HYMNE AU SOLEIL COUCHANT

                                                                                          

 

                          

Soleils couchants

Le soleil s'est couché ce soir dans les nuées;
Demain viendra l'orage, et le soir, et la nuit ;
Puis l'aube, et ses clartés de vapeurs obstruées ;
Puis les nuits, puis les jours, pas du temps qui s'enfuit !

Tous ces jours passeront ; ils passeront en foule
Sur la face des mers, sur la face des monts,
Sur les fleuves d'argent, sur les forêts où roule
Comme un hymne confus des morts que nous aimons.

Et la face des eaux, et le front des montagnes,
Ridés et non vieillis, et les bois toujours verts
S'iront rajeunissant ; le fleuve des campagnes
Prendra sans cesse aux monts le flot qu'il donne aux mers.

Mais moi, sous chaque jour courbant plus bas ma tête,
Je passe, et, refroidi sous ce soleil joyeux,
Je m'en irai bientôt, au milieu de la fête,
Sans que rien manque au monde immense et radieux !

                   Victor Hugo, Les Feuilles d'Automne

 

 

                                                                          Cliquez sur la touche F 11 de votre clavier pour voir les photos en grand format                

 

  


                                                                                                 
                                                                                                                                Là-bas les muezzins ont céssé leurs clameurs        
                                                                                                                                                      Le ciel vert, au couchant, de pourpre et d'or se frange
                                                                                                                                                        Et le grand fleuve endort ses dernières rumeurs.
                                                                                                                      
                                                                                                                                      José Maria de Heredia
 


                                                                         

Commentaires (5)

Hortense  -  Sur : HYMNE AU SOLEIL COUCHANT
  • 1. Hortense - Sur : HYMNE AU SOLEIL COUCHANT | dimanche, 03 Août 2014

Salam,

Je ne me sens nullement jalouse de la nature qui elle peut rajeunir et pas l'homme;
pour cette raison et bien d'autres nous devons vivre avec elle,tout près,s'en imprégner
et nous garderons une certaine jeunesse,celle du coeur.
Que dire sinon le soleil couchant ornemente ce paysage magnifique pour le rendre sublime.
Grand Merci.

Noureddine (webmestre Nostalgie)  -  Sur : HYMNE AU SOLEIL COUCHANT
  • 2. Noureddine (webmestre Nostalgie) - Sur : HYMNE AU SOLEIL COUCHANT | jeudi, 12 Décembre 2013

Bonsoir
Effectivement cher ami internaute on sent chez le grand Hugo une espèce d'amertume sinon une jalousie entre guillemets envers la nature qui au contraire de l'être humain reprend vie et rajeunit à chaque printemps , tandis que lui s'en va vieillissant jusqu'à quitter un beau jour ce monde
Cordialement - Noureddine

Internaute  -  Sur : HYMNE AU SOLEIL COUCHANT
  • 3. Internaute - Sur : HYMNE AU SOLEIL COUCHANT | jeudi, 12 Décembre 2013

Soleils couchants est un poème lyrique , face à ce coucher de soleil V Hugo constate avec tristesse son impuissance face à une nature qui elle se rajeunit au fil des saisons au contraire de l'homme qui lui subit une fuite l'amenant à une disparition
Ce poème présente une méditation sur le temps qui passe et le constat tragique de la condition humaine
Merci aussi pour ces formidables photos , beau travail et tiens à vous féliciter

Noureddine (webmestre Nostalgie)  -  Sur : HYMNE AU SOLEIL COUCHANT
  • 4. Noureddine (webmestre Nostalgie) - Sur : HYMNE AU SOLEIL COUCHANT | samedi, 07 Décembre 2013

Pur bonheur et véritable nirvana que de voir ce coucher caresser ces magnifiques monts des ksour
Merci pour le partage

yur  -  Sur : HYMNE AU SOLEIL COUCHANT
  • 5. yur - Sur : HYMNE AU SOLEIL COUCHANT | samedi, 07 Décembre 2013

Bonjour,
Et chaque fois que je sens que je ne peux plus supporter le poids écrasant de notre vie moderne, je passe me ressourcer en beauté et quiétude, celles-là que vous nous offrez généreusement, accompagnées quelques fois de ces grandes oeuvres dont on se lasse jamais!! je lis avec sérénité et en même temps avec complicité vos textes décrivant vos escapades dans cette nature... ainsi je retrouve la paix en mon âme, et je puis alors croire que le monde va bien et pouvoir avancer ... avec le rêve ou quelques fois même l'espoir de voir refleurir la nature partout ...

Ajouter un commentaire