DE BERLIN A CHEZ SI LARBI

 

 

DE BERLIN A CHEZ SI LARBI

TERRE DES HOMMES

                                             

 Pour cette fois les cieux étaient avec nous , le ciel était éclatant après
 plus d’une semaine d’un temps "fiévreux" et pluvieux au grand dam de
 mes hôtes étrangers
 Je réservais une surprise de taille à mes hôtes  à savoir rendre visite à
 une vieille connaissance en l’occurrence si Larbi et son campement plus
 au sud de Brezina au lieu dit " feij naâm " (le sentier des autruches ) ,
 des autruches malheureusement il n’en reste plus rien et ce depuis des
 lustres
 Il faisait beau et doux et je retrouvais ces belles sensations qu'on ne ressent
qu'au sud et où mon âme semblait flotter dans ce ciel inondé de lumière et de vie.
J’espérais surtout et croisais les doigts pour que si Larbi ne soit pas absent car c’était jour de souk à Brezina
et si Larbi devait s'y rendre faire ses maigres provisions
Dieu merci il était dans sa vieille kheima usée par le temps, un radieux soleil automnal éclairait sa vieille
acha  (vieille tente) au milieu de cette hamada pierreuse en contre bas des dunes fauves de khochm jrad
(en quelque sorte lieu des sauterelles);  il me reconnut de loin , lançant comme toujours le fameux
« Ahla si Toumi » (bienvenue Mr Toumi)
Contrairement à l’année 2015 où  je l’avais rencontré pour la première fois  si Larbi était un peu fatigué,
c’est surtout sa vue qui a baissé  et qui m’ennuie, après présentations  si Larbi nous invita à prendre du café

 

Ici la terre est rude à l’image des rares hommes qui l’habitent , si larbi avait le visage buriné par le soleil e​t
les tempêtes de sable sans compter les nuits glaciales en hiver , presque aucune tâche d’herbe sur un très​ long rayon  autour de son campement au milieu de cette terre fauve et rebelle par des temps reculés, son​ maigre cheptel caprin avait tout décimé et à son âge il ne peut se permettre des transhumances vers d’autres terres plus hospitalières sans compter que les rares bonnes terres ont été attribuées à de nouveaux « colons » au nom de l’investissement agricole productif (mdr) qui s’est avéré un fiasco total comme je l'avais prédit bien avant son lancement  si bien que bon nombre de ces nomades se trouvent confinés  sur des  hamadas inhospitalières, je ne sais par quel miracle ces hommes à l’image de si Larbi survivent dans de telles conditions , si Larbi est de la grande tribu des ouled sid cheikh dont une partie a émigré vers ces contrées au milieu des années 1930

" Celui- là qui veille modestement quelques moutons sous les étoiles
 s'il prend conscience de son rôle, se découvre plus qu'un serviteur.
Il est une sentinelle
              Et chaque sentinelle est responsable de tout l'empire."

                        Antoine de Saint-Exupéry " Terre des hommes"

Nous primes congé de ce vieux nomade téméraire avec regret, je ne cessais de regarder dans mon
rétroviseur sa frêle silhouette à travers ces horizons sans fin , le jour baissait lentement et nous devions
regagner avant la tombée de la nuit les gours de sidi Mohamed ben Abdallah c’était finir en apothéose 
notre périple et le dernier pour mes hôtes en paix dans cette vieille zaouia en ruine du cheikh Ahmed ben
Bahos enterré à sid el hadj Eddine à quelques lieues d'ici et savourant avec délices ces moments magiques en
face de ces horizons splendides et retrouvant à chaque fois cette sublime et éternelle féerie et lumière du sud
si belle et jamais pareille

 

                                                           Par Noureddine Toumi
                                                                   Le vendredi 16 novembre 2018

 

                        Le présent album comprend 67 photos au format ultra grand angle
                                    Photos prises le 07 novembre 2018
                  Cliquez sur la touche f 11 de votre clavier pour voir les photos en plein écran
              NB/ Branchez vos enceintes acoustiques pour écouter la musique d'accompagnement

 

 

 

 

 
 

 

 

Commentaires (3)

Noureddine (webmestre Nostalgie) -  Sur : DE BERLIN A CHEZ SI LARBI
  • 1. Noureddine (webmestre Nostalgie) - Sur : DE BERLIN A CHEZ SI LARBI | lundi, 19 november 2018
Cher Abdelhamid
Merci pour votre retour , en effet grande émotion pour nos hôtes d'avoir vu une kheima et un nomade pour la première fois dans ces vastes immensités si chères à mon cœur
Les gens de notre région ont le sens de l'hospitalité depuis la nuit des temps et plus particulièrement chez nos amis bédouins
Si Dieu le veut un de ces jours on ira rendre visite à si Larbi
Avec mes amitiés sincères et clin d’œil à l'ami Bruno
Bien à vous Noureddine
Bruno -  Sur : DE BERLIN A CHEZ SI LARBI
  • 2. Bruno - Sur : DE BERLIN A CHEZ SI LARBI | lundi, 19 november 2018
Merci de nous partager ces très belles vues et moments de rencontres.,qui me rallument bien des souvenirs de temps au désert;Bien amicalement fr.Bruno
--------------------------------------------
Abdelhamid Bessaïh -  Sur : DE BERLIN A CHEZ SI LARBI
  • 3. Abdelhamid Bessaïh - Sur : DE BERLIN A CHEZ SI LARBI | lundi, 19 november 2018
Bonsoir Noureddine, Bravo pour ce sublime dernier voyage intitulé "de Berlin à chez Si Lârbi" en hommage à tes hôtes allemands
On sent le Mr très ému et profondément attaché à ces lieux, tandis-que Mme savoure tous les instants et veille sur lui avec tendresse.La rencontre avec Si Lârbi offrant le plateau de café à ton hôte se passe de langage tant les gestes et les regards sont suffisants. Si Lârbi a le sens de l'hospitalité et de la fraternité malgré son modeste patrimoine, à l'image de tous nos bédouins qu'il honore et nous honore également. J'en suis touché comme si j'y étais; j'espère avoir l'occasion de lui rendre visite un jour et lui offrir quelque chose d'utile dans sa vie de nomade. Je te remercie pour ces belles photos du sud de Brézina avec tes hôtes et amis qui sont partis très satisfaits de ce voyage dans la steppe et je l'espère de tout leur séjour en Algérie. Avec mes amitiés. Abdelhamid

Ajouter un commentaire