J'AI VU LA STEPPE MOURIR

 

 

 

J'AI VU LA STEPPE MOURIR

 

                                                 Labours, surpâturage, pollution , sècheresse et tempêtes de sables récurrentes ont eu raison de cet écosystème qu'on n'a pas su
                                                 préserver hélas
                                                 Mon Dieu que sont devenues ces immenses mers d'alfa et qui ne font plus partie du paysage sinon en quelques très rares endroits 
                                                 et qui ne sont qu'un vague et lointain souvenir dans la mémoire collective de nos nomades et de tous ceux qui ont vécu cette
                                                 période bénie

                                                 La steppe est un écosystème aride caractérisé par un sol pauvre, et une pluviométrie et des conditions climatiques très sévères, les
                                                 pluies deviennent de plus en plus rares et capricieuse ces dernières années 
                                                 Ces phénomènes et leurs conséquences socio-économiques auront un impact certain sur l’équilibre du système de l’organisation
                                                 pastorale traditionnelle.et les premiers touchés seront les nomades
                                                 Notre région est squattée par divers éleveurs venus des wilayas limitrophes

                                                 Autre phénomène c'est une tendance à la sédentarisation chez la majorité des nomades :à l'opposé du nomadisme ou du semi nomadisme
                                                 migratoire des temps pas si lointains qui permettait à la terre de se régénérer
                                                 L’alfa et autres arbrisseaux étaient par le passé un véritable frein contre l'avancée des sables, avec leur raréfaction suite à divers facteurs
                                                 ces parcours steppiques sont envahis par le sable, flore et faune s'en trouvent impactés

                                                 Nos belles kheïmas (tentes arabes) ne font plus parties du décor et sont remplacées par d'hideuses maisons en parpaing, sinon par des tentes
                                                 de bâche rapiécées 
                                                 Foulant aux pieds la réglementation en vigueur certains s'établissent sur place pour ne plus bouger et dégradent ces terres si fragiles en divers
                                                 endroits
                                                 D'autres se sont accaparées illicitement d'immenses surfaces de terre et érigent des clôtures autour et gare à celui qui ose s'y rapprocher
                                                 Les pâturages situés en zones steppiques , subissant un processus de dégradation continu,  l’agriculture progresse dans la steppe du fait de la
                                                 croissance démographique qui induit une forte demande de produits agricoles, agriculture qu'encourage la politique d'état depuis quelques années
                                                 et qui a eu impact néfaste sur ces terres non dédiées à l'agriculture 

                                                 Pour couronner le tout le changement climatique accentue tous ces phénomènes, entraineraient une aridité croissante dans ces régions steppiques
                                                 provoquant la dégradation du couvert végétal et entraînant par là même un processus de désertification, les tempêtes de sable sont quasi quotidiennes
                                                 et d'une violence inouie comme en témoignent ces photos que j'ai prises le 09 septembre 2021
                                                 Seule au beau milieu de cet horizon sans limites Boutmet Abbes (térébinthe de Abbes) que rien ne semble troubler est la debout depuis des siècles,
                                                 défiant tempêtes de sables, gel et sécheresse veillant avec amour sur ces horizons tant aimés 
                                                 http://steppe.doomby.com/pages/faune-flore/le-vieux-btoum.html                                                                                      

                                                 Revaloriser la steppe est capital sinon c'est la mort assurée de toute la région
                                                 Protéger la steppe entrainerait aussi la protection des plaines du nord
                                                 Les poumons de la région que sont les djebels Boudarga et le Ksel sont livrés à eux même sans protection aucune : "randonneurs" et bétail s'en 
                                                 donnent à coeur joie piétinant et dévastant tout sur leur passage 

                                                  J'ai en mémoire cette citation qui dit:
                                                  Je souhaiterais vous faire part d'une révélation surprenante, j'ai longtemps observé les humains, et ce qui m'est apparu quand j'ai tenté de qualifier
                                                  votre espèce, c'est que vous n'étiez pas réellement des mammifères... Tous les mammifères sur cette planète ont contribué au développement naturel
                                                  d'un équilibre avec le reste de leur environnement, mais vous les humains vous êtes différents. Vous vous installez quelque part, et vous vous multipliez,
                                                  vous vous multipliez,>  jusqu'à ce que toute vos ressources naturelles soit épuisées, et votre espoir de réussir à survivre, c'est de vous déplacer jusqu'à un
                                                   autre endroit...

                                                                                                                                               Par Toumi Noureddine
                                                                                                                                                             Le 14 septembre 2021

                                                                                      

                                                                                                                      Photos prises le 10 et 12 septembre 2021
                                                                                                                        Le présent album comprend 40 photos

                                                                                                     Cliquez sur la touche f 11 pour voir les photos en plein écran
                                                                                       NB/ Branchez vos enceintes acoustiques pour écouter la musique d'accompagnement

                                                   

 

Commentaires (4)

Noureddine -  Sur : J'AI VU LA STEPPE MOURIR
  • 1. Noureddine - Sur : J'AI VU LA STEPPE MOURIR | mercredi, 15 septembre 2021
cher ami
C'est ici "bayt el Qassid : que faire?
Pourtant avec de la bonne de volonté on peut entreprendre bcp de choses
Raymond - Sur : J'AI VU LA STEPPE MOURIR
  • 2. Raymond - Sur : J'AI VU LA STEPPE MOURIR | mercredi, 15 septembre 2021
Oui ami Nour Eddine, oui tout cela est vrai et devrait nous inquiéter encore davantage. Mais quoi faire ?. Je pense que ceux qui ont la charge de gérer le pays sont autant conscients de cette réalité, mais encore une fois : Que faire ?
Noureddine -  Sur : J'AI VU LA STEPPE MOURIR
  • 3. Noureddine - Sur : J'AI VU LA STEPPE MOURIR | mardi, 14 septembre 2021
Salam
Non je puis vous assurer que la situation est des plus critiques
Le sable est bel et bien l'ennemi numéro un de la steppe sans compter d'autres facteurs : labours , surpâturage , une pluviométrie quasi nulle et pollution
L'écosystème Européen est bien différent du notre
Bessaïh Abdelhamid -  Sur : J'AI VU LA STEPPE MOURIR
  • 4. Bessaïh Abdelhamid - Sur : J'AI VU LA STEPPE MOURIR | mardi, 14 septembre 2021
Bonjour Noureddine,
C'est un tableau très triste que cette steppe qui se meurt.
Je ne pense pas que ce soient les tempêtes de sables et la sécheresse qui en sont la cause principale car la nature évolue constamment avec les saisons et les climats et se régénère et reprend toujours ses droits comme dit le dicton. Une petite lueur d'espoir avec le magnifique térébinthe solitaire et cette superbe étendue d'alfa rescapée ou relève?.
Le principal facteur est l'humain et son cheptel comme tu le précise avec justesse. Le cheptel peut à la rigueur participer au maintient de l'écosystème par ses déjections à l'image des éléphants, des hippopotames....., qui tout en provoquant la déforestation de la savane, sèment les futurs arbustes sur leurs passages. L'humain imprévoyant, paresseux et avide de possessions et de gains faciles fini par appauvrir les sols et même anéantir son propre espace vital hélas! Nous avons été orphelins de notre pays durant 132 années de colonialisme sur des terres que nos aïeux chérissaient et faisaient fructifier avec bonheur pour le bien de tous et dans le respect de la nature. Nous l'avons récupérée et il faut bien admettre que pour ce qui concerne la préservation des steppes nous n'avons fait preuve ni d'assez de prévoyance, ni d'intelligence, ni de courage, ni de respect!
Il n'y a plus qu'à espérer une prise de conscience nationale et un changement radical du comportement humain avec l'avènement de nouvelles générations compétentes et responsables Inchallah.
Avec mes amitiés

Ajouter un commentaire