KADDA BOUTARENE

 

                             Biographie :                            

                           

Né en 1907 à El Bayadh, Kadda Boutarène après avoir fréquenté l’école primaire dans sa ville natale et le cours complémentaire à Mascara, achève ses études à l’école normale d’instituteurs de Bouzareah Alger en 1927 et commence alors une carrière d'enseignant à Brézina qu’il poursuivra à El Bayadh et Ghassoul. Là il prend alors conscience de sa qualité « d’indigène » et commence à subir les vexations et les mesures discriminatoires de l’administration coloniale.

 Il s’éveille à l’activité politique et syndicale et ses prises de position hostiles à l’administration lui valent une affectation à Mostaganem où il présidera la section du congrès musulman.

 Dès lors, les autorités coloniales remarquent ses activités politiques et particulièrement pendant la seconde guerre mondiale et le soumettent à une sévère surveillance et tentent de le neutraliser. C’est ainsi qu’il fait l’objet d’une série de déplacements et d’assignations à résidence notamment à Telagh, Ghriss et à El-Ghitoun (frontière algéro-tunisienne)

 C’est dans ces conditions qu’il arrive à Tiaret en 1943 où il est responsable du mouvement des « Amis du manifeste et de la liberté » et participe dans cette ville à l’organisation des manifestations du 08 mai 1945 ce qui entraîne son arrestation.

 Après sa libération, en 1946 il est membre fondateur sous la présidence de Ferhat Abbes du parti de « l’union démocratique du manifeste algérien » U.D.M.A. et dirige la section locale de tiaret.

 C’est sous cette étiquette, qu’il est élu adjoint au maire de Tiaret, député à l’assemblée constituante en 1946, délégué à l'assemblée algérienne et conseiller général.

 Après l’expérience politique et à la suite du déclenchement de la glorieuse révolution du 1er novembre 1954 il rejoint les rangs du FLN en 1955. Il crée alors en compagnie d’autres militants notamment Kaid Ahmed son adjoint la première cellule FLN à Tiaret.

 A partir de 1956 après avoir échappé aux forces coloniales, il active au sein de la fédération de France avant de rejoindre le Maroc où il est intégré dans les réseaux de résistance. Il est d’abord responsable fédéral avant de prendre la direction du service de presse et de propagande.

 A ce titre il est responsable des émissions de radio, de la rédaction du journal « El-Moudjahid » et participe à la création de l’agence de presse « A.P.S ». Ensuite il est membre du cabinet du président Ferhat Abbes et il effectue différentes missions à travers le monde et notamment en Amérique Latine et aux États Unis durant 9 mois afin de faire connaître à l’opinion internationale la question algérienne.

 A l’indépendance de retour dans sa patrie, il est le premier président de la délégation spéciale à Tiaret et peu de temps après (août 1962) le premier préfet de l’Algérie indépendante à El Asnam avant d’être muté à Annaba.

 Appelé à servir au ministère de l’intérieur, il occupera différentes fonctions au cabinet du défunt Ahmed Medeghri avant de faire valoir ses droits à la retraite en 1969 avec le sentiment du devoir accompli.

 Les années de retraite, il les consacre à l’écriture et publie plusieurs ouvrages dont la série autobiographique des « Kaddour », un recueil de « proverbes et dictons populaires algériens » muni d'un commentaire dans deux éditions l'une en langue nationale et la seconde en langue française et un roman "Dléla et si-Azzouz". Il a fait plusieurs manuscrits qui n’ont pas encore fait l’objet de publication.

 Kadda Boutarène s’éteindra sereinement au milieu des siens à Alger le 1er octobre 1996 à l’age de 89 ans.

 Il a été décoré de l’ordre du mérite des arts et des lettres pour l’ensemble de son œuvre littéraire.

 Il lui a été décerné par le président Abdelaziz Bouteflika le 09 juillet 1999, à titre posthume la médaille de l’ordre du mérite rang Athir / promotion Houari Boumediene.       

 

 Retour home page

 

 

Commentaires (10)

Boutarene -  Sur : KADDA BOUTARENE
  • 1. Boutarene - Sur : KADDA BOUTARENE | samedi, 18 Octobre 2014

je cherche tous les Boutarene pour savoir plus de moi et connaître ma grande famille

Taoufiq  -  Sur : KADDA BOUTARENE
  • 2. Taoufiq - Sur : KADDA BOUTARENE | lundi, 28 Octobre 2013


Je suis le fils du pr. Lakhdar ghazal(Marco), et Haj kadda boutarene etait mon arrière grand oncle c.a.d le frere de mon arrière grand mere, je viens de le decouvrir et lui rend un grand hommage !Je suis le fils du pr. Lakhdar ghazal(Marco), et Haj kadda boutarene etait mon arrière grand oncle c.a.d le frere de mon arrière grand mere, je viens de le decouvrir et lui rend un grand homage !

Boualiane  -  Sur : KADDA BOUTARENE
  • 3. Boualiane - Sur : KADDA BOUTARENE | samedi, 28 Septembre 2013

le regretté Moudjahed Kadda Boutarene etait l'Ami du Cheikh Chadli Kadda de Tiaret.

Tahar Ben
  • 4. Tahar Ben | lundi, 28 Mars 2011

A Monsieur Kamel B
Certes ceux que vous avez cité sont parmi les plus celebres de Geryville.Je suis de la génération de Boulem Bessaih , Bouamrane et j'ai connu d'autres geryvillois plus célèbres dans leur temps à savoir
la première promo de la mederssa de Tlemcen:
les lakhdar.M,Boutarene.Z,Cherid etc ( 1908)
la deuxième promo:
Nasri Aissa , Cheikh Boutarene, Bencheikh ( Moudaress ...(1914)
la troisième promo:
Bensaih ,Nasri Ahmed,Taybi Tayeb,les 2 Vincent,Levy,Kadda Boutarene,Bergame...(1920)

hamou elberzini
  • 5. hamou elberzini | mercredi, 16 Mars 2011

bonjour geryville

Kamel  B
  • 6. Kamel B | vendredi, 09 Octobre 2009

Parmi les grandes figures et personnages célèbre de Gétyville : Si Kaddour Naïmi,si Larbi Brahmi,Bouamrane Cheikh actuel président du Conseil Islamique,Baki Boualem et le très populaire infirmier de l'Hôpital feu Hamou Tahar(Benhamza). Merci

Kamel  B
  • 7. Kamel B | vendredi, 09 Octobre 2009

Parmi les grandes figures et personnages célèbre de Gétyvilleet Si Kaddour Naïmi,si Larbi Brahmi,Bouamrane Cheikh actuel prédident du Conseil Islamique et le très populaire infirmier de l'Hôpital feu Hamou Tahar(Benhamza). Merci

Ahmed Gueraoui
  • 8. Ahmed Gueraoui | mardi, 17 Mars 2009

Nombreux étaient ceux qui ont vécu,trop rendu et ont quitté ce monde en silence.Seulement aprés des années de leur enterrement qu'on perçoit leur valeur et notre Algérie et notre peuple algérien continuent à applaudir les cons et ne cessent d'ignorer ou de se faire ignorer les grands. C'est ainsi que Moufdi Zakaria fut décédé et enterré en Tunisie. On annonçait son décés à l'époque sur un coin perdu d'un quotidien, alors que des dixaines des pages furent redigées et des dixaines des photos occupaient d'autres pages de ces journaux pour rendre hommage à Elvis Presley qui decedait simultanéement. Sans oublier de parler de Dr.Bencheneb, le premier Docteur d'Etat au Monde Arabe avec un grade de Doctorat d'Etat en sens académique. Et enfin ,meme pas un petit espace réservé pour ces personnages entre les manuels scolaires. C'est ainsi que ces Grands ont servi l'Algérie. Est ce que l'Algérie les a servis????

ABDALLAH
  • 9. ABDALLAH | mardi, 25 Mars 2008

j'ai eu l'honneur d'etre le fils de son ami tayeb ben kaddour mais vu son exeptionnelle personnalité et son parcours politique je regrette sincerement qu'il soit mort presque dans l'anonymat surtout pour la jeune génération d'El-Bayadh

Lamine
  • 10. Lamine | jeudi, 10 Janvier 2008

J'ai eu le plaisir de lire sa série "kaddour 1, 2 et 3"
une référence historique et sociologique à découvrir...Merci Noureddine pour cette pensée.Il méritait plus!

Ajouter un commentaire

×