LA MÉMOIRE DES PIERRES

 

 

LA MÉMOIRE DES PIERRES

 

                                                      

  J’avais l’impression d’avoir atterri sur une autre planète, les superbes teintes
  de ce grandiose site  varient selon la lumière ambiante du jour et atteignent
  leur paroxysme surtout en fin de journée, cette terre magique est faite d’argiles
  d’origine volcanique je suppose dévoilée par l’érosion,  On peut y voir d'imposants
  rochers jaillir d'entre des ravins creusés par les eaux de  pluie,  d'autres gisent au
  fond de l'oued
  Je surpris un cueilleur de sel tel un forçat attelé à extraire du sel avec seulement
  un burin et un grand marteau; il avait le visage émacié, brûlé par le soleil et le contact
  du sel , mais le sourire toujours au rendez-vous et que je conviais à ma pause thé, et
  par la suite à partager mon repas se joignirent à nous deux autres cueilleurs suivis
  par Baghdad un nomade pasteur, Baghdad  après avoir bossé chez plusieurs gros éleveurs comme berger a réussi après des années
de durs labeurs à mettre un peu d’argent de coté qui lui a permis d’acheter quelques chèvres et brebis et s'installer à son compte, il
possède actuellement  quarante moutons qui lui permettent de subvenir aux besoins de sa famille, il a quitté sa localité et campe en
solitaire là où  l’herbe est bonne, un homme affable d’une grande générosité et dont la bonne humeur et l’un des traits forts de son
caractère, Il portait en plus de son chèche deux bonnets sur sa tête pour se couvrir du froid et du gel, il a du se réveiller avec les aurores
A vrai dire l’extraction du sel est le seul revenu pour quelques familles, il est revendu en grands morceaux aux éleveurs de bétail
pour leurs bêtes, son extraction est à très faible échelle et d'une façon des plus rudimentaires ce qui n’a aucun impact sur cet environne-
-ment très fragile, le plus dur reste à venir quand les prédateurs viendront avec leurs machines , je n’ose meme pas y penser ça me
donne des sueurs froides

C’est sous l’ombre d‘un tamaris et du sable doré charrié par l’oued que je dépliais ma tente et restais un bon moment
tapi à l’ombre de temps à autre Baghdad me jetait des airs étonnés , cette tente ne ressemblait nullement à sa kheima, on passa de longs moments autour d’un verre de thé à discuter du nomadisme et du devenir de cette région martyre et où le chômage atteint des proportions alarmantes, cette année les pluies automnales ont été abondantes ce qui a permis aux nomades de se passer de l'aliment de bétail qui leur revient très cher, l’herbe est bonne et grasse, les agneaux et chevreaux gambadent insouciants et s’adonnent à des cabrioles spectaculaires devant nous tels des fous
Heureuse steppe! 
je quittais un bon moment mes compagnons pour une longue marche au milieu de l’oued, l’eau  est si pure que la moindre pierre fut elle si petite brille de mille éclats, la pollution et saletés qui gangrènent nos villes et jusqu'à nos villages épargnent ces coins du moins pour l’instant
De gigantesques rochers vertes gisent au fond de l’oued témoins d‘un quelconque cataclysme de ce qu’a pu connaitre
la région il y a des millions d’années; sur les bords de l’oued poussent de somptueux genets et quelques sedras
(jujubiers sauvages) tout comme un petit palmier solitaire,
Quelques arbres charriés lors des crues d’une lointaine hamada gisent au fond de l’oued tels de valeureux guerriers tombés au
champ d’honneur
Bien des fois je caressais l'espoir de voir ces roches me raconter leur histoire, j'essayais de les soulever et les réveiller de leur
profond sommeil qui n'a que trop duré, d'autres fois je les caressais espérant un écho; rien n'y fait, elles étaient de marbre et
semblaient garder à tout jamais jalousement leurs secrets

 

  Je ne savais où donner des yeux tellement le spectacle était fascinant, mon âme semblait flotter
  et emporter vers quelconques mondes mystérieux, après une heure passée à lézarder au milieu
   de l’oued, je me décidais d’attaquer la montagne de sel du moins quelques recoins, les risques
   sont grands n’étant pas très bien équipé pour ce genre d’escalades à haut risque tant pis et ce
  malgré quelques déboires la fois passée avec des chutes, cette fois l’attention est de mise , bien
  des fois je marchais à quatre pattes, des fois avec le postérieur car le moindre faux pas en étant
  debout pourrait être fatal les chemins sont si escarpés  et très étroits avec en contre bas des
  trous béants, advienne que pourra, une  attraction mystérieuse m'y poussait, je m’élançais dans
  cette folle aventure, c’était plus fort que moi , Dieu merci tout s’est bien passé, 
  malheureusement lors de cette escalade j'ai égaré la housse du trépied de mon appareil photo,
  j'avais beau retourné sur mes pas espérant la retrouver, vaines tentatives hélas, sitôt redescendu
j’attaquais une infime partie du flanc gauche à travers cette fois ci des gorges étroites et ravinées , je pénétrais à l’intérieur de ce sanctuaire sans fin, aucun bruit n’était perceptible ni la moindre trace de vie fut-elle animale ou végétale, le sel est omniprésent, c’est un labyrinthe sans fin de temps en temps des craquements se font entendre au loin c’est des pans de terre devenues très perméables  suite aux abondantes pluies se sont détachées de ces hautes falaises, aussi je pris la sage décision de rebrousser chemin; le risque cette fois ci était réel, d’ailleurs le jour baissait lentement et la fatigue me coupait les jambes; l'histoire triste et tragique que m'a raconté Mohamed le cueilleur de sel m'avait bouleversé,un de ses compagnons d'infortune avait connu une mort atroce suite à un éboulement de terrain dans la grotte où il était en train d'extraire du sel, sa famille voyant qu'il n'est pas apparu après la rupture du jeune donna l'alerte, c'est tout le village qui est parti à sa recherche, peine perdue le malheureux avait rendu l'âme dans des circonstances effroyables

Je quittais les lieux bien tardivement, le voile de la nuit commençait à enveloppera avec douceur les lieux, étonnants espaces qui restent à mes yeux l’un des terreaux les plus fertiles pour la pensée,
est-ce dû au pouvoir d’attraction exercé par le vide?
ou au silence éternel de ces splendides horizons sans fin?
J’aperçus au loin le brave Baghdad avec ses bêtes regagnant son campement, il me lançait des signes d’adieu plutôt d’au revoir car l’idée d’y revenir au plus vite me taraude déjà l’esprit 

                                 

                                                                                                                          Pierres inanimées aviez vous une âme?

                                                                                                                                 Par Noureddine Toumi
                                                                                                                                  le mardi 04 décembre 2018

 

 Le présent album comprend 128 photos au format Ultra Grand Angle
   Cliquez sur la touche F 11 de votre clavier pour visualiser les photos en plein format
    NB/  Branchez vos enceintes acoustiques pour écouter la musique d'accompagnement
                            Photos prises le 02 décembre 2018

 

 

 

 

 
 

 

 

 
 

Commentaires (9)

Noureddine (webmestre Nostalgie)
  • 1. Noureddine (webmestre Nostalgie) | lundi, 10 december 2018
Bonjour Danièle
Le dit site que vous avez visité est celui de Ain Ouarka, noues avons plusieurs sites de la sorte dans la région
http://steppe.doomby.com/pages/mes-escapades-1/de-berlin-au-mont-des-ksour.html
c'est la dernière partie sur le diaporama
Amitiés
Danièle PONSOT
  • 2. Danièle PONSOT | lundi, 10 december 2018
C'est merveilleux! Merci, Noureddine, de ces images pleines de poésie et de grandeur! Il y a de cela plus de 30 ans, (en 1982, exactement) mon Lulu et moi sommes allés bien au Sud d'Aïn Sefra et même au sud de l'oasis de Taghit et nous avions découvert une vallée dont les couleurs étaient semblables à celles de tes photos : des verts lumineux, des ocres, des bleus profonds....et aussi une montagne de sel où nous avions vu des cueilleurs à l'oeuvre! J'ai eu l'impression, en voyageant à l'aide de tes images, d'y être retournée!
Bruno -  Sur : LA MÉMOIRE DES PIERRES
  • 3. Bruno - Sur : LA MÉMOIRE DES PIERRES | lundi, 10 december 2018
Cher ami ,merci ,ces photos sont impressionnantes de beauté,d'harmonie de formes,couleurs,et lumière.. Le récit de la mort du chercheur de sel bouleversant..espérons que ce que nous appelons progrès saura respecter des espaces de nature inviolés dans leur harmonie .Merci .
Noureddine (webmestre Nostalgie) -  Sur : LA MÉMOIRE DES PIERRES
  • 4. Noureddine (webmestre Nostalgie) - Sur : LA MÉMOIRE DES PIERRES | vendredi, 07 december 2018
Rassurez vous l'ami le contact ne sera jamais coupé
Bien à vous - Noureddine
Georges. Salemme -  Sur : LA MÉMOIRE DES PIERRES
  • 5. Georges. Salemme - Sur : LA MÉMOIRE DES PIERRES | vendredi, 07 december 2018
La mémoire des pierres est un bel enchaînement de < contemplez tout simplement> très belle réalisation et vous avez l’intention de vous arrêtez , ne faites jamais ça vous êtes la mémoire et le défendeur de la willaia et puis qu’est ce que je deviendrai.
A très bientôt.sincères amitiés
Georges.
Noureddine (webmestre Nostalgie) -  Sur : ECOUTE LE SILENCE
  • 6. Noureddine (webmestre Nostalgie) - Sur : ECOUTE LE SILENCE | vendredi, 07 december 2018
Merci à toi l'ami
je ne saurais quoi vous répondre quant à votre proposition, ici c'est pas comme chez vous, les opportunités sont moindres sinon quasi nulles
clin d’œil à Corinne et Raymond que j'embrasse
Avec toutes mes amitiés
Manu -  Sur : LA MÉMOIRE DES PIERRES
  • 7. Manu - Sur : LA MÉMOIRE DES PIERRES | vendredi, 07 december 2018
Bonjour mon ami, c’est vraiment fabuleux, ce que tu nous proposes et une vraie évasion , tes photos et ton texte nous immergent dans cette aventure. Que j aimerais vivre un jour mais pourquoi ne pas envoyer cela comme reportage photo dans des magasines ?un carton!!!
Merci à toi
Corinne -  Sur : LA MÉMOIRE DES PIERRES
  • 8. Corinne - Sur : LA MÉMOIRE DES PIERRES | mercredi, 05 december 2018
Rien à redire
Bouche bée tout simplement
Raymond -  Sur:  LA MÉMOIRE DES PIERRES
  • 9. Raymond - Sur: LA MÉMOIRE DES PIERRES | mercredi, 05 december 2018
Merci, cher ami, encore une très belle illustration de ce que notre région d'El Bayadh peut contenir de splendides paysages. Il y a bien longtemps je suis passé à Kéracda, ces photos ressemblent à ce que j'en ai gardé comme souvenir. Vous avez vraiment le don de voir et de mettre en valeur ces paysages et vous avez aussi le don d'en parler. Puisse que tous ces efforts soient récompensés. Bien amicalement. Raymond

Ajouter un commentaire

×