LA CHANSON DU SPAHI

    

CHANSON DU SPAHI 

                                               

                           Sur la roule de Gergville ...

Écoute, ami, le récit de ma peine
Entre les peines du monde,
Écoute ce qui est arrivé à ton frère,
Au fils de ta tribu,

Écoute, et demande-toi d'où me vient la patience..
Le chagrin de mon cœur pouvait tuer dix hommes
J'étais jeune, le cadet dans la tente de mon père,
Le cadet de ses fils beaux comme des lions.
Quand le duvet d'homme eut noirci ma lèvre,
Mon père me donna un fusil et un cheval gris,
Un cheval ardent.

Il ne. donna aussi une épouse au front clair, ux yeux de nuiat.
Son nom devait apporter la chance sous la tente:
On l'appelait Saïda, du nom de la ville de nos aïeux,
Saïda, une perle parmi les filles des Rzaïn 

Mais il était écrit qur la page de mon destin
Celui-ci ne connaitra que la souffrance,
Et la tristesse
Il vint une heure que moi je n'avais pas prévue:
L'heure de l'ange de la mort tombante
Quand il toucha de l'aile le front de Saïda.
Je pleurai, tel une femme,
Trois jours et trois nuits je pleurai

Puis mon sang bouillonna comme un vin de palmier
Et je sentais son feu qui me brûlait le cœur.
Il y eut des paroles entre moi et mon frère
Sans l'aide de Dieu la poudre eût parlé.

Je partis seul, errant comme un fou,
Je cherchais le mâle qui me tuerait.
Enfin, las de la misère et de la vie, je me suis vendu
Je suis allé à Saïda
Parce que ce nom avait blessé,

Je me suis engagé pour un peu d'argent,
J'ai caché mes origines sous le burnous rouge.
Maintenant j'ignore si on naît ou si on meurt
Sous ma tente.

Je ne cherche pas à savoir, je ne demande rien.
Sans doute les femmes ont pleuré sur moi
Comme sur un mort. 

Sans doute mon père s'est détourné de moi,
Et mes frères m'ont renié.
Mais je ne reviendrai pas.

Nous allons dans le Sud, au pays de la poudre 
Si je tombe là-bas, dans le pays désert,
L'aigle et le chacal l'apprendront bientôt.
Dis-moi, fais-moi savoir qui lavera mon corps,
Qui pleurera sur la tombe du soldat orphelin,
Qui saura que mon cœur trembla comme un ramier
Entre les mains des jeunes filles.
Dis-moi, fais-moi savoir.

            Auteur inconnu

 




 

                                                                                                                                                                                Clique ici pour un autre recueil inédit de la région " Le laveur des morts " A méditer

 

 

Ajouter un commentaire