sùr avec cette urbanisation de plus en plus galopante bien de palmeraies vont connaitre le même sort et ça serait une catastrophe pour notre magnifique univers de plus en plus défiguré , que dire ...
Je serais bien heureux d'avoir des photos de votre jardin andaloux
Cordialement

jardin andalou
  • 19. jardin andalou | mardi, 06 Janvier 2009

Bonjour,

J'ai bien apprécier votre blog sur les palmiers!

Je suis aller à Marrackech en 2007, visiter ce qui reste de la palmeraie !

I am shock !

Destruction de la palmeraie et projet immobilier!

Honte !

je collectionne les palmiers dans mon jardin en Belgique, au climat pas très chaud - 20 °

J'aurais aimer vous envoyer quelques photos de mon jardin andalou...


cordialement

Diaz

Noureddine
  • 20. Noureddine | mercredi, 18 Juin 2008

Bonsoir l'ami
Je ne sais si nous étres humains comprendrions un jour que l'arbre est un étre vivant à part entière comme vous , moi et l'autre ?

cheikhbekkara
  • 21. cheikhbekkara | mardi, 17 Juin 2008

salam le palmier est aussi l'arbre qui etait le premier temoin de la naissance du prohete Aissa (jesus ) aleihi essalam et c'est l'arbre que tout ses elements (fruits tronc feuilles racines )sont utilisés par l'homme on ne jette rien .c'est vraiment un arbre sacré et c'est notre oncle .mais par malheur notre sahara perd des milliers par année . Merci encore cher Noureddine

Voir plus de commentaires

Ajouter un commentaire