UNIVERSITE DE GERYVILLE


                                                                                                             Prisonniers allemands caserne de Geryville

 

                                               UNIVERSITÉ DE GERYVILLE 

 

utlign42.gif


 

En tombant sur cet article (édition allemande ) publié en 1980 et ayant pour titre « L’université des sables

du désert « en l’occurrence l’université de Geryville , c’est l’histoire de prisonniers allemands de la deuxième

guerre mondiale qui ont eu l’ingénieuse idée de créer une université dans un campement de prisonniers

allemands à EL-BAYADH , je ne vous en dis pas plus l’histoire est extraordinaire : à méditer vraiment

                                                                                                               TOUMI Noureddine

 

 

                                                                      

Les rails du chemin de fer n’allaient pas plus loin que le chott chergui ( un lac de sel desséché à l’ouest du désert algérien )

En juin1943 à cet endroit , on fit descendre trente officiers allemands qu’on précipite dans un camion qui les conduisit à travers

le désert , à Géryville dans un camp de légion étrangère française dans lequel se trouvait déjà quatre cent officiers allemands

prisonniers de guerre Karl Gansnoen faisait partie de ce transport alors qu’il attendait d’être fouille et interrogé , il n’imaginait

pas qu’il allait devoir passer quatre années à Géryville ; livré aux piqures de punaises , à la faim et à la chaleur étouffante du désert

qui le soir venu se transformait en froid ; et il était encore plus loin d’imaginer qu’il avait néanmoins devant lui une des périodes

les plus déterminantes et les plus fructueuses de sa vie.

 

Le camp avait la superficie d’un stade de foot-bal et était composé de deux baraques , des lits à deux étages y tenaient lieu de

l’unique mobilier , quelques officiers d’age assez avancé souhaitèrent la bienvenue aux nouveaux compagnons , leur fournirent

quelques informations sur la vie quotidienne et routinière du camp tout en leur proposant et conseillant de suivre quelques cours

de langues afin d'éviter de s’ennuyer à ne rien faire , les cours étaient dispensés par deux professeurs , qui à eux deux possédaient

plus d’une douzaine de langues.

 

Mais le commandant de bataillon de Gan.......(illisible), le major Paul Pommee avec d'autres vieux officiers, qui comme lui , s'étaient

déjà battus lors de la première guerre mondiale ne se contentèrent pas de ces cours de langues.

Ces hommes d' expérience expliquèrent aux jeunes officiers qu’après la guerre , le pays aura besoin

de jeunes cadres pour aider à le reconstruire . Et puisqu’ils ne pouvaient quitter le camp c’est là qu’il fallait bien créer l’institution

idoine pour se former à cette fin.

Les français qui commandaient le camp n’y voyaient aucun inconvénient ; bien au contraire , ils pensaient que cela en occupant

les prisonniers ; leur laisserait beaucoup moins de temps à consacrer à l'élaboration des plans d’évasion et de révolte.

C’est ainsi que quelques semaines après l’arrivée de «Ganshoon » , une université de campagne a pu être fondée sous la direction

du Dr Hans Burgers conseiller juridique de la ville de Cologne dans le civil.Burgen et ses collaborateurs commencèrent par

inventorier toutes connaissances spécialisées parmi les prisonniers qui comptaient des historiens , des juristes , des mathématiciens,

des scientifiques de la nature ( physiciens , chimistes , médecins , etc …) des architectes et naturellement des professeurs de langues

l' Éventail des connaissances se déployait de l a physique atomique au…

D’anciens diplômés d’écoles supérieures tels que Ganshoon disposaient de solides connaissances en électronique et en musique par

exemple qu’ils pouvaient transmettre aux autres.

 

Quatre facultés ont pu être mises sur pied Ganshon qui voulait devenir ingénieur en électricité se fit inscrire à la faculté des sciences

et étudia la physique et les mathématiques après qu’il eut approfondi ses connaissances on lui confia des cours de maths et d'électronique

 

 

 

 

 

 

Franz Adis , un autre étudiant qui avait passé son examen d’entrée à l’université en 1942 sachant qu’il avait la bosse du juriste se fit inscrire à

Géryville à la faculté de droit où il étudia grâce à quatre juristes le droit civil , le droit public et le droit administratif.

Parmi ses professeurs on comptait le Dr. Ernst Leiss.

 

Le prisonnier Kurt Mahlstedt a recommencé à espérer de pouvoir réaliser le rêve qu’il avait quasiment abandonné: devenir architecte,

il s’inscrivit à la fac de Design et suivit les cours de Mr Kurt Dahms : un architecte saxon.

Les étudiants de Kurt fabriquèrent leurs instruments de travail ainsi que nombre de tables et chaises.

Tandis que que quelques uns se firent inscrire en médecine d’autres d’autres ont jeté leur dévolu sur une cinquième faculté réservée

aux étudiants qui ne recherchaient pas de spécialisation précise .Parmi eux se trouvait Karl Heinz Merzenich , il y apprit les rudiment du

« Design architectural , y étudia les règles de l’harmonie et suivit un cours de sciences politiques et un un autre desciences religieuses.

Les étudiants de Géryville étaient tenus de s’en sortir avec les maigres moyens dont ils disposaient , ils utilisaient les murs comme

tableaux , des morceaux de brique ou de charbon en guise de craie et en guise cahiers ils utilisaient des paquets de cigarettes ; de papier

d’emballage ; des cartons , du papier hygiénique.

Les rares lettres qui parvenaient de la maison étaient doublement les bienvenues puisque à cause de la censure elles n’étaient écrites que sur

une feuille . Une fois les cours assimilés ; une gomme que Ganshon a pu se procurer faisait le tour des étudiants et c’était sur le sable qu’on

dessinait les diagrammes techniques. Les cours duraient jusqu’à la prise de onze heures trente de l’unique repas du jour qui consistait en un bol

de vin aigre et un plat unique que personne n’aimait et dont cependant personne ne pouvaitavoir avoir assez.Sans quoi , on servait le matin une

sorte de café fait de noyaux de dattes grillées ainsi que 150 grs de pain sec pour chaque prisonnier.

Après le déjeuner le soleil brillait implacablement et les hommes se retiraient dans leurs baraques pour la sieste traditionnellle à 15h 30 les cours

reprenaient et duraient jusqu’à l’appel de 18h.

Après quoi les jeux de cartes et les fêtes d’anniversaires étaient tolérés jusqu’à 21 h .

Mais à partir de de 21h tout bruit était interdit afin de ne pas déranger ceux qui s’adonnaient à l’étude.

En dehors de l’alimentation , les livres constituaient la denrée la plus rare à l’université de Géryville.

A la fin de 1943 une commission de la croix rouge internationale et un représentant américain rendaient visite au camp.

On leur fit savoir que les prisonniers avaient un besoin urgent non seulement de nourriture biologique mais aussi de nourriture intellectuelle .

 

 

Un jour de 1944 un rêve fou se réalisa : on déchargea des camions ( français ) une cargaison tout à fait inattendue en provenance d’Amérique.

Plus d’un millier de livres en allemand . L’ossature d’une bibliothèque universitaire. «Ces livres ont constitué pour nous un véritable miracle »se

souvient Karl Ganshon, tenir un livre et ce en plein désert , là où auparavant il n’y avait rien un miracle !

Quelques jours après on reçut de la part de la croix rouge une autre cargaison de livres via l'Espagne.

Ganshoon et ses camarades n'oublieront jamais ces gestes si généreux.

Un autre jour on reçut 2 saxophones , 1 trombone ; 2 trompettes , 2 clarinettes et une batterie .

L’université avait alors avait alors à sa disposition un orchestre d’une douzaine d’instruments .

Le lieutenant Wolfgang Hoffman qui a été un enfant prodigue au violon se sentit gagner par une profonde ambition : il composa

deux opéras dont l’un connut une dizaine de représentations triomphales .

Un soir , alors que Hofman remerciait le public qui le rappelait pour la vingtième fois par des ovations interminables , un des gardiensfrançais

parmi les plus durs ne peut s’empêcher de l’embrasser en s’écriant « la musique est internationale »

 

Hitler mourut , la guerre est finie et de partout les prisonniers rentraient à la maison .

Mais à Géryville on ne perçut aucun signe qui permit d’espérer un retour prochain au pays . C’était une période terrible pour les prisonniers.

Seules nos études nous divertissaient de la pensée de ne plus quitter Géryville disait Ganshon et Merzenich ajoutait que l’université m’avait sauvé la

vie « C’est bien le propre de l’homme de pouvoir composer au beau milieu du désert et à partir de rien un opéra ou d’y fonder une université « disait

-il en ajoutant « Quand on a mis au monde quelque chose , elle ne peut être effacée et tant que l’homme peut encore s’améliorer lui-même il continue

d’avoir la force ….

En juin 1947 , les prisonniers de Géryville avec beaucoup d’autres prisonniers allemands ont embarqué à bord du paquebot le « Pasteur »à destination

de Marseille . Karl Ganshon s’en retourna à sa ville natale où il retrouva sa famille en vie et la maison familiale intacte .

Il se présenta tout de suite aux concours de trois universités mais se décida pour celle de Stuttgart à la reconstruction de laquelleil dut apporter son

aide pendant six semaines , lors d’une entrevue qu’il eut avec le doyen de la faculté de Mathématiques Ganshon évoqua l’université des prisonniers

de Géryville et lui présenta ses cahiers et notes qu’il conservait avec beaucoup de soins .

Le doyen a été si impressionné par ses notes qu’il eut l’idée de tester Ganshon en lui soumettant les problèmes de maths posés l’année dernière aux

professeurs assistants et en lui demandant de lui en ramener la solution le lendemain matin .

Ganshon pensait d'abord qu’il allait y passer toute la nuit .

Mais en fait , il eut vite fait de résoudre ces problèmes , ce qui ne l’empêcha pas de passer une mauvaise nuit craignant d’avoir fait quelque erreur ici ou là .

 

 

Mais il il n’y avait aucune sorte d’erreur . Et le doyen lui confirma qu’il en avait suffisamment appris dans le camp de prisonniers de Géryville pour réunir

toutes les conditions nécessaires au passage du diplôme . Six mois seulement après de simples formalités d’usage , il réussit à son problème de physique .

Tous ont réussi comme lui , un professeur a pu alors déclarer que dans aucune université on ne pouvait avoir affaire plus d’une fois pendant toute une

carrière à un tel groupe d’étudiants « je n’ai jamais été témoin d’un tel phénomène semblable ni avant ni après .

A d’autres endroits de toute l’Allemagne , de nombreux professeurs firent les mêmes déclarations enthousiastes à propos des étudiants de l’université de Géryville.

Aujourd’hui la liste des anciens étudiants de Géryville se lit comme une sorte de « WHO’ who in germany , car presque tous ont réussi :

Ganshoon est directeur d'IBM ( Allemagne ) , d'autres sont directeurs d'autres branches , d'autres sont dentistes , écrivains , juges ,enseignants , maires ,

le Pr. Wolfgang Hoffmann est depuis 1959 chef de l'orchestre régional du palatinat à Manheim

 


               

 

 

                                Retour home page

 

 

 

 

Commentaires (21)

Noureddine (webmestre Nostalgie) -  Sur : UNIVERSITE DE GERYVILLE
  • 1. Noureddine (webmestre Nostalgie) - Sur : UNIVERSITE DE GERYVILLE | dimanche, 31 Juillet 2016

Salam
Désolé je m'en doutais pour votre regrétté père Allah yarhmou, ces prisonniers sont une véritable reference
Allez y voir aujourd'hui nos toubib rapaces
J'ai la nausée oui vraiment
Cordialement

Derdar - Sur : UNIVERSITE DE GERYVILLE
  • 2. Derdar - Sur : UNIVERSITE DE GERYVILLE | samedi, 30 Juillet 2016

Salam M. Nourreddine,

Désolé , mon père n'est plus de ce monde. En parcourant votre site, j'ai vu ce sujet et je me suis rappelé cet épisode. Mais, il appréciait bien ce médecin. C'était son sauveur.

Noureddine (webmestre Nostalgie) -  Sur : UNIVERSITE DE GERYVILLE
  • 3. Noureddine (webmestre Nostalgie) - Sur : UNIVERSITE DE GERYVILLE | jeudi, 28 Juillet 2016

Bonjour
Aviez vous idée du nom de ce médecin Allemand?
Merci de m'en informer si c'est le cas
Bonne soirée

Derdar - Sur : UNIVERSITE DE GERYVILLE
  • 4. Derdar - Sur : UNIVERSITE DE GERYVILLE | jeudi, 28 Juillet 2016

Salam Aleykoum
Un des médecins allemands sauva mon père qui a eu une appendicite aiguë. Il était dans un état comateux ; son abdomen était empli de pus.
Un exemple de volonté à promouvoir auprès de notre jeunesse désœuvrée.

Noureddine (webmestre Nostalgie)-  Sur : UNIVERSITE DE GERYVILLE
  • 5. Noureddine (webmestre Nostalgie)- Sur : UNIVERSITE DE GERYVILLE | jeudi, 03 Septembre 2015

Bonsoir
J'ai bien reçu vos coordonnées , désolé de ne pas vous avoir averti
Salutations:

Ouled_Moumou -  Sur : UNIVERSITE DE GERYVILLE
  • 6. Ouled_Moumou - Sur : UNIVERSITE DE GERYVILLE | mercredi, 02 Septembre 2015

Salut petit frère.
Est-que tu as reçu mon adresse e-mail?
A+

Noureddine (webmestre Nostalgie)
  • 7. Noureddine (webmestre Nostalgie) | dimanche, 30 Août 2015

Bonjour l'ami et frère
Longue absence de votre part, heureux que tout va pour le mieux
En effet cette histoire est extraordinaire
Merci de me communiquer votre adresse mail à travers le module contact "menu vertical" du haut (elle ne sera pas visible sur le site)
Amitiés - Noureddine
P/S Ya hasrah révolue cette belle époque des kaki et autres

Ouled_Moumou -  Sur : UNIVERSITE DE GERYVILLE
  • 8. Ouled_Moumou - Sur : UNIVERSITE DE GERYVILLE | samedi, 29 Août 2015

Université Geryville (1942).
C'est une histoire extraordinaire! Un bel exemple de survie culturelle!
L'homme privé de liberté n'oubliera jamais de sauvegarder le savoir.
Bravo Nourredine pour ce site le contenu est d'une grande qualité.
Merci pour la référence ( Karl Gasnsnoen).
Signé : les plakemines, lycée Ferroukhi, Mahboula, Kaki ,etc..

abderrahmane mokhtari -  Sur : UNIVERSITE DE GERYVILLE
  • 9. abderrahmane mokhtari - Sur : UNIVERSITE DE GERYVILLE (site web) | jeudi, 21 Mai 2015

Je vous dis bonjour et je vous rappelle que j attends toujours un commentaire ou bien des propositions pour une visite du nouveau centre universitaire ou toute autre proposition relative au rayonnement de la maison du savoir et de la culture du savoir.ou bien en ce qui concerne le terroir ou comme on le nomme carrement par"essandouk"qui vous donne la realite des choses toute propre comme la neige toute propre toute naturelle :voila ,la vraie
nature des choses ,comme l ont deja
experimente dans le temps nos ayeux
et les femmes et les hommes les plus eveilles je pense honnetement que nos ami (es) chercheront et nous communiqueront leurs idees en la matiere et que je remercie a priori.je suis patient et je m attends a des idees quelque soit le cout ,merci et bonne patience ,comme je l ai toujours observe,mes amis (ies)a la prochaine fournee , votre ami et collegue internaute Abderrahmane Mokhtari..!!!!!!!!!!,

Abderrahmane MOKHTARI  -  Sur : UNIVERSITE DE GERYVILLE
  • 10. Abderrahmane MOKHTARI - Sur : UNIVERSITE DE GERYVILLE | lundi, 19 Novembre 2012

......................................................J'ai hâte de revoir cette rubrique qui concerne l'université,ce site pour lequel j'ai à chaque fois l'envie de mettre à la disposition des internautes toutes les connaissances que je juge utiles pour la réflexion , la recherche et la critique et en particulier aux personnes qui veulent savoir un plus et auxquelles je voue un respect et une amitié. Je me rappelle bien que c'est ,ici,que j'ai appris à connaître les efforts qui ont été déployés par ces premiers étudiants de l'Université 1ière de Géryville(1945 ,actuellement El-Bayadh).
Soixante deux ans après,maintenant ,je garde toujours l'image intacte dans ma petite tête ,des anciens officiers allemands qui balançaient ,des étages supérieurs du fort ,des meubles qui les encombraient alors qu'ils devaient embarquer à l'instant même pour la destination Allemagne et heureux et satisfaits car ils sont armés de connaissances académiques de l'Université d'El-Bayadh . Quelle aubaine !je me le rappelle à tout instant quand j'évoque notre charmante Université,alors que ceci me ramène à l'Université d'El-Bayadh ,flambante et toute neuve mais pour laquelle nous ne possédons pas d'informations.Car il y a quelques mois auparavant j'avais sollicité sur ce site ,l'envie de rendre visite à cette Cité du savoir dont j'ai connue bien avant qu'elle voit le jour "La Mère(c'est à dire la 1ière université) qui était située dans le fort d'El-Bayadh"(je n'ose pas dire la caserne!) en cette occasion je renouvelle le voeu de visiter l'Université actuelle qui est située sur le flanc de jbel Ksel que j'aime tant .Cette sollicitation de ma part aux Responsables d'El-Bayadh je la renouvelle avec des prières pour que Dieu m'aide à ce qu'elle voit le jour tant espéré par moi et ya Rabi!aminne!
Je vous dis à très bientôt ,votre serviteur et tout dévoué,au revoir ! Abderrahmane,

Abderrahmane MOKHTARI -  Sur : UNIVERSITE DE GERYVILLE
  • 11. Abderrahmane MOKHTARI - Sur : UNIVERSITE DE GERYVILLE (site web) | lundi, 19 Mars 2012

....................je passais par cette excellente rubrique pour voir s'il y a par hasard un commentaire sur l'université d'El-Bayadh ,je me suis rappelé d'un papier j'ai rédigé par un passé récent ......mais je n'arrive pas à le trouver dans le cas où devait m'orienter le fameux + (plus) en marge pour me retrouver mais point de + il n'est plus là ,j'ai besoin des services de notre honorable webmestre car je m'attendais à lire sur la cérémonie d'ouverture de l'Université d'El-Bayadh mais point de signe qui puisse augurer la bonne nouvelle! je sollicite quelques nouvelles et pourquoi pas des images car l'ouverture de l'université 'est faite pour la première fois à El-Bayadh .........je vous remercie à l'avance ! ................................votre collègue internaute ,Abderrahmane

Abderrahmane MOKHTARI - Sur : UNIVERSITE DE GERYVILLE
  • 12. Abderrahmane MOKHTARI - Sur : UNIVERSITE DE GERYVILLE | dimanche, 01 Janvier 2012

.......................comme d'habitude ,je languis ce site charmant et enivrant,je vous salue ,à tout le monde des internautes sans exception ,je m'attendais à un commentaire sur l'article que j'ai eu l'honneur de rédiger l'autre jour ,j'attends toujours mais peu importe ceci ne m'empêche pas de continuer à écrire et je profite de cette occasion qui m'est offerte pour passer un message de voeux de la nouvelle année 2012 .Voici mon message :" l'appel du muezzin à la prière!le son des cloches de la basilique de la nativité et la fin de l'année 2011 ,nous annoncent une nouvelle année 2012 pleine de bonheur,de santé ,de prospérité ,de joie,d'amour et de respect de l'autre dans la dignité et la paix. Je souhaite et je prie Le Tout Puissant que les jeunes trouveront cette année le travail ,le logement et la justice sociale dans un environnement de la paix retrouvée et le calme .Je souhaite aux internautes de notre site des retrouvailles et des contributions à l'évolution de ce site important...............................l'année qui vient de s'écouler nous a donné beaucoup d'exemples dans la bravoure ,l'exemple et la création car nous avons passé une époque difficile due en grande partie au chômage,à un coût de la vie très élevé et surtout à une crise économique internationale . Il y a aussi le réveil et l'explosion de la société arabe qui s'est exprimée par l'intermédiaire des jeunes qui aspirent à un développement rapide .............!Je vous dis à bientôt !mes meilleurs veoux à tous les internautes de "nostalgie géryville" et à bientôt ,votre humble compagnon !...................................................................,Abderrahmane,

Nour eddine ( webmestre Nostalgie )  -  sur : Université de Geryville
  • 13. Nour eddine ( webmestre Nostalgie ) - sur : Université de Geryville | jeudi, 15 Décembre 2011

Merci l'ami pour cette magnifique photo ( véritable tableau de maitre )

houari  -  sur : Université de Geryville
  • 14. houari - sur : Université de Geryville | mercredi, 14 Décembre 2011

Bonsoir. L'un des étudiants allemands de cette université a fait ce dessin en 1949. Il représente un coin de la ville. Vous trouverez le dessin dans votre boite E mail comme pièce jointe. Amitiés.

Malki Morad
  • 15. Malki Morad (site web) | mercredi, 07 Septembre 2011

Je te souhaite bonne chance a toi et toute ta famille, passe le salut a tous les citoyens des sites historiques de notre belle région. veuillez mon oncle visité Hadjret Zanzou qui se trouve au prés de la commue Kef lahmar:Zouireg; A plus tard

Abderrahmane   MOKHTARI
  • 16. Abderrahmane MOKHTARI | samedi, 23 Janvier 2010

Vous dites "l'université de Géryville",c'est terrible cette ville ne finit pas de nous livrer, ses actions,sa culture,ses secrets
,son histoire et les hommes,les génies qui ont participé à sa réussite !!!!!!!.......!!!!!!!.....c'est inimaginable,c'est toujours un passé lointain ,un passé qui a été porté par des hommes courageux ,compétants,éduqués,expérimentés,sociables et éclaireurs ;mais pas comme les incultes,les ravageurs ,qui au lieu de construire et édifier une société ont au contraire détruit et rayer de la carte de la cité ,des monuments historiques comme "la source miraculeuse:Aîn Elmahboula"car celui qui n'avance pas recule,la nature a horreur du vide.J'espère qu'on comprend la douleur que j'ai et qui hante mon esprit qui languit de voir ,un jour,renaître de ses cendres nos symboles,nos repaires et nos monuments qui nous ont été spoliés par des assassins !!....ya sidi Rabbi!!!!!!!....ya sidi Rabbi!!!!!!.........je me rappelle vaguement alors que j'avis l'âge de huit ans,sur la place ,face à la grande caserne,juste derrière le grillage(la haie),et en compagnie de beaucoup de gens qui se bousculaient pour récupérer qui une chaise,qui un tabouret ou un objet quelconque, qui était balancé d'en haut par ces allemends qui ,heureux d'êtres libres ,se débarrassaient de leurs meubles qui devaient les géner à la veuille de leur départ chez eux en Allemagne .Cette image est restée gravée dans ma petite tête .Je vous dis ,mes amis,à bientôt.....!!!!!....Abderrahmanee
,votre compagnon pour toujours .........!!!!.....

ASma Geriviloise
  • 17. ASma Geriviloise | vendredi, 27 Mars 2009

je suis ravie de participer au site gerrivilois,je vous remèrcie pour les informations historique de notre région,je vous souhaite une bonne contunuité.

Noureddine ( webmestre Nostalgie  )
  • 18. Noureddine ( webmestre Nostalgie ) | lundi, 23 Mars 2009

Malheureusement cher Ahmed, c'est les seules bribes de l'article que j'ai , c'est une copie d'un journal allemand

Gueraoui Ahmed
  • 19. Gueraoui Ahmed | dimanche, 22 Mars 2009

Merci Noureddine pour cet article qui est, en fait, d'une grande valeur. Si c'est possible de me fournir des références sur lesquelles, la collection de ces information a été basée. Merci et à +.

Ahmed Gueraoui
  • 20. Ahmed Gueraoui | dimanche, 22 Mars 2009

Ce sont les moment cruciaux qui montrent à quel point l'individu est brave. En entamant l'analyse de ce sujet, on doit se rendre compte que ces hommes étaient ceux qui ont marqué le point positif et le point de repère dans l'histoire de Geryville. C'était eux qui lui ont apporté l'honneur, et pas le contraire. De la meme manière, on a entamé l'histoire de la Civilisation d'Andalusie. On référait toujours à cette civilisation comme civilisation musulmane et pas comme civilisation arabe; car le coté arabe n'a constitué qu'une partie qui avait joué un role prémordiale lors de la conquete militaire ou dans la législation religieuse. L'individu européen ou non arabe était l'élément essentiel qui mettait Les autres aspects de la civilisation sur les railles. La conclusion à tirer c'est que notre histoire soit ancienne ou contemporaine; soit locale, celle de Geryville, soit celle venant de l'Andalusie, nous a montrés que le problème ne se pose pas en matière des moyens de bord disponibles. Nos Oulamas ayant étudié aux zawaya n'avaient que trés peu de moyens et parfois pas de de moyens. Le problème se pose toujours en l'individu lui meme, en ses ambitions et quel but il veut atteindre.L'oiseau libre voit toujours loin, et meme emprisonné, il voit toujours derriere les barreaux. Si parfois, on se retrouve encerclé par un sors. La vie devra etre perçue loin de ce sors. le principe de l'homme libre doit etre toujours: "Sors de ton sors. "

curieux
  • 21. curieux | mardi, 13 Mai 2008

et dire qu'en 2008 l'universite de geryville ou plutot d'el bayadh a du mal a demarer !!!!!!!!!!

Voir plus de commentaires

Ajouter un commentaire