COULEURS SABLE

 

 

COULEURS SABLE

    AVEC DU SABLE DANS LES YEUX

 

  Le  désert ne se raconte pas, il se vit. Alors, comment trouver les mots qui
  pourraient traduire cette passion que le nomade éprouve pour son désert?
  Pour ceux qui n’y ont pas vécu, il apparaît comme un grand espace vide,
  tandis que pour nous il est infiniment vivant. Comment expliquer cet amour
  que nous portons à cet environnement si aride et si difficile?
  L’homme est toujours profondément marqué par la terre qu’il habite.
  Toute sa personnalité est forgée à l’image de cette terre.
  En cela, le désert reste l’exemple le plus parfait de cette adaptation, de
  l’intégrations de l’homme à son milieu.
  A l’image de la terre qu’il habite, le nomade a su se faire humble pour survivre,
  mais austère et fort pour se défendre.
Il sait que, pour survivre, il doit s’adapter au désert, le comprendre, l’écouter. Car le désert sera toujours plus fort que
l’homme. Il faut donc, pour y vivre, autant de simplicité que de courage.
Le désert est pour moi extrêmement beau et pur, à la fois bouleversant et magique. Chaque fois que je me retrouve face
au désert, il m’entraîne dans cet émouvant voyage en moi-même où s’entrechoquent de nostalgiques souvenirs, les
angoisses et les espoirs de la vie.
C’est le désert qui m’a enseigné cette communication avec l’infini mystérieux. Le désert, c’est le mystère du vent qui
chasse devant lui les dunes et qui leur donne les formes les plus étranges avec les lignes les plus pures.
C’est le mystère de l’acacia perdu au milieu de ces étendues de sable comme l’oublié d’un autre temps.
C’est le mystère de cette touffe d’herbes surgie de nulle part, poussant dans le sable surchauffé, fragile et vivace à la fois.
C’est l’herbe qui griffe le sable de signes cabalistiques, brin d’herbe devenu mon imaginaire le porte-plume des génies
​dessinant des messages comme autant de signes du destin.

Le désert, c’est tous ces miracles à la fois, autant de sujets d’émerveillement.
Pour nous, nomades, il n’existe rien au monde de plus émouvant, de plus passionnant qu’une caravane sinuant dans les sables; rien de plus émouvant que la poésie d’un campement nomade à la tombée de la nui, quand les feux s’allument, que les troupeaux rentrent. Cette heure sacrée pendant laquelle les dunes et le ciel joignent leurs couleurs embrasées par le soleil couchant.
Qu’est-ce qu’un homme peut désirer de plus lorsqu’il a le privilège de s’endormie chaque soir sous un ciel protecteur, un ciel semé de plusieurs milliers d’étoiles qui se sont allumées pour illuminer ses rêves?
Le désert, c’est, pour nous nomades, une passion profonde et absolue, des images que même la mort ne peut avoir le droit de nous enlever un jour. Le désert semble éternel à celui qui l’habite et il offre cette éternité à l’homme qui saura s’y attacher.»

 

                                                                                       M. Dayak
                                                                                         Le samedi 18 novembre2019

                                                                                


                                      Cliquez sur la touche F11 de votre clavier pour voir le diaporama en plein écran 
                                                                    Le présent album comprend 141photos
                                                            Photos prises en octobre 2019 et Novembre 2019
                                       NB/ Branchez vos enceintes acoustique pour écouter la musique d'accompagnement

                         C'est une illusion que de croire que ces photos ont été prises avec un appareil photo
                                                               Elles ont été prises avec le coeur
     
      

 
                                                          

 

 

 

 

 
 

Commentaires (6)

Noureddine (webmestre Nostalgie) - Sur : COULEURS SABLE
  • 1. Noureddine (webmestre Nostalgie) - Sur : COULEURS SABLE | lundi, 25 novembre 2019
J'ai un GPS intégré sur ma voiture , je n'ai pas procédé aux mises à jour, je l’utilise rarement il faudrait que je l'épluche
Merci , en effet les pères on bien exprimé le désert ayant vécu plusieurs dizaines d’années dans ce désert
Amitiés sincères
Abdelhamid Bessaïh -   Sur : COULEURS SABLE
  • 2. Abdelhamid Bessaïh - Sur : COULEURS SABLE | lundi, 25 novembre 2019
Bonsoir cher ami,
En effet il y avait une pensée pour les Pères Jean, Raymondd er Bruno ainsi qu'à Si Lârbi et à toi.
Le Père Bruno a parfaitement exprimé ce désert et peut-être le monde qui nous entoure "Tout n'est que mystères"
Je pense qu'un GPS si possible, sinon une bonne boussole t'aiderait à "retrouver le nord" facilement.
Porte toi bien et bon courage.
Avec mon amitié
Abdelhamid
Noureddine (webmestre Nostalgie) -  Sur : COULEURS SABLE
  • 3. Noureddine (webmestre Nostalgie) - Sur : COULEURS SABLE | dimanche, 24 novembre 2019
Cher Abdelhamid
Tout n'est que mystères comme me l'a dit un jour l'ami Bruno lors d'une escapade
Lors de cette dernière escapade il faisait agréablement beau loin d'El Bayadh où la grisaille est présente depuis plusieurs jours, je suis resté longtemps sur les lieux avec un coucher splendide , je suis resté un peu tard jusqu'à la nuit tombante seulement voilà j'avais perdu mon chemin je suis resté 3 bons quart d'heure à tourner en rond finalement j'ai retrouvé mon chemin ou plutôt une autre piste par hasard et dire que la route était à 150 m (c'était juste une parenthèse)
Merci pour tes bons mots forts sympathiques
Clin d’œil à l'ami Jean ainsi qu'à Raymond
Amitiés sincères - Noureddine
Abdelhamid Bessaih -  Sur : COULEURS SABLE
  • 4. Abdelhamid Bessaih - Sur : COULEURS SABLE | dimanche, 24 novembre 2019
Bonjour Noureddine et les amis,
Qui peut connaître le désert mieux qu'un nomade ou un mystique? "naître avec du sable sur les yeux" comme dit ce cher et noble nomade Si Larbi, c'est tout le contraire de celui qui est né "avec une cuillère en argent dans la bouche"!
Pour nous on se contente d'admirer son silence, son immensité et sa beauté mystérieuse modelée au gré du vent, des changement climatiques et d'époques. Tout est magnifique et mystérieux; les acacias solitaires, les herbes folles qui poussent à même le sable des dunes issues probablement de ces plantes dites "virevoltantes" qui se séparent du sol et se laissent entrainer par les vents tout en semant leurs graines sur leurs chemins! Même les formes de pas sur les dunes sont des mystères. L'attitude du photographe devant l'immensité désertique, ses falaises et ses multiples facettes, nous inspirent l'émerveillement et la méditation.
Je trouve qu'il y a aussi beaucoup de recherches dans le rendu photographique.
Merci cher ami pour ce beau voyage.
Avec mon amitié
Raymond -  Sur : COULEURS SABLE
  • 5. Raymond - Sur : COULEURS SABLE | mercredi, 20 novembre 2019
Un bon moment encore passé dans ces paysages de l'Atlas et ses abords. C'est très beau et bien aride à la fois, cette austérité qui nous étonne et qui fait que nous nous y attachons d'autant plus. Ici pas de faux décor, pas de mensonge !. R.
Jean -  Sur : COULEURS SABLE
  • 6. Jean - Sur : COULEURS SABLE | dimanche, 17 novembre 2019
Bonjour Noureddine
Un grand merci pour ces belles photos, "couleurs sable",avec ce magnifique texte sur le désert, de M.Dayak
"Le désert est extrêmement beau et pur, à la fois bouleversant et magnifique"

Bien amicalement. Jean...

Ajouter un commentaire