SUR LES PAS DE NOS SAINTS

 

SUR LES TRACES DES SAINTS

LAZREG OUELD LEHMAM*

 

  Ma première halte fut à Ain el maghssel* que je n’ai pas revu depuis plus de huit ans
  Ain El-Maghssel doit son nom d’après les légendes anciennes aux dernières volontés
  du saint Sid Cheikh, qui sentant sa mort proche recommanda aux Stitteniens avec qui
  il passa les dernières années de sa vie de placer son corps dès qu’il aurait exhalé son
  dernier soupir sur une chamelle blanche à laquelle on laisse le soin de la direction
  à choisir et qu’à la première station de cette dernière sera procédé la lotion du corps du
  saint homme, persuadé qu’il n’y avait point d’eau dans les parages suite à une sécheresse
  terrible, la chamelle après plusieurs heures de marche s’arrêta à un point, on rapporte
  qu’un des Stitteniens ( habitant du ksar de Stitten* ) leva son bâton et commença à taper
sur cette terre si désolée, quand soudain apparut un chacal venant de nulle part et commença à gratter avec frénésie le sol en
poussant des cris plaintifs et grande stupéfaction auprès de l’assistance quand jaillit soudain une eau limpide et abondante et
c’est là qu’ils procédèrent à la lotion du corps du saint homme et c’est pour perpétuer ce miracle que cet endroit fût appeler
« Ain El-Maghssel » et tout près de la source fût élevée une kouba en hommage au saint homme encore visible de nos jours
par la suite le convoi mortuaire reprit sa longue marche vers El abiodh sid Cheikh où sera enterré le saint homme.

Ain el maghssel est connue pour son froid polaire elle est dominée par les djebels du ksel et les monts de Ouaffeg dont
le majestueux djebel Leguebar, le village a gardé encore son charme d’antan, grande fûtsurtout ma stupéfaction voyant
la source bénie bétonnée presque et qui je ne sais  par quel miracle coule encore de nos jours en minces filets et qui arrive
tant que bien que mal à arroser en aval les quelques potagers que tiennent encore quelques intrépides paysans vu la rudesse
du pays au sol dur et très rocailleux et qui est balayé à longueur d’année par des vents violents .

Je repris ensuite ma route vers le ksar de Mecheria sghira (Petit Mecheria) qui en cette journée printanière
s’est paré de ses plus bels habits, ma première halte fût la visite de l’ancien cimetière, plusieurs koubba
(mausolées)  sont érigées aux nombreux saints qui ont habité ces contrées et d'autres qui ont émis le
voeu d'être entérrés ici, dont les mausoléesde sidi Ahmed Benyoucef,de sidi Mohamed Moulelkhaloua,
de sidi Ali Benyahia le saint patron du petit Mecheria qui est entérré à Mazouna (Relizane),de sidi Abderazak Lakhdhar et de sidi Brahim ben Sayyed saint des ouled moumen fraction des ouled Brahim dont il est l'arrière grand père à la vuede ces lieux un frisson mélancolique et charmé traversa tout mon corps, les amandiers pleurent leurs larmes blanches sous la caresse du vent, leur parfum doux plane dans la tiédeur molle de l’air, évoquant une mélancolie charmante, un vieux spécimen gît sans vie suite à la dernière tempête de neige et dans un dernier sursaut tenait à célébrer le printemps avec ces congénères, hélas les vergers sont à l'abandon alors que c'étaient de véritables greniers de céréales et d'arbres fruitiers par le passé...ce phénomène touche malheureusement presque tous les autres ksour

Le mausolée de sidi Brahim ben Sayyad notre arrière grand père est érigé à l'éxtrémité du cimetiere
Du haut  d’un monticule est érigé un vieux ksar qui a été construit par les ouled Aissa et qui par la suite a été
cédé aux ouled sidi Ali Benyahia* en échange de soixante vaches il y a de cela quelques siècles.
Dans cet océan illimité de lumière écarlate apparait au loin la gara de lala  Mzouzia* comme veillant jalousement
sur ses enfants 

                                                                             Par Noureddine Toumi
                                                                                      Le jeudi 09 Mars 2017

Lazreg oueld lehmam: en allusion au pigeon voyageur
Ouled Aissa: Grande tribu établie à Ain el maghssel - krekda et Brezina
sidi Ali Benyahia: saint patron du Petit Mecheria 
lala Mzouzia: gara dominant le Petit Mecheria elle tient ce nom d'une sainte femme

       Rubrique dédiée à ma petite nièce décédée il y a 50 jours et qui a enseigné dans ces contrées en 2007

 

 
 

 Le présent album comprend 129 photos 
                   Cliquez sur la touche F11 de votre clavier pour visualiser les photos en plein format
                     NB/ Branchez vos enceintes acoustiques pour écouter la musique d'accompagnement

 

 

Ajouter un commentaire

×