PROPHÈTE YOUSSOUF II

La Sortie Du Puits Du Prophète Joseph (psl)

 

 Or, vint une caravane. Ils envoyèrent leur chercher d'eau, qui fit descendre son seau. Il dit: "Bonne nouvelle! Voilà un garçon!" Et ils le dissimulèrent [pour le vendre] telle une marchandise. Allah cependant savait fort bien ce qu'ils faisaient. (Sourate Joseph, 19)

Le moment où le Prophète Joseph fut jeté dans le puits et le moment où il en sortit sont deux incidents prévus dans sa destinée. Rien n'arrive qui ne nous ait déjà été prédestiné. Pour cette raison, la caravane qui allait passer juste après que Joseph fut jeté dans le puits, la destination de celle-ci, le genre de personnes qui la composaient, tout cela avait été prédéterminé par Allah bien avant la naissance du Prophète Joseph. Il s'ensuit que les croyants qui saisissent cette vérité primordiale sont toujours soumis à la volonté d'Allah.

Comme nous le voyons dans ce verset, le groupe de personnes qui découvrit le Prophète Joseph dans le puits le secourut dans l'idée de le vendre et le considérait comme une marchandise. La raison en était que l'esclavage existait encore communément en Egypte et dans les contrées avoisinantes. Les gens étaient activement engagés dans ce commerce et achetaient et vendaient des enfants en particulier. Voilà pourquoi ceux qui trouvèrent le Prophète Joseph se réjouissaient à l'idée d'en tirer profit. Toutefois, la suite du verset nous révèle qu'ils sous-estimèrent la valeur du Prophète Joseph et le vendirent à un vil prix.

Et ils le vendirent à vil prix: pour quelques dirhams comptés. Ils le considéraient comme indésirable. (Sourate Joseph, 20)

Il y a en fait, une grande sagesse dans cette affaire. S'ils lui avaient accordé une grande valeur, s'ils avaient réalisé qu'il était un élu, un prophète, ils auraient voulu lui faire du mal. De même, si d'autres incroyants avaient entendu parler de lui, ils auraient aussi voulu lui faire du tort. Le fait qu'ils le sous-estimèrent et le vendirent comme esclave en vue d'en tirer du profit allait en sa faveur.

La sagesse qui émane de cet épisode de la vie du Prophète Joseph réside dans la façon dont elle indique le grand bénéfice et la protection des croyants qui sont cachés derrière la tendance générale des incroyants à les sous-estimer, à les considérer comme insignifiants et sans importance.

Et ils le vendirent à vil prix: pour quelques dirhams comptés. Ils le considéraient comme indésirable. (Sourate Joseph: 20)

 

Il y a un autre point remarquable ici. Comme nous le savons, le Prophète Joseph était connu pour sa beauté extraordinaire. Néanmoins, comme nous l'avons déjà vu, sa beauté n'était pas encore apparente quand il tomba entre les mains des vendeurs d'esclaves. Ils ne virent pas l'individu de valeur qu'il était, le considérant comme un simple enfant. Ceci signifie qu'Allah dans Sa sagesse avait caché la beauté du Prophète Joseph à cette période, ce qui était encore une manifestation de Son aide et de Sa protection. Selon le Coran, le Prophète Joseph fut trouvé par des marchands d'esclaves et vendu à un Égyptien.

Et celui qui l'acheta était de l'Égypte, Il dit à sa femme: "Accorde-lui une généreuse hospitalité. Il se peut qu'il nous soit utile ou que nous l'adoptions comme notre enfant." Ainsi avons-Nous raffermi Joseph dans ce pays et Nous lui avons appris l'interprétation des rêves. Et Allah est souverain en Son commandement: mais la plupart des gens ne savent pas. (Sourate Joseph, 21)

Un exemple de bâtisses splendides en Égypte au temps du Prophète Joseph

 

Par le moyen de cet Égyptien qui l'acheta, Allah assurait la protection et le bon traitement du Prophète Joseph et Il lui permettait de grandir et de s'établir en Égypte. L'acheteur du Prophète Joseph le confia à sa femme d'une manière très douce et pleine de compassion en lui demandant de prendre bien soin de lui. En fait, ils pensaient que Joseph pourrait leur être très utile et voulaient même l'adopter. C'est encore une preuve supplémentaire de l'aide, de l'amour et de la compassion d'Allah envers le Prophète Joseph. Allah le secourut du puits, l'installa en Égypte dans un environnement favorable. Toutes ces choses étaient des bénédictions d'Allah.

Qui plus est, Allah donna au Prophète Joseph le savoir en lui enseignant l'interprétation des paroles des gens. Sans aucun doute, c'est un talent remarquable et en même temps une bénédiction qu'Allah confère à ceux de Ses serviteurs qu'Il choisit. Les versets qui s'y réfèrent disent:

"Il donne la sagesse à qui Il veut. Et celui à qui la sagesse est donnée, vraiment, c'est un bien immense qui lui est donné. Mais les doués d'intelligence seulement s'en souviennent." (Sourate al-Baqarah, 269)

Il Est Calomnié Quand Il Atteint La Maturité

C'est ainsi que le Prophète Joseph commença à vivre chez l'Égyptien prénommé Aziz. En plus de lui enseigner l'interprétation des paroles des gens, Allah lui donna aussi le savoir et le discernement quand il atteignit la maturité. Le jugement auquel se réfère le verset suivant, est la capacité à prendre une décision juste, qui soit compatible avec les instructions d'Allah. Le savoir, quant à lui, peut être celui issu d'un enseignement mais aussi peut être la capacité de percevoir l'aspect profond des choses (Allah est le plus Savant bien sûr). Tout cela sont des indications qu'Allah l'avait choisi pour son comportement exemplaire et l'avait béni. Cette vérité est décrite dans le Coran comme suit:

Et quand il eut atteint sa maturité Nous lui accordâmes sagesse et savoir, C'est ainsi que Nous récompensons les bienfaisants. (Sourate Joseph, 22)

Une peinture de la femme de l'Égyptien qui tenta de
solliciter le Prophète Joseph

 

Pourtant, quand le Prophète Joseph eut atteint la maturité, la maîtresse de maison (la femme d'Aziz) voulut le séduire. Elle avait préparé un environnement propice pour arriver à ses fins, toutes les portes étaient soigneusement fermées et elle lui fit une proposition indécente. Sa réaction dans cette circonstance est un modèle de vertu auquel tous les croyants devraient aspirer.

Premièrement, bien que la femme le désirât, il chercha refuge auprès d'Allah plutôt que de commettre ce péché affreux qui aurait été une violation des commandements d'Allah. Il agit enfin d'une façon loyale et civilisée en rappelant Aziz à la femme et en lui disant que son mari l'avait bien traité et avait pris soin de lui. De cette manière, il lui fit comprendre clairement qu'il lui était impossible de commettre un acte si déloyal envers Aziz. Il ajouta tout de suite que ceux qui font le mal ne peuvent espérer le salut et que cela aurait été un comportement cruel. Le Coran relate cet épisode comme suit:

Or celle [Zoulikha] qui l'avait reçu dans sa maison essaya de le séduire. Et elle ferma bien les portes et dit: "Viens [je suis prête pour toi!]"-Il dit: "qu'Allah me protège! C'est mon maître qui m'accordé un bon asile. Vraiment les injustes ne réussissent pas." Et, elle le désira. Et il l'aurait désirée n'eût été ce qu'il vit comme preuve évidente de son Seigneur. Ainsi [Nous avons agi] pour écarter de lui le mal et la turpitude. Il était certes un de Nos serviteurs élus. (Sourate Joseph, 23-24)

Il est clair d'après les versets précédents que le Prophète Joseph savait que l'adultère était un péché aux yeux d'Allah. Il évita donc de transgresser et essaya d'échapper à cette femme. Le fait qu'Allah nous indique que le Prophète Joseph aurait aussi désiré cette femme, est un renseignement précieux concernant ce test.

Il est possible que les bas instincts d'un croyant soient attirés par quelque chose de blâmable aux yeux de sa religion. L'attitude à adopter pour le croyant est de refuser de succomber à ce désir et de faire preuve de détermination pour ne pas dépasser les limites fixées par Allah. Il n'y aurait pas eu de tests s'il n'y avait pas eu d'attirance physique des deux côtés. Ces événements sont écrits dans le Coran:

Et tous deux coururent vers la porte, et elle lui déchira sa tunique par derrière. Ils trouvèrent le mari [de cette femme] à la porte. Elle dit: "Quelle serait la punition de quiconque a voulu faire du mal à ta famille, sinon la prison, ou un châtiment douloureux?"(Sourate Joseph, 25)

Après cet incident, cette femme calomnia le Prophète Joseph en dépit de son comportement vertueux et de son refus à commettre l'adultère. Bien qu'il fût complètement innocent, elle dit à son mari, le vizir, que Joseph s'était approché d'elle avec de mauvaises intentions et elle exigea qu'il fût jeté en prison ou torturé.

Il est clair que cette femme ne craignait pas Allah et avait un mauvais fond. La proposition qu'elle fit au Prophète Joseph n'était pas le fait le plus grave de sa nature corrompue. Le fait qu'elle fasse ces fausses allégations et qu'en plus elle veuille qu'il soit puni en sachant qu'il était parfaitement innocent est tout simplement une expression de sa perfidie.

La réponse de Joseph fut la suivante:

[Joseph] dit: "C'est elle qui a voulu me séduire." Et un témoin, de la famille de celle-ci témoigna: "Si sa tunique [à lui] est déchiré par devant, alors c'est elle qui dit la vérité, tandis qu'il est du nombre des menteurs. Mais si sa tunique est déchirée par derrière, alors c'est elle qui mentit, tandis qu'il est du nombre des véridiques." (Sourate Joseph, 26-27)

Dans cette situation, le fait que cette femme ait déchiré le dos de la chemise du Prophète Joseph était la preuve qu'il se dirigeait vers la porte et qu'elle le poursuivait. Selon les versets, l'innocence de Joseph était prouvée.

OPuis, quand il (le mari) vit la tunique déchirée par derrière, il dit:"C'est bien de votre ruse de femmes! Vos ruses sont vraiment énormes! Joseph, ne pense plus à cela! Et toi, (femme), implore la pardon pour ton péché car tu es fautive." " (Yusuf Suresi, 28-29)

Aziz réalisa que le Prophète Joseph était innocent et reconnut la faute de sa femme. Ses mots sont transcrits dans les versets ci-dessus et prouvent qu'Aziz avait plus de conscience que sa femme. Cependant, l'incident ne s'arrêta pas là.

Et dans la ville, des femmes dirent: "La femme d'Al ‘Aziz essaye de séduire son valet! Il l'a vraiment rendue folle d'amour. Nous la trouvons certes dans un égarement évident." (Sourate Joseph, 30)

Ainsi, l'incident se répandit parmi les femmes de la ville.

La manière dont l'attention est attirée sur les femmes dans le verset essaie de montrer combien le manque de morale des personnes ignorantes va de pair avec une nature médisante et mauvaise. (Mais Allah est le plus Savant).

Les femmes de la ville commencèrent alors à critiquer la femme du vizir en condamnant ses actions. Elles réalisèrent que la faute ne provenait pas de Joseph mais de la femme d'Aziz que ces critiques mettaient mal à l'aise. En fait, ceux qui ignorent la satisfaction d'Allah et cherchent plutôt à plaire aux autres sont ceux qui redoutent le plus d'être rabaissés aux yeux des autres et que leur image en pâtisse. L'une des choses que détestent ceux qui ne craignent pas Allah est que ce qu'ils font en secret soit découvert. C'est dans cette situation que se trouvait la femme d'Aziz.

 Quand la femme d'Aziz réalisa qu'elle était la risée de la ville, elle prépara un piège pour les femmes qui se moquaient d'elle. Le but était de leur prouver qu'elle n'était pas forcément à blâmer d'avoir succombé à un désir immoral car le Prophète Joseph était d'une beauté extraordinaire. En effet, les autres femmes furent subjuguées par la beauté du Prophète Joseph:

Lorsqu'elle eut entendu leur fourberie, elle leur envoya [des invitations,] et prépara pour elle une collation; et elle remit à chacune d'elle un couteau. Puis elle dit: "Sors, devant elles, (Joseph!) – Lorsqu'elles le virent, elles l'admirèrent, se coupèrent les mains et dirent: "À Allah ne plaise! Ce n'est pas un être humain, ce n'est qu'un ange noble!"(Sourate Joseph, 31)

Comme le montre ce verset, la beauté du Prophète Joseph leur fit se rappeler d'Allah, et elles n'eurent de choix que de L'invoquer spontanément devant tant de beauté. Elles considérèrent cette beauté comme surhumaine et déclamèrent que c'était un ange.

Rappelons-nous bien qu'Allah avait caché la beauté saisissante du Prophète Joseph quand il était enfant pour le protéger. À mesure que le temps passa, cependant, le Prophète Joseph grandit et sa beauté commença à attirer considérablement d'attention. Il y a certainement une grande sagesse cachée dans chacun de ces détails. La suite de l'histoire nous révèle ce qui se passa ensuite:

Elle dit: "Voilà donc celui à propos duquel vous me blâmiez. J'ai essayé de le séduire mais il s'en défendit fermement. Or, s'il ne fait pas ce que je lui commande, il sera très certainement emprisonné et sera certes parmi les humiliés." (Sourate Joseph, 32)

Comme nous pouvons le remarquer, la femme confessa ouvertement sa culpabilité et admit que le Prophète Joseph voulait préserver sa chasteté. Néanmoins, elle réitéra la même proposition indécente devant un groupe de personnes, en ordonnant au Prophète Joseph de défiler avec elle devant le groupe de femmes en le menaçant de le jeter en prison et de l'humilier publiquement s'il refusait. Ceci démontre à quel point cette femme était cruelle et immorale C'est bien sûr une situation incroyable. Il est possible que ce soit sa position en Égypte, sa richesse et le fait que le Prophète Joseph était son esclave qui la poussa à commettre un tel péché.

C'est une suggestion des plus dépravées et pourtant la femme d'Aziz n'eut aucun scrupule à la réitérer devant toutes les personnes présentes. C'est une preuve à la fois de son manque de valeurs religieuses et de la laxité des autres femmes présentes en matière de religion.

De la même façon que jamais une femme pieuse ne pourrait s'embarquer dans une telle transgression, jamais une femme pieuse ne pourrait rester là à regarder quelque chose de semblable se passer sous ses yeux sans réagir. Par ailleurs, les femmes présentes restèrent silencieuses devant les menaces lancées par la femme du vizir à l'encontre du Prophète Joseph et fermèrent les yeux devant une telle action.

Le Coran précise aussi qu'Aziz ne fit aucune objection à ce que le Prophète Joseph fût jeté en prison même si toutes les preuves le disculpaient. De la même façon, sa femme ne fit aucun cas des années d'emprisonnement qu'il endura.

Cet exemple nous enseigne que les non-croyants se soutiennent entre eux, qu'ils sont capables de regarder tranquillement en silence des exactions sans intervenir alors que des plans néfastes se trament et sont mis à exécution.

Nous voyons comment les femmes de la ville préférèrent rester silencieuses, ce qui fait donc d'elles des complices de cette conspiration. Elles ne vinrent même pas en aide au Prophète Joseph quand la femme d'Aziz avoua être fautive mais elle restèrent les bras croisés et gardèrent le silence lorsque cet homme vertueux se fit emprisonné.

Un autre élément marquant ici est la sincérité du Prophète Joseph. Il chercha immédiatement refuge auprès d'Allah, Lui ouvrit sincèrement son cœur et Lui demanda de l'aide. Son comportement illustre une grande sincérité et pureté de cœur.

Il dit: "Ô mon Seigneur, la prison m'est préférable à ce quoi elles m'invitent. Et si Tu n'écartes pas de moi leur ruse, je pencherai vers elles et serai du nombre des ignorants [des pécheurs]." Son Seigneur l'exauça donc, et éloigna de lui leur ruse. C'est Lui, vraiment, qui est l'Audient et l'Omniscient. (Sourate Joseph, 33-34)



Le Prophète Joseph, Innocent, Fut Jeté En Prison

Comme nous l'avons déjà vu, la femme d'Aziz admit devant les femmes de la ville que c'était elle qui avait désiré le Prophète Joseph et qu'il l'avait rejetée. Aziz reconnaissait cet état de fait, rappelant à sa femme qu'elle avait commis un péché et qu'elle devait demander pardon à Allah.

En d'autres mots, tout ceux qui avaient été témoins de ces événements ou qui en avaient entendu parler savaient que le Prophète Joseph était innocent et victime de la machination de cette femme. Malgré cela, cependant, ils prirent une décision sans conscience aucune et jetèrent le Prophète Joseph en prison:

Puis, après qu'ils eurent vu les preuves (de son innocence), il leur sembla qu'ils devaient l'emprisonner pour un temps. (Sourate Joseph, 35)

 

Le Prophète Joseph passa de longues années en prison malgré son innocence qui fut prouvée.
La photo du haut montre une prison égyptienne de l'époque.

 

Le point le plus important ici est qu'ils étaient capables d'emprisonner une personne totalement innocente. Donc, le système qui prévalait dans cette société à l'époque n'était pas un système basé sur la justice mais un système où la force primait le droit. De plus, le fait qu'ils aient été capables d'emprisonner une personne totalement dépourvue de culpabilité et dont l'innocence complète était établie par les preuves démontre que leur système judiciaire était un système qu'ils pouvaient manipuler à leur guise pour servir leur propre intérêt.

Ceci fait partie du dessein immuable d'Allah; les non-croyants, spécialement ceux qui rejettent les messagers d'Allah, cherchent toujours à emprisonner les croyants et à placer des obstacles sur leur chemin. La même chose se produisit au temps du Prophète Mohammad (pbsl). Allah décrit cette réalité en ces termes:

(Et rappelle-toi) le moment où les mécréants complotaient contre toi pour t'emprisonner ou t'assassiner ou te bannir. Ils complotèrent mais Allah a fait échouer leur complot, et Allah est le meilleur en stratagèmes. (Sourate al-Anfal, 30)

Comme on le voit, les situations que les Musulmans et les messagers d'Allah ont affrontées de tout temps furent aussi infligées au Prophète Joseph. Si le Prophète Joseph n'avait pas été musulman, s'il s'était soumis à leur système de superstitions et de dégénérescence morale, ils n'auraient pas été aussi hostiles envers lui et auraient même fermé les yeux s'il avait commis un crime. Cependant, la raison principale de leur animosité envers lui était le fait que c'était un Musulman sans tache qui privilégiait en premier lieu de plaire à Allah et de respecter fermement Ses commandements et Ses interdits. D'ailleurs on peut lire dans plusieurs versets coraniques que les gens les plus éloignés de la religion ont toujours nourri la même hostilité envers les croyants.

De même que le fait que le Prophète Joseph ait été jeté en prison montre qu'un système judiciaire injuste prévalait en Égypte, il indique également la dégénérescence morale qui était présente dans toute la société à cette époque.

 

Toutes Les Intrigues Viennent D'Allah

À première vue, les événements décrits jusqu'à maintenant pourraient être considérés comme désastreux pour le Prophète Joseph. Mais si on y regarde de plus près, toutefois, on se rend compte que c'est Allah qui a tout décidé et exécuté. Comme nous l'avons vu plus haut, ces incidents faisaient tous partie de la destinée prédéterminée du Prophète Joseph et étaient tous très favorables pour lui. En effet, quelqu'un qui subit une épreuve aussi grande qu'être emprisonné injustement et reste malgré tout patient et soumis à la volonté d'Allah dans ces conditions, est quelqu'un qui possède une véritable connaissance d'Allah. Il est certain que cette personne gagnera l'amour et la satisfaction d'Allah. De ce point de vue, l'emprisonnement du Prophète Joseph était bien loin d'être une mauvaise chose ou une tragédie, c'était, au contraire, un événement extrêmement positif.

Par ailleurs, cette histoire attire notre attention sur la capacité des non-croyants et des semeurs de trouble à s'unir pour tendre des pièges aux croyants. Ces personnes, cependant, comme nous l'avons déjà expliqué, ne peuvent jamais réellement faire de mal aux croyants. Il y a un piège tendu à l'intérieur du schéma d'Allah qui englobe tout et qui cerne les pièges que les non-croyants tendent aux autres.

Quand ils préparent leur piège, Allah sait et entend tout ce qu'ils disent, leurs décisions et leurs sentiments les plus intimes jusqu'au moindre détail. En fait, il était écrit dans leur destinée, bien avant leur naissance, qu'ils allaient agir ainsi. Allah a aussi déterminé dans leur destin les événements qui feront échouer leurs pièges. C'est pourquoi chaque piège qu'ils tendent aux croyants est voué à l'échec. Allah nous révèle ce secret dans le Coran:

Certes ceux d'avant eux ont manigancé (contre leur messager); le stratagème tout entier appartient à Allah. Il sait ce que chaque âme acquis. Et les mécréants sauront bientôt à qui appartient la bonne demeure finale. (Sourate ar-Rad, 42)

Ils ont certes comploté. Or leur complot est (inscrit) auprès d'Allah même si leur complot était assez puissant pour faire disparaître les montagnes… Ne pense point qu'Allah manque à Sa promesse envers Ses messagers. Certes Allah est Tout Puissant et Détenteur du pouvoir de punir. (Sourate Ibrahim, 46-47)

Par conséquent, les croyants restent soumis à la volonté d'Allah quand ils rencontrent de telles situations et réalisent que les pièges tendus contre eux ont déjà été neutralisés. Quelle que soit la force du piège tendu contre eux, les croyants réagissent toujours calmement et modérément. Ceci tient à leur confiance en Allah et à leur foi dans les livres saints et les messagers. Donc, c'est un secret particulier aux croyants puisqu'il est impossible pour quelqu'un qui ne croit pas en Allah et qui vit loin des préceptes de la religion de profiter de ce calme intérieur.

 


                                                                                                                Page suivante

Ajouter un commentaire

×