ET MAINTENANT, ON VACCINE MEME LES GRENOUILLES, AU NOM DE LA BIODIVERSITE!

# samedi, 09 Août 2014 à 16:39 Noureddine (webmestre Nostalgie)

Le champignon pathogène Batrachochytrium dendrobatidis, ou Bd, est impliqué dans le déclin de plusieurs espèces d’amphibiens dans le monde. Il y a eu peu de preuves que les amphibiens puissent acquérir une résistance à ces pathogènes, mais maintenant Jason Rohr et ses collègues présentent les résultats de recherches sur plusieurs espèces d’amphibiens, y compris la grenouille verte cubaine, Osteopilus Septentrionalis, montrée ici, et qui démontrent que les grenouilles peuvent apprendre à éviter le pathogène, pouvant survivre à l’immunodépression induite par ce pathogène après des expositions répétées, et peuvent être vaccinées en utilisant le pathogène mort/tué. Des projets de préservation (des grenouilles) ont consisté à déplacer les espèces d’amphibiens d’habitats infestés par ce pathogène et à les nourrir en captivité. Utiliser des vaccins pour induire une résistance chez les grenouilles captives avant leur retour à l’état sauvage pourrait permettre, dans le futur, le repeuplement d’aires qui avaient été marquées par un déclin catastrophique de ces espèces.
Source : IFLNews et Nature

Une fois encore, certains croiront à cette FAUSSE solution qui amènera elle aussi son lot de problèmes et de maladies (effets secondaires de vaccins) dont on ne parlera jamais, de même que la composition de ce vaccin pour grenouilles !



La Nature entière finira par être contaminée par ces vaccinations (on vaccine déjà les oiseaux, les pigeons (au sens propre comme au sens figuré !), les lapins, les chevaux, certainement aussi les animaux de cirques ou de zoos…les êtres n’ayant jamais été contaminés par aucun vaccin deviendront des exceptions et comme par hasard, sur le plan global, ce sont ceux qui auront la meilleure santé.

Cette obsession vaccinale plonge les êtres vivants dans une dépendance, ne règle RIEN des véritables causes des maladies et de leurs complications et nivelle par le bas la santé globale. Ce n’est pas en polluant toujours plus la terre qu’on arrivera à améliorer la santé globale et à long terme de quelque être vivant que ce soit !

Répondre à ce message

×