L'AUTOMNE DANS NOS KSOUR

 

 

L'AUTOMNE DANS NOS KSOUR

LE KSAR DE SID EL HADJ  BENAMEUR

                                                           

   C'est à sid el Hadj que les prémisses de l'automne se font le plus sentir, à l’entrée
  de ce charmant petit ksar est érigée une stèle aux martyrs de la révolution des ouled
  sid el Hadj, et c’est à cet endroit même que s’est tenue la réunion de la révolution le
  22 octobre 1955, étaient présents : Moulay Mohamed, Yousfi Boucherit, Moulay Brahim ;
  Yousfi Benaouda, Abdel Ali Tayeb 
  Je parcourais avec délice les routes sinueuses de ce petit hameau, de jolis oliviers de
  bohème garnissaient les bords de cette route, un silence absolu règne sur les lieux,
  sinon le roucoulement des tourelles et le doux frémissement des roseaux qui servent
  de rempart aux quelques potagers avoisinant cette route
  Je me dirigeais vers mon havre de paix à savoir une petite clairière garnie de trembles
  argentés malheureusement j’eu droit à un spectacle désolant et révoltant, le lieu était garni de bouteilles et de sachets plastics et bien d’autres
détritus laissés sur place lors de la waada tenue un mois et demi auparavant, je cherchais le coin le plus propre pour préparer mon thé,
je me disais et songeais avec tristesse qu’adviendra t’il de ces lieux d’ici quelques années quand le lucre féroce et la bêtise
qui ont pollué et dénaturé nos villes viennent aussi détruire le charme presque encore intact de ce vieux repère ksourien , soudain je
fus surpris par un grondement sourd qui semblait sortir des entrailles de la terre mais qui au final n'était  qu’un grand troupeau d’ovins
et de caprins qui détalaient à toute vitesse la descente vers cette clairière sous un nuage de poussière , ils avaient soif et s’en allaient tout
droit vers l’oued qui longeait cette clairière, un grand bouc menait ce grand troupeau il ressemblait étrangement au magnifique bélier gravé
il y a huit mille ans sur le site des gravures rupestres de El Ouediene à quelques 50 kms d’EL bayadh, le berger n’était autre qu’une
vieille connaissance que j‘ai croisé huit années auparavant sur les mêmes lieux, un homme très aimable, c’était le fils du vieux cheikh
surnommé "Lehlah" ( le chaleureux) et premier mokadem de la koubba de sid el hadj Benameur: (Je le regarde, ce bel anachorète
saharien, et je pense que les solitaires chrétiens des premiers siècles devaient lui ressembler, dans les décors pareillement désolés
de la Thébaïde de la Cyrénaïque ardentes. Eux aussi cherchaient par d'autres voies, dans l'extase, la satisfaction de cet impérieux
besoin d'éternité qui sommeille au fond de toutes les âmes. -  "Ecrits sur le sable")  
NB/ le mokkadem c'est celui qui s'occupe des visiteurs du saint sid el hadj benameur, il leur offre gîte et repas, il reçoit quelques fois
de ces visiteurs des offrandes qui lui permettent d'entretenir le mausolée                                                                                                                          
Je me dirigeais ensuite vers une petite gara (monticule) qui surplombait ces lieux, le spectacle d'en haut est tout simplement
sublime du moins à mes yeux, c’est des solitudes infinies où l’on perçoit au loin quelques taches mouvantes de quelques peupliers qui semblaient monter la garde, au loin le djebel Leguebar tel un navire échoué sur un quelconque récif imposait toute sa stature
Mais la gara où est enterré sidi Ahmed Belhadj fils du saint sid elhadj Benameur m’attirait terriblement, je m’y rendis de suite, la vue d’en haut était époustouflante les lieux surplombent toutes ces immensités
Je m’attardais longuement sur cette gara me grisant de paix et de douce solitude, elle domine un tres vaste territoire sans fin , le ciel s’est enfin libéré de ses vapeurs torrides de milieu de journée et laissaient place à une délicieuse lumière, d’autres tombes protégées par un tout petit muret de pierre côtoient la tombe de sid Ahmed Belhadj, un charme de mélancolique et d'indicible paix rayonnait autour de ces modestes pierres tombales
Le jour baissait lentement le tonnerre grondait au loin du côté d’El khodhr petite bourgade distance de quelques
douze kilomètres et les oueds pouvaient entrer en crue à tout moment et je pourrais me retrouverais coincer
dans quelconque oued qui traversent ces routes, aussi je pris le soin de rentrer non sans tristesse mais le cœur léger  

                                                                                Par Noureddine Toumi
                                                                                          Le mardi 22 octobre 2019 

                                                                                                                  Le présent diaporama comprend 120 photos
                                                                                                                  Photos prises le 30 Avril et 10 octobre 2019
                                                                                       Cliquez sur la touche f 11 de votre clavier pour voir le diaporama photo en plein écran
                                                                                       NB/ Branchez vos enceintes acoustiques pour écouter la musique d'accompagnement

                                                                         LES LIEUX VUS AVEC MON APPAREIL PHOTO

                                                IL EST ILLUSOIRE DE PENSER QUE LES PHOTOS SONT FAITES AVEC L'APPAREIL PHOTO
                                                                ELLES SONT FAITES AVEC L'OEIL, LE COEUR ET LA TÊTE

 

 

 

 

 

 

 
 

 

 

Commentaires (4)

Jean -  Sur : L'AUTOMNE DANS NOS KSOUR
  • 1. Jean - Sur : L'AUTOMNE DANS NOS KSOUR | samedi, 26 octobre 2019
Bonjour Noureddine,
Merci pour les belles couleurs automnales dans les Ksours.;
Dans le Hoggar, où je suis encore; le.paysage manque d'arbres et de couleurs, mais le ciel est bien bleu !
Bien amicalement avec vous!
Jean.
Noureddine (webmestre Nostalgie) -  Sur : L'AUTOMNE DANS NOS KSOUR
  • 2. Noureddine (webmestre Nostalgie) - Sur : L'AUTOMNE DANS NOS KSOUR | vendredi, 25 octobre 2019
Merci cher ami
En effet nous avions visité ensemble ces lieux c'était en Mai et nous avons poussé jusqu'à la localité de Sbaihi, c'était une journée radieuse et pleine d'émotion
Amitiés sincères
Raymond -   Sur : L'AUTOMNE DANS NOS KSOUR
  • 3. Raymond - Sur : L'AUTOMNE DANS NOS KSOUR | vendredi, 25 octobre 2019
Merci pour ce beau texte et merci pour ces admirables photos. Je n oublie pas que c est vous qui m avez fait decouvrir ces lieux, il y a huit annees !!! Merci d avoir rappele le souvenir de ces heros de la region ceux qui se sont reunis pour liberer la terre de leurs ancetres !!!.
Un ami - Sur : L'AUTOMNE DANS NOS KSOUR
  • 4. Un ami - Sur : L'AUTOMNE DANS NOS KSOUR | jeudi, 24 octobre 2019
Merci beaucoup cher ami pour le partage de ces vues impressionnantes de beauté dans leurs diversités et harmonie..J'essaie en imagination de vous accompagner. Et comment ne pas s'étonner,et remercier le Créateur pour ces Dons de la Nature et de la Vie..Merci beaucoup avec toute mon amitié

Ajouter un commentaire