EL KOREIMA

 

 

 


 

El koreima est situé dans un cadre idéal et ce aux abords d’un grand oued
 que des montagnes abruptes enlacent au point de l’étouffer sous l’oeil non
moins  protecteur du majestueux djebel bounocta.
         Mais dès qu’il en a l’opportunité le court d’eau n’hésite pas à s’étaler au point
de devenir une large rivière qui en période de crue laisse
libre court à la furie des eaux


                             El koreima doit son appellation aux innombrables kram ( grenadiers ) plus que
                                                            centenaires  qui poussent en son sein
                              Ce qui m’a frappé le plus ce sont les tombes de type tumulus qui abondent dans
                                         cette région , les nomades pasteurs de la région les nomme :
                                                                r’jam ou qoubour El djouhala.

                               Quelques cimetières très anciens font aussi parties du décor et qui remontent je
                                         suppose à l’époque hilalienne, malheureusement quelques tombes
                                              ont été saccagées pour je ne sais quels desseins macabres , les
                                  pierres qui garnissent les tombes semblent si usées vu le poids de leur âge qui
                                                          remonte à des époques lointaines  

                                A mon humble avis la présence humaine à El koreima et ses environs est très
                                           ancienne , elle remonte, au moins, à la période néolithique.
                                           Comme en témoigne les innombrables gravures rupestres
                                    qui foisonnent dans la région , on y découvre aussi plusieurs puits
                                                                                            à l’eau pure et abondante se trouvant à quelques petits mètres
                                                                               de la terre ferme et presque à portée de main , d’innombrables rosiers roses
                                                                                  aux feuilles éclatantes s’accaparent les berges de l’oued , sur les falaises
                                                                                     abruptes poussent quelques majestueux btoum , la faune aussi est
                                                                                                                   présente en ce cadre idyllique

Les lieux sont d'une clarté immuable si propre à ces contrées
                        où tout n'est que silence et profonde quiétude

Toumi Noureddine le 11 Fevrier 2013

 

 

 

 

 




Ajouter un commentaire