LA PRINCESSE DES SABLES

Si Ahmed Tidjani

 

Nous sommes alors en 1919 , de nouveau se posa le problème de la succession au Khalifat

de la Confrérie.
La Hadra des Mokaddems devait se réunir d'urgence pour décider lequel des deux fils de Si Bachir allait

succéder : Si Mohamed Lekbir ou bien Si Mahmoud « le Marocain » car établi à Fès.
A nouveau les dignitaires firent appel à Lalla Aurélie Yamina pour les aider « dans sa grande sagesse » à

trancher. Elle retournera donc à Aïn Madhi pour donner son arbitrage et assister au couronnement de Si

Mohamed Lekbir qui avait sa préférence de par sa sagesse et aussi pour éviter que le leadership de la

Confrérie ne parte au Maroc à Fès.
Si Mohamed Lekbir sera Grand Gardien de la Tarika Tidjania à Aïn Madhi jusqu'à sa mort en 1931.
En cette même année 1931, son frère Si Mahmoud lui succèdera.
Aurélie entamera alors sa 82iéme année
.


Pendant son règne et jusqu'à la mort de Lalla Aurélie Yamina, Si Mahmoud lui témoignera sa plus totale

affection filiale. Après le décès de Si Allal et l'intronisation de Si Mohamed Lekbir à Aïn Madhi, Aurélie fut

 brusquement prise d'une envie de revoir sa terre , son village natal Arc en Barrois.
Et c'est ainsi que cette infatigable voyageuse , âgée maintenant de 75 ans, entreprit de partir vers la terre

 de ses ancêtres par un matin du printemps 1923 , elle retrouva la maison familiale « La Maison Picard ».
Aurélie avait sans doute l'intention de ne plus revenir en Algérie et finir ainsi ses jours à Arc-en-Barrois.
Mais après le rude hiver de 1923, sa volonté de rester en Lorraine vacilla.
Femme de tête, elle décida néanmoins de rester.
Mais l'appel du désert ne la quittait plus , Aïn Madhi et surtout Kourdane qu'elle avait fait surgir du désert

hantaient ses jours et ses nuits.


Aussi , à nouveau, à l'automne 1924, elle fit mander une voiture de location pour Chaumont afin de rentrer

au pays, son pays. Car comment effacer 60 années de son existence, une existence d'exaltation, d'aventures,

 de dépaysement , de renouveau par une année à peine quand bien même cette année fût au pays de son

enfance. « C'est impossible ! » semble t' 'elle conclure.
Et c'est à bord du paquebot Geydon du nom même du Gouverneur Général d'Algérie qui s'était opposé en

1871  à son mariage avec Si Ahmed 3Ammar Tidjani qu'Aurélie aborda Alger la Blanche.
Cette fois ci, Aurélie va rester dans le Nord partageant son temps entre Blidah et Sidi Bel Abbés où elle

renoue avec sa famille française.
En 1928 elle fera un saut à Laghouat comme toujours à l'appel du désert qui ne la quitte plus.
Elle y sera accueillie par Si Mohamed Lekbir Grand Maitre de la Confrérie et son fils adoptif qui l'emmène à

 Kourdane pour une courte visite.
Sentant ses forces faiblir, Aurélie reviendra à Sidi Bel Abbés auprès de sa famille française.
Ses neveux et nièces lui vouent grande affection contrairement à ses sœurs et belles-sœurs qui ne lui avaient

jamais pardonné son mariage avec un Algérien d'abord Si Ahmed et à son décès son frère Si Bachir.
Elle y retrouvera aussi son amie Marthe Bassène qui écrira une biographie sur elle en 1949  

« Aurélie Tedjani, Princesse des Sables » là, elle apprendra le décès de son fils adoptif Si

Mohamed Lekbir et l'intronisation de son frère Si Mahmoud le Marocain.
Nous sommes alors en 1931.
Aurélie décide de repartir pour Aïn Mahdi où Si Mahmoud le nouveau Maitre de la Tarika Tidjania l'accueille

à sontour. Il partent ensuite pour Kourdane dans son palais où l'attendent une ribambelle de petits enfants à

qui elle raconte ses chasses à la panthère, à l'autruche , à la gazelle et ses chevauchées dans le desert avec Si Ahmed.
Pragmatique, Si Mahmoud lui demande avec insistance d'opérer une sorte de passation de connaissances aux

oukils (administrateurs) de la Confrérie car il sent que bientôt elle ne sera plus là pour les guider dans l'administration

des biens de la Confrérie.

En Mars 1933, Aurélie tombe à nouveau malade.
Si Mahmoud décide alors de l'emmener dans sa maison à Laghouat à proximité de la mission des Sœurs

Blanches qui deviendront ses infirmières.
Sentant sa mort prochaine, Aurélie émet le souhait de se retirer à Kourdane en faisant cette confidence en

Arabe à Si Mahmoud: « Ya Waldi Dini Maak Nemchi l'Kourdane » « O mon fils, emmène moi avec toi à

Kourdane ».
On assiste alors à un étrange ballet entre les Religieux Chrétiens en la personne du Père Blanc Py , des

Sœurs Blanches  d'un coté et Si Mahmoud détenteur de la Foi Islamique fils adoptif autour de Lalla Aurélie Yamina

Tidjani pour savoir dans quelle religion elle allait rejoindre Allah.
Lalla Yamina rendit son dernier souffle le soir du 28 Août 1933 à Kourdane où elle repose auprès de son mari Si Ahmed

Ammar Tidjani comme elle en a émis le souhait sous le nom de Lalla Yamina Tidjani.
Elle avait alors Quatre vingt quatre ans.

Si un jour vous allez à Kourdane, vous y verrez sur sa tombe une stèle avec une double épitaphe en Français et
en
Arabe: L'épitaphe en Français avec une belle faute d'orthographe dit: « Ci gît Madame Aurélie Tidjani décédée
le 28 Août 1933 à l'âge de quatre-vingt-quatre ans.

Mourrut musulmane devant plusieurs témoins à Kourdane »
L'épitaphe en Arabe dit:
« Ceci est le tombeau de Madame Aurélie, épouse du Cheikh Si Ahmed Tidjani, décédée dans la religionmusulmane à la Zaouïa de Kourdane le Lundi 28 Août 1933 devant une assemblée de témoins attitrés musulmans ».

 

 

 


                                                                   Chrétienne ou Musulmane ?


Si pour la confrérie Tidjani actuelle , il ne fait pas de doute qu'elle mourut en prononçant la Chahada (1) donc

mourut musulmane, la question se posa souvent dans les cercles européens.
Un jeune aspirant de l'Armée eut cette sage réflexion:« La Tidjania , c'est certain était croyante en Dieu qui

se dit Allah en Arabe.
Peut être dans sa Foi confondait-elle les deux Religions.
Une chose est sûre, on ne vit pas soixante ans dans l'atmosphère religieuse d'une Zaouïa -ou d'un monastère

 si l'on ne croit pas en Dieu. ».
Lalla Aurélie Yamina Tidjani aura passé plus de soixante ans en Algérie devenu son pays d’adoption.
Elle pensait sans doute pouvoir allier l’Islam et Sidna Aïssa dans le même élan d‘Amour et de Fraternité.
Car elle la voulait cette fraternité tant et si bien qu’un jour elle lança dans un long soupir , découragée par le

fossé entre les deux populations Algérienne et Européenne:
« Tant que les deux populations Algérienne et Européenne ne se mélangeront pas, il n’y aura pas de Paix

durable sur cette terre d’Algérie ».
Intelligente, Ambitieuse, femme de grand caractère avec une énergie de chef ,Lalla Aurélie Yamina a mis

toutes ces qualités au service de l’Algérie, une Algérie telle qu’elle la vivait avec un amour sincère envers

tous les Algériens qui l’ont côtoyée.
A ce jour Lalla Aurélie Yamina Tidjani est reconnue et vénérée par la Confrérie Tidjania à travers le Maghreb

et toute l'Afrique sub-saharienne où l'enseignement de la Tarika Tidjania est toujours d'actualité auprès de très

nombreux fidèles.

 A mon humble sens, au vu de sa personne , du contexte historique, Aurélie ne s’est jamais posée la question

Mais  la France Officielle » et « l'Algérie Officielle » semblent la bouder.

 

légitimité de la présence française en Algérie et par voie de conséquence de la légitimité de sa propre présence

sur notre terre. Elle a vécu sa grande aventure avec Si Ahmed Ammar Tidjani comme le couronnement d’une

vie pleine d’ambition, répondant sans hésiter à l’appel de l’inconnu et aux souvenirs souvent embellis du

passage de son père qui fut militaire  en Algérie dans les années 1830-1840.
Elle a hérité de ses aînés d’une situation historique sur laquelle elle n’avait aucune prise tout au moins à son

avènement . Mais l’essentiel est là en un mot:
« Quel fabuleux Destin que celui de cette Lorraine née dans les brumes du Nord Est de la France et qui passa

60 ans de son existence dans le Sud Algérien où elle demanda à finir ses jours et y être enterrée à l’âge de84 ans. »
Nous saluerons l'incomparable faculté d'adaptation de cette grande Dame qui est passée avec une aisance qui

force l'admiration depuis les forêts de sa lorraine natale aux sables sahariens sans jamais faillir, de la compagnie

de paysans champagnards et de la bourgeoisie française à la compagnie des Bédouins parlant leur langue et

partageant avec eux gîte et couvert. L' intelligence et la créativité de Lalla Aurélie étaient en alerte permanente.

Nous pouvons dire que cette ambivalence entre sa Fidélité à la France et son Patriotisme
Algérien qui l’a

caractérisée sa vie durant, Lalla Aurélie Yamina Tidjani l’a sans doute dépassée pendant cette période

trouble de fin conquête de l’Algérie. Deux attitudes qui pour cette époque de conquête étaient antinomiques

à bien des égards mais l'âme  humaine est faite d'abysses bien souvent insondables pour le moins.
Cette période trouble, faut-il le rappeler c’est aussi la Révolte des Spahis refusant de suivre le Corps des

Zouavespour aller combattre en France les troupes de Bismarck, C’est l' Insurrection en Kabylie avec Mokrani,  

C’est la dissidence de la Confrérie Rahmania , C’est la guerre des Ouled Sid Cheikh dans le Sud Oranais et de

Bou Amama tout proches de la sphère d'influence de la Tidjania.


Aurélie a t-elle été instrumentalisée par certains services de l'Armée Française?
Possible, mais certainement à son insu à mon sens au vu de son vécu.
Le meilleur témoignage qu'elle nous laisse de sa probité et de son amour pour les gens qu'elle a côtoyés est sa

présence constructive ô combien auprès des Sahariens pendant des années et sa volonté d'etre enterrée en terre

algérienne.
Instrumentalisation possible si l’on songe aux facilités que lui accorda le Maréchal de Mac Mahon , pour son

installation en Algérie avec Si Ahmed 3Ammar Tidjani à moins qu‘il ne le fit dans le but d‘obtenir reconnaissance

 et fidélité de la part de Si Ahmed.
Facilités qui allaient dans le sens de la vision de la mission quasi mystique « d'éduquer les Peuples sauvages et

aveugles (Serge Régiani) » que s'est donné le Maréchal De Mac Mahon.
Mais à mon sens, au delà de la tragédie algérienne qui traversa ces années 1870 jusqu’aux années 1930 qui virent

 la fin ,toute provisoire , de la guerre de conquête devenue bien plus tard guerre de libération, Lalla Aurélie Yamina

Tidjani demeurera une Grande Dame et la première Franco-algérienne.
Certains se poseront sans doute la question de savoir si Lalla Aurélie Yamina Tidjani ne s'est pas servi de la

puissance militaire française pour instaurer et amplifier le pouvoir spirituel de la Confrérie Tidjania dans les régions sub-

sahariennes ou bien si la cause de cette dernière ne fut pas un prétexte à la pénétration française ?
Ou bien alors y aurait il eu un « gentleman agreement » entre la laïque République Française et l'Islamique

Confrérie ?.Aurélie n'est plus là pour nous répondre mais encore une fois son dévouement à la cause de la

Confrérie Tidjania qui continue de la vénérer nous permet d'y répondre en ce qui concerne ses intentions personnelles au

demeurant des plus louables

 

                                           NB / Une  partie de cette rubrique est tirée du roman de J.Lenzini

 

 

 

          Nota : Les photographies anciennes ici présentes sont la propriété de leur auteur et dont nous sommes à tout jamais reconnaissants

 

Page précédente

 

 

 

 

Commentaires (17)

benmoussa
  • 1. benmoussa | dimanche, 14 Août 2011

lettre pour hafied je ne sais si tu as en mains le livre intitule
la princesse des sables je n 'arrive pas a l'avoir peut etre si tu en as un tu me l'enverras pour le lire amicalement.mustafa

Noureddine ( webmestre Nostalgie )
  • 2. Noureddine ( webmestre Nostalgie ) | lundi, 30 Mai 2011

Guten abend
Willkomen dr Heinz und gott shentk seinen segen Inchallah ,wir sind sehr einseitige geehrt durch Ihre Anwesenheit unter uns
Si je comprends bien vous dites être le fils de Si mahmoud Tidjani et être né le 05 /01/ 1929
FREUNDSHAFTEN- NOUREDDINE

dr.phil.  heinz oehl
  • 3. dr.phil. heinz oehl | lundi, 30 Mai 2011

lettre en allemand

bismillah rahmani errachim

ich bin legitimer sohn von sid mahmud tidjani und seiner geliebten paula maria jaeger und bin geboren in wuppertal hier in deutschland am 05.01.1929.
der sawia tdjania wuensche ich allah's reichen segen und prosperitaet.

wassalam
dr.phil. heinz oehl

nini
  • 4. nini | vendredi, 11 Février 2011

bonsoir cher noureddine ,
je viens de retrouver une petite gravure que l'on m'avait dédiée ,dessin un peu naif ,comme toutes les choses qui viennent du coeur ;ce week end ,je vais essayer de la scanner et te l'envoyer par mail !
bisous !!!
ton amie ,nini "p'tite souris"

Nour-eddine ( Webmestre Nostalgie )
  • 5. Nour-eddine ( Webmestre Nostalgie ) | vendredi, 11 Février 2011


Chére amie

J'ai été très touché par votre méssage de sympathie suite au déces de mon cousin ,je vous prie de croire en mes amitiés les plus sincères.

nini
  • 6. nini | vendredi, 11 Février 2011

ps :j'ai bien sur lu le livre djebbel Amour ,trés romancé par son auteur , frison roch ,qui avait été pourtant reçu par les descendants de la famille tidjani à laghouat ,lors des recherches nécessaires à l'ébauche de son ouvrage !mais il a changé ,beaucoup trop de choses ,ce qui a déplu en famille !
on m'a toujours dit ,combien ,Aurélie était intraitable dans les réceptions ,en n'hésitant pas ,à remonter les bretelles quiconque ,officier haut gradé ou simple soldat français ,qui s'adressait comme à une simple française :elle était lélla tijania ,musulmane et qu'on se le dise !!!

nini
  • 7. nini | vendredi, 11 Février 2011

magnifique récit noureddine ,bien sur ,je connais cette histoire ,les endroits que tu cites ,et meme la maison d'Aurélie à laghouat,( pour cause ;enfant ,j'y ai joué ,de gros liens me rattachent à cette famille ),j'ai de vagues mais beaux souvenirs de la zawia )un endroit magique pour un enfant :des escaliers qui descendent ,des couloirs etroits ,d'autres eszcaliers qui montent en terrasses .... ,en fait ,je n'arretais pas de me voir en reve ,enfant ,courir en ces lieux ....le meme reve qui revient souvent ;comme tu le sais ,je me suis rendue au printemps dernier à laghouat et j'ai demandé ce que mon reve voulait dire :alors on m'a confirmer son existance et le fait que j'aimais y aller ; ma mére a dit :" que mon ame visitait ses lieux " tu y crois toi noureddine ?
on peut visiter la zawiya devenue le musée d'Aurélie ,son piano trone encore là ou elle aimait en jouait et peut etre que ,vous croiserez une petite fille aux longs ,mais longs cheveux blonds !!chuttttt !!!siiiii !! petite j'étais trés blonde de cheveux !!! mate de peau et cheveux blonds !!! ;-)) maintenant ?? brune de chez brune !!

lejoyeux
  • 8. lejoyeux | dimanche, 06 Février 2011

moi aussi je suis très séduit par cette merveilleuse histoire et j'aimerais bien, que HFEID m'en fera part merci mon email :lejoyeux65@yahoo.fr

Noureddine(Nostalgie )
  • 9. Noureddine(Nostalgie ) | samedi, 10 Avril 2010

Heureux pour vous et bravo à Hafied , chose promise , chose due

Fatiha
  • 10. Fatiha | samedi, 10 Avril 2010



J'ai reçu le livre "Djebel Amour", envoyé par Hafiede dès le lendemain.

Je ne sais comment m'exprimer, mais voilà au moins une chose que nous possédons, nous donnons spontanément, emportés par l'élan de la générosité.
Hafiede l'a fait, il l'a concrétisé. Ce livre sera le lien entre Géryville et moi.
Merci Hafiède encore une fois, votre discrétion me touche.

" La vraie générosité envers l'avenir consiste à tout donner au présent." - Albert Camus -

Fatiha
  • 11. Fatiha | mercredi, 07 Avril 2010

Bonjour à tous,

Je viens juste de lire le message de Hafiede. Désolée je n'étais pas revenue sur cette page.

Combien je suis touchée par ce geste, vous ne pouvez imaginer.

Cette solidarité, donner à d'autres sans les connaitre, cela s'appelle simplement de la générosité.

Je vous ai envoyé un mail personnel.

Je vous réitère mes remerciements pour ce beau cadeau.

Je savais que ce site me ferait faire de belles rencontres, des âmes sensibles et humaines.

Au plaisir de vous lire.

Fatiha

manel
  • 12. manel (site web) | dimanche, 21 Février 2010

Je vous remercie pour votre page consacrée à " la Princesse des SABLES " et je vous suggère de lire le livre " Djebel Amour " de Roger Frison Roche.
Bon courage et bonne continuation !
Dziria Baydia .

hafiede.h
  • 13. hafiede.h | mercredi, 17 Février 2010

Bonjour,
-à l'attention de Fatiha (rédactrice du message du 11/02/10 à 22:23).-
je lis par hasard votre projet d'acheter "-djebel Amour-"
il se trouve que je l'ai et ne le garde pas, donc si vous le voulez,
accordez moi de vous l'offrir, il vous suffit de me contacter
[ hafiedeher@yahoo.fr ] pour savoir, si toutefois vous l'acceptez,
quand et ou puis je vous l'envoyez.

Cordialement.
hafiede.

Fatiha
  • 14. Fatiha | jeudi, 11 Février 2010

Cette histoire est passionnante. On m'en avait parlée, mais je n'ai pas lu le livre qui raconte son histoire "Djebel Amour". Il fera partie de mes prochains achats.

Je vous raconterais mon sentiment à la lecture de ce fabuleux roman.

Merci de m'avoir fait connaître cette fabuleuse femme.

Je ne fais que des découvertes sur ce site.

Amitiés.

Fatiha

Noureddine ( Webmestre Nostalgie  )
  • 15. Noureddine ( Webmestre Nostalgie ) | samedi, 12 Décembre 2009

Bonsoir
Malheureusement et je suis désolé de ne pouvoir vous éclairer , on éspère que quelqu'un originaire de la région que vous citez lira votre post et tentera de vous éclairer
Amitiés

saidi
  • 16. saidi | vendredi, 11 Décembre 2009

merci tres chere frere norddine je voudraisavoir plus sur la racine de la femille rabhallah de bousemghoune et chelala svp

neila
  • 17. neila | mercredi, 11 Novembre 2009

merci cher frere c est vrai que c est une grande femme .j avais appris son histoire par hasard sur une emission de radio presentee par eve rudgery.par la suite j ai achete le livre de son histoire il tres pationnant je l ai lu deux fois.j ai visite son palais a ain madni il y a encore son caleche et c est elle qui a fait venir les pistachiers dans la region.
merci pour le travail que tu fais.a bientot inchaallah.

Ajouter un commentaire

×