AU COEUR DU MONT DES KSOUR

 

 

AU COEUR DU MONT DES KSOUR

SUR LES PAS D'ISABELLE EBERHARDT

  

   Qui mieux qu'Isabelle Eberhardt aurait décrit ces lieux d'une façon magistrale, j'ai été frappé par
   la sensibilité d'sabelle pour cette terre de contrastes , son regard de la nature n'est qu'émerveillement,
   de cette nature elle transmet une perception intime et non d'une quelconque photographie comme
    c'est le cas de nos jours
    Dans tous ses écrits Isabelle exprime sa fusion, sa communion avec les paysages sahariens

 

                                   MOGHRAR FOUKANI ( par I. Eberhardt )

 

Un peu après le lever du jour, le train s’engage dans un pays unique, d’une étrangeté saisissante. Plus de sables ni d’alfa, plus rien que de la pierre, un immense
chaos de pierres brisées, roulées, déchiquetées, arrachées du Sol comme par un effroyable cataclysme. Des arêtes aiguës chevauchant les unes sur les autres ou
se superposant, monstrueuse dentelle tendue sur les rochers, Sur les collines d’argile. Des tranchées, étroites et profondes comme des corridors, que surplombent
des blocs énormes posés en équilibre hasardeux, prêts à se détacher et à écraser le train qui passe.
C’est comme une gigantesque coulée de lave, vomie par les pitons sombres qui ferment l’horizon, et ayant envahi la vallée pour s’y refroidir et se figer
autour des masses plus anciennes, plus dures, et formant une croûte boursouflée, rugueuse, toute une carcasse de ville détruite par le feu du ciel.

Et quelle gamme inouïe de couleurs sur ces décombres ! quels reflets ignés ! des roses ternes de mâchefer à peine éteint, dès jaunes de rouille et des
verts ocreux, des violets de manganèse et des carmins obscurs, sur les argiles froides, avec des  veines saillantes d’un bleu grisâtre et des rougeoiements
mornes sur les falaises abruptes ! Sur toutes les surfaces de pierre, une teinte uniforme d’un noir de suie, gardant encore comme les traces du feu et des
fumées originelles. Sombre et splendide décor de fournaise pétrifiée, paysage lunaire d’indicible désolation et de tragique grandeur sous un ciel souriant,
dans la lueur limpide du matin… Tout à coup, au sortir d’une tranchée, après une gare, une vision bien inattendue de fertilité et de vie : le ksar charmant
de Mograr-Foukani, avec sa petite palmeraie, dans le lit humide d’un oued. Une trentaine de hautes maisons , en toub, d’une couleur de chamois
pâle, serrées les unes contre les autres, enjambent des ruelles obscures et groupent leurs terrasses inégales en un désordre gracieux. Au sommet des murs,
sous les poutres en troncs de dattiers des toits, une décoration fruste faite de briques de terre sèche, posées de côté en festons aigus. Dans la palmeraie,
la moire très verte des petits champs d’orge, sous la famille murmurante des palmiers bleus, entre les murs bas où se penchent des grenadiers en fleurs.
Les rayons obliques du soleil levant glissent entre les troncs ciselés, allumant, au bout des palmes, de courtes lueurs d’acier, se jouant sur la terre dorée, sur
les fruits sanglants des tomates et des piments.
Une oasis étalée dans le jour naissant, en pleine tourmente volcanique, éclose en une étroite fissure dans la lave morte. Sur un rocher, au-dessus de la voie,
une petite fille vêtue de laine pourpre, baignée de lumière blonde, regarde passer le train.
Elle est belle et rieuse, avec la grâce simple de ses mouvements, la joie naïve qui illumine son petit visage rond, son teint ambré et la caresse de ses larges yeux roux. Une autre fillette survient et, par jeu, par coquetteries, pour se montrer, elles se lutinent en riant. Mais, brusquement, nous rentrons dans la fantasmagorie de pierre, en pleine vie minérale, obscure et silencieuse.

Mograr, tout le superbe chaos de pierre noire et luisante est aujourd’hui d’une teinte indéfinissable de cendre. Les gorges, sauvages, les défilés encombrés de roches foudroyées, tout est envahi par une brume couleur de suie. Par les portières disjointes du vieux wagon, un froid glacial souffle en tempête, agitant les rideaux poussiéreux. Une tristesse d’abîme, presque de la désolation, descend dans mon âme. Je m’enroule dans mon burnous ; j’essaye de m’endormir, pour ne rien voir, pour ne plus penser

... Réveil lugubre, sur le quai de la gare, à Ain-Sefra que des souffles de glace balayent, venus du Mektar couvert de neige jusqu’aux dunes,
en un étrange contraste.
Des lanternes maussades se balancent dans la nuit, des voix enrouées jurent, des silhouettes fuient, hâtives, courbées. C’était une étrange vision, ces dunes désertiques que j’avais vues, au commencement de l’automne, flamboyantes sous le soleil, et qui, maintenant, se profilaient sur les montagnes toutes blanches, très septentrionales…

Âpre et splendide terre du Sud-Oranais, terre farouche, sans douceur et presque sans sourire, vieille terre de rapine et de poudre, où les hommes sont aussi frustes et aussi durs que le sol aride ! Ce dernier soir, au fond de mon âme s’agitait l’éternelle question : Reverrai-je jamais
tout cela ?

                                           " Sur un rocher, au-dessus de la voie, une petite fille vêtue de laine pourpre, baignée de lumière blonde, regarde passer le train."   
                                                   Je suppose que c'est le rocher où est érigé actuellement un mausolée ( voir photos ici présentes sur le diaporama ) que la petite fille voyait le train passer

 

                                UN COUCHER DE SOLEIL TRISTE MAIS RICHE EN COULEURS
 

 « Dans l’ancienne zaouïa de Bou Amama, à Moghrar Tahtani, une journée chaude, traversée de souffles d’orages, un soir pesant et calme, avec une
 oppression particulière dans le silence. Le soleil se couche sans les irisations limpides accoutumées, sans délicatesse de tons, en un incendie violent,
 passant sans transition du rouge sanglant de l’horizon au vert sulfureux du zénith où flottent quelques nuées d’un rose de chair. La palmeraie voisine
 s’abîme en une ombre hâtive d’un bleu profond, presque noir déjà, pendant que sur les cimes échevelées des dattiers, seules quelques flammes d’or
 rouge courent encore. 

 

 L’EAU 
 
Je veux encore ce soir me mirer dans cette belle eau du Sud. Je veux encore boire l’eau que les femmes vont chercher à la fontaine du désert, la sentir
couler sur mes mains que la fièvre échauffait, la voir s’égrener entre mes doigts comme le chapelet de la plus haute sagesse…Un grand silence pesait
sur la zaouia accablée de sommeil. C’était l’heure mortelle, l’heure des mirages et des fièvres d’agonie… Le vagabond était couché dans une séguia,
sur de longues herbes aquatiques, molles et enveloppantes comme des chevelures de femmes. Une eau fraîche et limpide coulait le long de son corps
et il s’abandonnait voluptueusement à sa caresse humide… L’eau, l’eau bienfaisante, l’eau bénie des rêves délicieux… La nuit d’été, sombre et étoilée
tomba su le désert. l’esprit du vagabond quitta on corps et s’envola pour toujours vers les jardins enchantés et les grands bassins bleuâtres du paradis

Un écrit prémonitoire que celui de l'eau, eau qui allait l'emporter dans les eaux furieuses et rageuses de l'oued Ain Sefra en ce 21 octobre 1904
Bizarre j'ai constaté que la mise en ligne de cette rubrique coincidait par pur hasard avec la date de sa mort

                                                   « Bien des fois, sur les routes de ma vie errante, je me suis demandé où j’allais
                                                      et j’ai fini par comprendre,  parmi les gens du peuple et chez les nomades, que
                                                      que je remontais aux sources de la vie, que j’accomplissais un voyage dans les
                                                      profondeurs de l’humanité »
( I. Eberhardt )

                        Ces prises de vue et mes prochains périples sur tes traces c'est en hommage à ton amour pour notre région
                        Tes impressions ont toujours été les miennes - Paix à ton âme   

 

                                                                                                          Noureddine Toumi
                                                                                                                 Le mercredi 21 octobre 2020
                                                                                                                         Photos prises le 17 octobre 2020

 

                                                                                                                             

                                                                                                    Le présent album comprend 123 photos
                                                                  Cliquez sur la touche f 11 de votre clavier pour voir les photos en plein écran
                                                             NB/ Branchez vos enceintes acoustiques pour écouter la musique d'accompagnement    

 

                                                                       

 

 

 

 

 
 

Commentaires (1)

F Terrone -  Sur : AU COEUR DU MONT DES KSOUR
  • 1. F Terrone - Sur : AU COEUR DU MONT DES KSOUR | mardi, 27 octobre 2020
Merci cher Noureddine pour ces somptueux paysages que je rêve de découvrir un de ces jours
Bonne continuation

Ajouter un commentaire